Dessin

Dessin

enfantDessin d enfant. Introduction: L’expression graphique evolue parallelement au developpement maturatif de l’enfant. Le dessin s’inscrit avec l’acquisition de la motricite chez l’enfant, puis avec l’avancee en age des enfants, il s’observe progressivement une intentionnalite representative. Le trace prend une valeur symbolique et psychoaffective, il a un « effet miroir « c’est-a-dire que le miroir peut tout aussi bien etre la voix du psychotherapeute ou toutes autres formes sensibles, comme les productions graphiques.

Le dessin chez l’enfant devient le reflet de ses pulsions primaires, de ses fantasmes, de ses angoisses, il projette dans le dessin ce qu’il ne peut traduire par les mots et la parole. C’est une representation personnelle de sa realite psychique, une decharge pulsionnelle creative qui represente son monde interne, ses aspirations, ses difficultes. Le dessin est en premier une representation de soi, il est en rapport avec le corps, le dessin est un moyen d’expression privilegie par l’enfant dans les seances de psychotherapie.

Ce sera pour reprendre Winnicott un espace transitionnel, necessaire a l’integration et a l’identification du Moi de l’enfant, il raconte une histoire, il raconte son histoire. L’acte de dessiner est un processus cathartique naturel qui a un role therapeutique. Le dessin est un massage et un autoportrait dans

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
lequel apparaissent les preoccupations presentes, l’histoire passee et le devenir de l’enfant. La dimension projective du dessin signifie qu’on ne se represente que soi sur le dessin. Le dessin devient une histoire dans laquelle chacun prend position.

Il y a une totale subjectivite dans le dessin on se fond dans le dessin en tant que sujet et on projette des lors son soi sur le dessin. On se percoit dans le travail de dessin. A partir de ces theories nous avons decide de faire passer ce test a des enfants de bas age. Protocole: Nous avons decide de faire dessiner un enfant durant un moment dans le but d essayer de decouvrir et de decrire comment un dessin d enfant peut « parler » du lien clinique qui se developpe entre lui et l observateur.

Pour permettre un meilleur recule sur ce moment nous nous sommes munis d une camera et avon filme la scene. Anamnese: Nahuel est une fillette de six ans et quatres mois, elle est souriante et energique. Cheuveux noires, regard expressif elle est un peu fluette pour son age. Elle evolue dans un milieu socio-culturel moyen et vie avec sa mere infographiste qui travail a domicile. Elle a un frere issue d une precedente union age de vingt-quatre ans qui ne vie plus sous le meme toit qu elles.

Les parents de Nahuel sont separes depuis longtemps et la fillette ne voit pas souvent sont pere. Nahuel a un bon niveau scolaire, beaucoup d amies et a un contact facile pour son age. Deroulement de l observation: J interviens seul au domicile de nahuel un soir durant les vacances scolaire. J ai avec moi une camera pour filmer l observation. A mon arrive je suis acceulli par son grand frere que je connais bien, je salut sa mere et entre dans le salon. Nahuel arrive aussitot en trotinant les bras derriere le dos avec un large sourrire.

A cet instant nous sommes tous les quatres dans le salon, nahuel se tien devant moi et je sens qu elle attend. Plus precisement je sens qu elle m attend moi et qu elle sait deja pourquoi je me trouve chez elle. Avant que je ne puisse parler sa mere lui dit d aller chercher ses crayons et des feuilles et de s installer sur la table du salon. Elle s execute et revient aussitot avec sa trousse de coloriage, une feuille blanche, s installe sur la table et s apprete a dessiner.

Je l arrete car je n ai put encore rien lui dire, je m apercois que l observation va se derouler en presence du reste de la famille mais aussi qu une amie de la petite l attend dans sa chambre, cette derniere etant venu jouer le temps d une soiree. Je sais d or et deja que l observation sera courte. Je commence a expliquer a l enfant que je veux qu elle me fasse un beau dessin et que je le ramenerais en cour a la rentree. Je lui qu elle put dessiner ce dont elle a envie et de prendre le temps qu elle veut pour le faire.

