Deux themes essentiels dans bel-ami de maupassant

Deux themes essentiels dans bel-ami de maupassant

Bel-ami Guy de Maupassant L’argent L’argent est un des grands th? mes de ce roman. D? s la premi? re page il est cit? et on apprend que Duroy, le h? ros, est tr? s pauvre. En effet il lui reste en tout et pour tout  » trois francs quarante pur finir le mois  » ce qui repr? sente ? l’? poque  » deux d? ners sans d? jeuners, ou deux d? jeuners sans d? ners « . A partir de ce constat Duroy va construire son ascension dans le monde, l’objectif de cet homme est d’? tre riche, le plus riche. Il sait qu’il vaut mieux que cette vie de mis? re. Il vit dans un appartement pitoyable et lui, ancien sous-officier est r? uit ? travailler dans la compagnie de chemin de fer pour un tout petit salaire. Mais, malgr? cette pauvret? Bel Ami se paye des  » bocks  » (son p? ch? mignon ) et remet ses projets d’? conomies ? plus tard. Heureusement, son destin rencontrera celui de Forestier, ancien compagnon d’arm? e de notre h? ros. D? s leurs retrouvailles Forestier l’aide financi? rement en lui pr? tant quarante francs (somme que Forestier ne r? cup? rera

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
jamais). Mais Duroy d? pensera cet argent en quelques jours au lieu de l’? conomiser et se retrouvera de nouveau pauvre avec six francs cinquante comme fortune.

C’est aussi gr? ce ? Forestier que Duroy rentrera au journal  » la vie fran? aise  » et r? ussira peu ? peu ? monter en grade et ? gagner plus d’argent. Ce r? ve de richesse est attis? par la vision du milieu entourant les riches : plus de probl? mes d’argent bien s? r, de belles maisons, les femmes, plus ou moins de travail et une vie facile et oisive. Mais pour r? ussir ? entrer dans ce monde il faut travailler et ruser. L’argent que lui rapporte le premier article ? crit pour le journal, accumul? ? son acompte mensuel d? ? son nouveau travail, ? l? ve sa modeste fortune ? trois cent quarante francs.

Mais notre h? ros, tellement heureux de sa r? ussite va dilapider cet argent aussi vite qu’il l’a gagn?. Il n’a pas conscience que l’argent n’est pas ? ternel et se retrouve deux mois plus tard d? j? promu reporter mais sans le sou. Il vit comme il peut au jour le jour. Puis Duroy prend madame de Marelle comme ma? tresse et se rend compte que les femmes peuvent lui ? tre utiles pour gagner de l’argent et monter socialement. Madame de Marelle ? mue par sa d? tresse et sa mis? re lui donne de l’argent pour qu’il puisse s’en sortir. A partir de cet instant on sait que Duroy sera pr? t ? outes les bassesses pour de l’argent ou de la reconnaissance. Malgr? la gentillesse de sa ma? tresse Duroy se retrouvera encore tr? s vite sans argent et en plus avec des dettes envers les uns et les autres. ? ? ? ? Mais apr? s cette p? riode noire de mis? re, Duroy r? ussit ? se renflouer malgr? son go? t pour la d? pense. Apr? s commencera ? r? ellement s’enrichir. ? ? ? ? Tout d’abord la mort de son ami et sup? rieur Forestier permet ? Bel Ami de passer d’? chotier ? chef des ? chos, ce qui l’am? ne ? gagner mille deux cents francs par mois. De plus il prendra ? cette ? poque pour ma? resse madame Walter, la femme de son patron, qui l’aidera encore ? monter. Le mariage de Duroy avec Madeleine Forestier lui permet de s’enrichir encore plus ; en effet Madeleine apporte avec elle quarante mille francs de dot et en plus un appartement d? j? pay? et meubl?. De plus Madeleine le m? nera ? conna? tre d’autres gens et un milieu diff? rent, le milieu politique et ? conomique et non plus le monde journalistique et ses alentours. Ce nouveau milieu lui permettra encore de s’enrichir, la ruse et la finesse de cette femme l’aideront ? norm? ment dans cette ascension. Madame Walter lui permettra aussi de gagner de l’argent.

En effet celle-ci a entendu son mari parler d’une affaire en Bourse que personne ne conna? t et qui va ? norm? ment rapporter. Pour faire plaisir ? son amant et gagner un peu d’amour elle lui parlera de tout cela. Duroy un peu m? fiant au d? but, suivra par la suite ses conseils et se retrouvera ? la t? te d’un petit p? cule de soixante dix mille francs, somme qu’il sera pr? t ? refuser ? cause du comportement de sa ma? tresse, pour se d? barrasser d’elle. Mais l’app? t du gain est le plus fort et le plus important et il acceptera cette somme. A partir de ce moment Duroy se consid? re tr? s riche et tr? important. Il est heureux et croit avoir r? ussi ? impressionner son patron, celui qu’il consid? re comme son mod? le mais aussi comme son rival : Monsieur Walter. Mais la richesse de Duroy va encore augmenter. En effet, ? la mort du comte de Vaudrec, un ami de la famille, Madeleine aurait d? toucher un million de francs. Mais Bel Ami trouve que cette somme est ind? cente pour une seule personne, et pense que si elle l’accepte les gens trouveront cela bizarre. Ils penseront que Vaudrec ? tait son amant. Il exige donc de partager la somme. Bel Ami se trouvera donc avec quatre cent mille francs venu de l’h? itage de Vaudrec ( il aurait d? toucher cinq cent mille francs mais chacun a donn? cinquante mille francs au neveu du d? funt). A ce moment Duroy est le plus heureux des hommes, il se prend pour un millionnaire, il croit ? tre le plus riche et pense que personne ne pourra le rejoindre. Mais ? ce moment l? le coup de Bourse qui lui rapportait soixante-dix mille francs en fait gagner quarante ? cinquante millions ? Monsieur Walter, son patron et rival. Duroy se trouvera donc encore petit et d? cidera de s’enrichir et de gagner encore et encore. Il d? cide de prendre sa revanche sur son patron. Pour cela il s? uira Suzanne, la plus jeune et plus jolie de ses filles. D’abord bons amis, Duroy d? clarera son amour ? la jeune fille et lui demandera de l’? pouser. Ses parents n’? tant pas d’accords ( son p? re pense qu’il n’a pas une assez bonne situation, et sa m? re ne veut pas que sa fille ? pouse son amant), il enl? vera Suzanne jusqu’? ce que ses parents c? dent. Ce mariage apportera ? Duroy dix millions de francs (montant de la dot de Suzanne) et Monsieur Walter dira de lui ? ce moment l? :  » il est fort tout de m? me. Nous aurions pu trouver beaucoup mieux comme position, mais pas comme intelligence et comme avenir.

C’est un homme d’avenir. Il sera d? put? et ministre « . On peut supposer que m? me reconnu socialement, Duroy continuera ? gagner de l’argent car il n’y a que ? a qui compte chez lui. On le devinera car il regarde ? la fin du roman le parlement et r? ve de devenir d? put?. Les Femmes ? ? ? ? Les femmes ont une tr? s grande pr? sence dans Bel Ami. En effet, Duroy r? ussit son ascension gr? ce ? elles. Sans elles, il vivrait encore dans la mis? re. Bel Ami est beau et a du charme, il s’en servira aupr? s des femmes. Beaucoup de femmes apparaissent dans ce livre, toutes plus ou moins int? ressantes et importantes.

Mais les femmes les plus importantes de ce roman sont : Madeleine Forestier, Clothilde de Marelle, Virginie Walter et sa fille Suzanne. ? ? ? ? Au d? but du roman, Duroy est en manque d’amour. Il r? ussit ? en voler mais il esp? rait plus et mieux. La premi? re femme dont on entend parler dans le roman est une prostitu? e, Rachel, rencontr? e aux Folies Berg? res. Elle est appel? e la  » fille ? un ou deux louis « . C’est une grosse brune qui allume le d? sir. Malgr? son habitude des hommes, Rachel tombe sous le charme de ce jeune homme et se donne ? lui, m? me pour un louis et m? me pour 10 francs. La premi? re femme d? rite dans ce roman est une femme facile, une femme qui n’aidera en rien Duroy. Mais Duroy c? de ? cet  » amour  » rapide et facile m? me s’il cherche un autre amour et une autre sorte de femme. ? ? ? ? Les femmes les plus importantes apparaissent au deuxi? me chapitre lorsque Duroy est invit? ? d? ner chez Forestier. Ce d? ner marque le d? but de son ascension et sa rencontre avec des femmes d’un autre milieu, des femmes du monde plus belles mais plus difficiles ? s? duire. Mais Bel Ami est beau, il le sait et il se servira de cette beaut? pour toutes les s? duire et r? ussir gr? ce ? cela son ascension sociale. ? ? ? ? La premi? e femme que Duroy d? couvre est Madeleine Forestier, l’? pouse de son ami. Madeleine Forestier est une  » jeune femme blonde tr? s jolie « , ? la  » taille bien souple  » avec une  » poitrine grasse « ,  » des yeux gris « ,  » un nez mince « ,  » des l? vres fortes « , et un  » menton un peu charnu « . Duroy est impressionn? par la jeune femme ?  » la figure irr? guli? re et s? duisante, pleine de gentillesse et de malice « . Madeleine combine ? la beaut? une grande intelligence. D? s leur premi? re rencontre, elle perce la nature de Duroy, elle se rend tout de suite compte que Duroy est un homme qui ira loin, lorsqu’il parle de son voyage en Afrique.

Elle le couve d’un regard  » protecteur et souriant « , d’un regard de connaisseur qui semble dire  » Toi, tu y arriveras « . Elle sent le talent de journaliste mais aussi le talent de s? ducteur, elle le pousse ?  » faire sa cour  » ? madame Walter, la femme du patron pour qu’il soit bien vu du patron. ? ? ? ? Madeleine est une habitu? e du journalisme car lorsque Duroy entre dans le cabinet, il la voit avec une  » grande page de papier demeur? e ? crite ? moiti? , interrompue par l’arriv? e du jeune homme « . On peut donc supposer qu’elle ? crivait les articles de son mari. De plus, elle est capable d’? crire un tr? bon article ? succ? s en tr? s peu de temps avec une facilit? d? concertante. On sent que dans le m? nage Forestier, c’est Madeleine qui m? ne et qui d? cide de tout. ? ? ? ? Ce m? lange de beaut? et d’intelligence attise tout de suite le d? sir de Duroy et il essayera d’en faire sa conqu? te. ? ? ? ? On retrouve une Madeleine plus froide et plus calculatrice lorsque Duroy lui annonce son amour. Elle reste de marbre face ? cette d? claration et r? ussit ? calmer Duroy, qui, d?? u de cette d? faite, se jurera de la conqu? rir t? t ou tard. ? ? ? ? Madeleine s’int? resse ? galement ? la politique.

En effet, lors d’une r? ception, Duroy est ? tonn? de  » la voir intime  » avec les repr? sentants du pays, avec les hommes influents du pays. Madame de Marelle dira ? propos d’elle et de son go? t pour la politique :  » Elle fait tout. Elle est au courant de tout, elle conna? t tout le monde sans avoir l’air de voir personne ; elle obtient ce qu’elle veut, comme elle veut et quand elle veut. Oh ! Elle est fine, adroite et intrigante comme aucune, celle-l?. En voil? un tr? sor pour un homme qui veut parvenir « . Plus tard, elle pr? f? rera aller ? la chambre des d? put? s que d’aller voir un duel. Lorsqu’elle sera mari? ? Duroy, c’est elle qui le mettra au courant des nouvelles de la politique ext? rieure.  » J’ai de grandes nouvelles « ,  » l’affaire du Maroc se complique « . Elle r? ussira aussi ? se faire des relations en usant de l’influence politique de son mari. La politique est une vraie passion pour cette femme. Ce qui est ? tonnant, car c’? tait ? cette ? poque, une activit? exclusivement masculine. ? ? ? ? Madeleine a aussi, comme toutes les femmes ses faiblesses. En effet, au moment de la mort de son mari on la retrouve triste, fragile et ? prouv? e par ce d? c? s. Mais d? s que Forestier est mort elle laisse esp? rer ?

Duroy qu’elle deviendra sa femme et le laisse attendre avant de se donner ? lui et de lui avouer son amour. ? ? ? ? Madame Forestier devenue Duroy, comme beaucoup de femmes de son ? poque et de son milieu, n’? tait pas tr? s fid? le. En effet elle laisse deviner ? Duroy qu’elle avait un amant du temps de Forestier (probablement Vaudrec) et elle trompera son mari avec Lacroche-Mathieu, le ministre des affaires ? trang? res peut-? tre se donnera-t-elle ? lui par amour mais il est plus probable qu’elle ait fait ? a par int? r? t. Cet adult? re la m? nera ? divorcer de Duroy ce qui la force ? se retirer et elle se retrouve au point de d? art. Mais elle ne se laissera pas abattre et recommencera tout son travail avec un jeune journaliste, Jean le Dol ? qui elle ? crit aussi ses articles. ? ? ? ? Madeleine Forestier peut ? tre d? finie comme une  » rou? e, une fine mouche « , calculatrice on pourrait presque dire, ? cause de son go? t de la politique et de l’intrigue, que c’est un homme dans le corps d’un femme. ? ? ? ? La deuxi? me femme que Duroy rencontre ? ce d? ner, celle qui deviendra par la suite sa ma? tresse se nomme Clothilde de Marelle. Duroy est tout de suite attir? par cette femme  » piquante « , il se sent proche d’elle et de son caract? re d? s le d? art. C’est une bourgeoise typique du XIX? me si? cle : riche mais ne se pr? occupant pas de l’argent, belle et aimant s’amuser, elle ne s’occupe ni de politique ni des affaires masculines comme Madeleine Forestier. ? ? ? ? Clothilde de Marelle est une femme mari? e, mais son mari est toujours absent. Elle a aussi une fille pr? nomm? e Laurine, la seule enfant ? voluant dans ce monde et ce milieu d’adultes. ? ? ? ? La ma? tresse de Duroy a deux activit? s qu’elle aime beaucoup : s’amuser et aimer. ? ? ? ? En effet , lors de ses premi? res sorties avec Duroy elle lui avoue son c? t? boh? me, elle veut aller dans  » un restaurant o? ont les employ? s « , elle veut m? me s’habiller en  » ouvri? re  » elle avouera avoir des go? ts  » canailles  » et forcera Duroy ? l’emmener dans un bastringue. Elle conduira son amant dans  » tous les endroits louches o? s’amuse le peuple  » et aime ? s’habiller  » d’une robe de toile, la t? te couverte d’un bonnet de soubrette [? ] elle gardait ses bagues, ses bracelets et ses boucles d’oreilles en brillant  » Elle aime le danger et c’est ce qui l’am? nera ? inviter Duroy ? d? ner avec son mari. ? ? ? ? Madame de Marelle a aussi beaucoup besoin d’amour. En effet son mari est toujours absent et elle profite de cela pour prendre es amants. Elle tombe presque tout de suite sous le charme de Duroy, elle se donne ? lui juste apr? s leur d? ner au restaurant. En la raccompagnant Duroy l’embrasse et elle lui rend son baiser. Elle tombe par la suite tr? s amoureuse de Duroy. En effet elle n’h? site pas ? d? penser pour son amant : elle loue un appartement pour qu’ils puissent s’aimer ? l’abri des regards. Lorsque Duroy est dans la mis? re elle lui donne de l’argent pour qu’il puisse continuer ? vivre ( » louis de 20 francs « ) ? plusieurs reprises et malgr? sa fiert? , son amant les accepte. ? ? ? ? Leur relation fut une relation en pointill? ils se disput? rent souvent, leur relation est ? pisodique. ? ? ? ? Leur premi? re dispute et rupture a lieu ? cause de Rachel, la prostitu? e des Folies Berg? res. Rachel fait comprendre qu’elle conna? t Duroy. Madame de Marelle, d?? ue, jalouse et irrit? e de cette r? v? lation le laisse seul et rompt avec lui. Mais quelques mois plus tard ils se retrouvent comme si rien ne s’? tait pass? et Duroy la retrouve dans leur appartement  » fr? missante d’amour  » . ? ? ? ? Leur relation ? voluera peu ? peu et prendra m? me une  » allure conjugale  » au d? but de la deuxi? me partie du roman. ? ? ? ? Leur deuxi? e rupture aura lieu quelque temps plus tard lorsque Duroy lui annonce son mariage avec Madeleine Forestier. Elle fondra en larmes et est tr? s malheureuse mais elle reste lucide et sait que m? me mari? Bel Ami lui reviendra. S’ensuit une p? riode de froid et des retrouvailles encore plus chaudes, l’? t? de leur retrouvailles fut un  » ? t? idyllique « . ? ? ? ? Leur troisi? me rupture a lieu ? cause de Madame Walter. En effet celle ci, par amour, a enroul? des cheveux autour des boutons de gilet de son amant, Madame de Marelle d? couvre donc que Duroy a une autre ma? tresse et ? tant tr? s jalouse elle quitte de nouveau son amour.

Apr? s le divorce de celui-ci ils se retrouvent et recommenceront leur histoire. ? ? ? ? Leur quatri? me et derni? re rupture a lieu ? cause du mariage de Bel Ami avec Suzanne, sa ma? tresse par amour et par d? sespoir salira Suzanne et Duroy la battra pour cela. Mais les deux amants ne peuvent se s? parer bien longtemps et en sortant de l’? glise pour son mariage Duroy se met ? penser ? elle, ce qui laisse supposer une nouvelle r? conciliation. ? ? ? ? Madame de Marelle repr? sente dans ce roman la joie de vivre, elle est celle qui aime s’amuser et aimer, c’est une femme enfant qui aime profond? ent Duroy, cette femme est  » fantasque et rigolote  » ? ? ? ? La 3? me femme que Duroy rencontre dans ce roman, c’est Virginie Walter, la femme de son patron. Ce sera la 2? me ma? tresse de Duroy. ? ? ? ? Madame Walter est d? crite au d? but du roman comme une femme un peu  » trop grasse, belle encore, ? l’? ge dangereux o? la d? b? cle est proche « . ? ? ? ? C’est une femme qui d? couvre le plaisir sur le tard. Mais elle est maladroite et ne sait pas se comporter avec les hommes. Elle est ? touffante. ? ? ? ? Avant de rencontrer Duroy, c’? tait  » une de ces femmes dont on n’a jamais rien murmur? et qui est  » inattaquable sous tous les rapports « . C’est une honn? te femme, une femme tr? s religieuse. Elle est  » la patronnesse de toutes les bonnes ? uvres de la Madeleine  » et a une  » allure de maman tranquille « . ? ? ? ? Madame Walter est timide et respectueuses des conventions. Elle n’ose pas appeler Duroy  » Bel Ami « . Mais elle n’est pas insensible ? son charme. En effet, lorsque celui-ci lui d? clare son amour, elle r? siste mais on sent qu’elle est pr? te ? craquer. Elle a beaucoup de mal ? le rejeter. De plus, lorsque Bel Ami lui fait une deuxi? me d? claration, elle se contient difficilement et lui donne rendez-vous ? ‘? glise de la Trinit?. Lors de leur rencontre, elle lui avouera qu’elle l’aime depuis plus d’un an en secret. Apr? s cette d? claration, elle demande du temps pour rassembler ses esprits. Elle essayera de prier mais pendant cette pri? re, elle se rendra compte qu’elle ne r? ussira plus ? cacher et ignorer son amour. Se sentant coupable, elle se confessera. En ressortant, elle r? ussira (avec difficult? ) ? repousser Duroy mais ne tiendra pas et lui donnera rendez-vous. ? ? ? ? Ce sera lors de ce rendez-vous qu’elle lui c? dera mais tortur? e par ses actes, elle repoussera son amant et l’accablera de reproches. ? ? ? A partir de ce moment l? , madame Walter va ? norm? ment changer avec Duroy. Elle est folle amoureuse de lui. Mais lui se lasse vite ? cause de sa maladresse et de son comportement. En effet, celle-ci se comporte comme une jeune fille. Elle fait plein de gamineries et ne sait pas allumer le d? sir de Duroy comme Madame de Marelle. M? me quand Duroy la repousse, elle s’accroche ? lui, elle  » l’emprisonne dans une passion effr? n? e  » et le  » pers? cute de tendresse « . Jalouse et triste du comportement de son amant, elle se vengera et enroulera un de ses cheveux autour de chaque bouton du gilet de Duroy.

Pour elle, c’est un  » lien par lequel elle l’attachait  » mais cet acte provoquera leur rupture. Madame Walter reste malgr? tout amoureuse de Duroy et elle prendra tr? s mal son mariage avec sa fille. Ce mariage la d? truira physiquement et moralement. ? ? ? ? La derni? re femme dont Duroy se fera aimer dans ce roman est Suzanne Walter qui n’est autre que la fille de son patron et de sa ma? tresse. ? ? ? ? Suzanne est une  » fr? le poup? e blonde, trop petite mais fine, avec la taille mince, des hanches et de la poitrine, une figure de miniature, des yeux d’? mail d’un bleu gris [? ] et des cheveux ? bouriff? , fris? s, une broussaille savante « . Suzanne marie la beaut? et l’intelligence, elle ? gaie Duroy par ses  » dr? leries « . Il dira m? me que  » dans son corps de poup? e s’agitait un esprit agile et malin, impr? vu et sournois « . Elle et Duroy s’entendent tr? s bien. Ils aiment parler ensemble et se moquer des autres. Entre eux na? t une  » intimit? fraternelle  » et elle accepte de faire tout ce qu’il lui demande. Elle lui promet d’attendre avant de se marier et de lui pr? senter tous ses soupirants. Elle est amoureuse de lui mais refuse de lui avouer ? cause de sa femme. Lorsque celui-ci sera divorc? elle bravera p? re et m? re pour se marier avec son ami. Elle se laissera m? me enlever par lui. ? ? ? ? Elle repr? sente la jeunesse et l’innocence dans ce monde corrompu. Elle se donne ? Duroy mais ne se doute pas que celui-ci l’a s? rement ? pous? e ? cause de sa dot de 10 millions de francs qui lui permettront de monter encore socialement. Dans ce roman toutes les femmes repr? sentent quelque chose : Rachel c’est la femme pour les autres, Madame de Marelle c’est la femme pour elle-m? me, Madame Forestier c’est la femme pour les hommes, Madame Walter c’est la femme de trop, Suzanne c’est la femme ? choisir.