Je lui montre la camera et lui demande si sa l ennui que je la filme. Elle accepte sans hesiter l air amuse et commence son activitee. Je me tien face a elle assi a la table. La fillette prend sa trousse y cherche un crayon et commence a dessiner. A ce moment le salon est plonge dans le silence , les seuls sons audible sont ceux des crayons griffant la feuille et des doigts tappotant le clavie d ordinateur. La mere de nahuel et son frere sont tous les deux tournes vers leur ecrans mais je sans qu ils sont tres attentif a ce qu il se passe dans la piece.

La fillette dessine sans dire un mot et sans jamais regarder dans ma direction. Elle poursuit sont dessin un moment et je ne trouve rien a dire, je me contente parfois de nomer ce qu elle dessine. La « sceance » durait environ 15 minutes, nahuel dessinait toujours dans le silence et l atmosphere se faisait de plus en plus pesante, sur la feuille etait dessine dans l ordre quatres fleurs, le soleil, le ciel, les nuages et une maison dans laquelle se trouvait un ordinateur dessine avec precision( unite centrale, ecran et souris).

La maison avait une fenetre avec des rideau et des volets pour me dit elle : « pas qu on nous voit ». apres avoir remplis plus ou moins la feuille blanche Nahuel s arreta et me fixa un moment, je compris qu elle avait termine son dessin, elle fini par ecrire son prenom derriere la feuille. L activitee passe, le salon se remit a vivre, sa mere se leva et nahuel lui tendit le dessin pour qu elle le voit. Enssuite elle me le remi puis courra rejoindre son amie. Impressions personnels. Mon arrivee:

A mon arrivee je suis attendus de pied ferme si l on peut dire, je me rend compte que Nahuel est au courant de ce que je vien faire et de ce que je vais lui demender car dessuite elle se dirige vers moi, me dit bonsoir, m embrasse, chose qui habituellement met bien plus de temps et doit etre reclame. Puis elle demeure devant moi un moment comme attendant que je lui dise de commencer a dessiner. Je suis pris de court pas sa mere qui instaure d emblee le rythme de l activitee, a cet instant je n ai encore rien dit, rien fait et je peine a savoir comment je vais pouvoir avoir un semblant de controle sur ce que je vais pouvoir dire ou faire.

Le fait que la mere de famille est instaure, a mon sens, la cadence, m ennuie mais j essai de faire taire mes angoisse en expliquant a la fillette ce que j attend d elle. Elle m ecoute mais dans le fond me donne l impression de ne pas m entendre, j ai une image dans la tete, celle de sa maman lui expliquant avant mon arrive ce qu elle alle faire, pourquoi, combien de temps, bref je ne me sens pas tres a l aise et je pense que Nahuel le ressent. Durant le dessin: Mes craintes se justifies, le salon qui d ordinnaire est vivant et bruillant en une seconde se fige.

Je suis devant Nahuel qui dessine et un lourd silence envahie la piece, je le ressens et il me semble que la petite le ressent aussi, elle ne parle pas, ne me regarde pas et comme elle je ne dit rien. Je sais que sa mere et son grand frere sont tres concentre sur ce que nous faisons meme si il veulent montrer le contraire et je me sens oblige de dire quelques chose pour briser ce silence mais rien ne me vien. Nahuel est applique, concentre sur sa feuille, elle alterne les couleurs et tourne son dessin dans un sens puid dans l autre.

Elle remplis son role tendis que je la film maladroitement. Ne sachant pas ou me mettre je me leve, la filme derriere son epaule, me rassoi puis me releve bref je ne trouve pas ma place et le silence pesant me derange de plus en plus. La fin de l’observation: Le dessin est bientot termine mais la pression liee a l atmosphere particulier de le piece et toujours la, je ne parle pas plus qu au debut de l activite et rien d interressant ne me vient a l esprit.

Lorsque fini d ecrire son prenom sur la feuille c est comme un bouffe d oxygene pour moi et toutes les personnes presentes. Nahuel montre son dessin a sa mere qui la felicite, son grand frere se leve et me parle et la fillette me donne sa feuille puid s enfuit tres vite rejoindre sa copine qui l attend. L atmosphere est a present revenu a la normal, je range le dessin, range mes affaires et passe a autre chose. Ni moi, ni la famille de la petite avont reparle de cette instant . Moi et Nahuel: