Desnos

Desnos

Robert Desnos. Les Gorges Froides. Intro. Le poeme  »les Gorges froides » de Robert Desnos a ete ecrit vers 1926 dans le recueil  »c’est les bottes de 7 lieux que cette phrase « Je me vois » » avec onze autres poemes. Ce poeme a ete ecrit dans un contexte de renouvellement pour les ecrivains, les artistes et les poetes. Souhaitant se separer des formes obsoletes de la litterature ou de l’art, ces hommes et femmes de l’entre-deux guerre ont tente de donner une nouvelle definition aux arts anciennement figes. Lecture du poeme.

Tres intriguant aussi bien dans sa forme que dans son contenu, nous sommes en droit de nous demander si l’on doit considerer  »Les Gorges Froides » comme un poeme lyrique traditionnel ou bien comme l’expression d’une forme surrealiste. Plan. Afin de repondre a cette question, nous verrons tout d’abord que ce poeme a une forme relativement traditionnelle. A contrario, il possede de nombreux accents surrealistes qui nous pousserons a nous interroger sur le sens reel du poeme qui semble rester mysterieux. Mini-intro.

Malgre le fait que Desnos soit considere comme un auteur surrealiste, le poeme semble observer les codes traditionnels des textes anciens. Tout d’abord, sa forme reste stricte et structuree. Dev. En effet, le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
poeme est construit sous la forme d’un sonnet de 14 vers repartis en deux quatrains, deux tercets. Le sonnet, apparut vers 1200 en Italie est considere comme la forme la plus rigide du poeme tant sa construction est complexe. Le plus souvent en alexandrins, Desnos respecte a la lettre (ou presque) cette regle tout en adoptant un schema de rime tel que ABAB ABAB pour les quatrains et CCD EED pour les tercets.

Il s’assure ainsi de respecter les caracteristiques propres au sonnet et aux auteurs tels que Joachim du Bellay ou Petrarque. Transition. Meme si la forme stricte du sonnet colle (presque) parfaitement au poeme des  »Gorges Froides », Robert Desnos a egalement utilise nombres de themes chers au poete d’antan. Dev. Le sonnet se caracterise surtout grace a son theme de l’amour fort present dans de nombreux ouvrages. Desnos, en dediant son poeme a Simone, inclut des le depart une dimension a autrui.

C’est a dire qu’il n’est pas tourne sur lui-meme, c’est un texte pour une personne, une femme qui plus est. On peut penser qu’il s’agisse d’une forme de dedicace. Il donne egalement des surnoms comme -mon c? ur (v5) ou ma chere (v9) demontrant ainsi la tendresse qu’il eprouve pour le destinataire du poeme. De meme que la predominance du feminin tende a demontrer un certain amour, le pronom personnel  »Je » prouve que le poete s’exprime avec ses sentiments, il se confie. On ressent donc une forte implication du poete.

Le theme de l’amour se voit egalement par tout le champs lexical employe ici comme -ton regard le plus beau (v10), je vous aimai (v12). Le theme de la mort est egalement bien represente dans ce poeme. L’emploi du passe montre un certain cote obsolete voir mort -la poste d’hier (v1). Nous sommes bien morts (v2). Ou encore (v8) l’epitaphe des tombes. Il emploi aussi un vocabulaire tres organique, tres corporel -la boussole est en os (v5), quelque tibia (v6). Peut-etre peut-on y voir une allusion a la premiere guerre mondiale.

Rien que le titre  »les Gorges Froides » pourrait etre apparentes a des cadavres. Conclusion partielle + transition. Robert Desnos semble s’etre engage dans un chemin traditionnel, loin du surrealisme auquel il appartient habituellement. Que ce soit pour sa forme aussi bien que pour ses themes, le sonnet parait etre respecte. Neanmoins, on peut voir apparaitre de nets accents surrealistes. Bien que la structure meme des  »Gorges Froides » semble appartenir au sonnet, on remarque tout de meme certaines irregularites.

Dev. Comme precise precedemment, ce sonnet est ecrit en alexandrins, mais on peut noter une anomalie au vers 7. En effet, au lieu de presenter 12 syllabes, il en presente 13. peut-etre est-ce une erreur de l’auteur ? Un indice nous prouve que non. -un aspect d’operas parait etre l’element perturbateur. Le mot  »aspect » aurait tres bien pu etre remplace par  »air » pour former un alexandrin parfait qui aurait donne -pour un ampute on un sinistre air d’operas et ainsi obtenir une forme reguliere.

De plus, des antitheses de temps n’etaient pas courantes dans le sonnet comme au vers 1 ou Desnos oppose -hier et le futur telegraphieras. Il y a egalement une opposition du vers 2 et du vers 9, d’un cote il precise qu’il est bien mort, d’un autre, il meurt ce soir. De la meme facon, on percoit une ponctuation vers 8 ou vers 12 mais il y a une absence de virgule comme si les phrases etaient deconstruites dans leur contenu tout comme la majuscule n’est pas respectee a chaque debut de vers. (v2-4).

Malgre le fait qu’il est cense etre mort, il s’adresse bien a quelqu’un comme le demontre le pronom ‘tu’. Transition. Cette forme irreguliere est confortee comme vision surrealiste par une forme d’ecriture propre au poete et aux artistes de son temps. On pourrait dire qu’il s’agit d’un poeme  »automatique ». Dev. L’ecriture automatique est considere comme un mode de creation litteraire inventee et utilisee par les surrealistes afin de se detacher des codes imposes. Elle permet egalement de s’echapper de l’etroitesse et des limites inculques.

Il s’agit de creer, d’ecrire sans que la raison regisse les idees. Ecrire au fil de la plume. Ainsi, avant d’ecrire, l’auteur ne choisit pas ce qu’il va ecrire ni les raisons qui le poussent a ecrire. Dans  »Les Gorges Froides », Desnos a laisse des traces de cette forme de creation notamment grace a des rapprochement inhabituels tels qu’aux -vers 4 porter ma lettre aux fleurs, vers 6-7 avec un oxymore mis en relief par le rejet les marelles pour amputes. De meme, il utilise des noms de rues pour qualifier la destinataire, -ma chere Tombe-issoire (v9) ou ma Folie-Mericourt (v13).

On pourrait relier ce poeme a la technique de Frottage de Max Ernst qui consistait a apposer une feuille blanche sur une surface et a crayonner dessus pour voir apparaitre des formes et des dessins. L’ecriture automatique semble basee sur le meme schema et ce poeme egalement. Desnos aurait posee sa feuille devant lui et, par l’ecriture automatique, aurait vu apparaitre des idees et des mots. Conclusion partielle + transition. Par sa forme irreguliere et sa forme particuliere de redaction,  »Les Gorges Froides » revet des aspects surrealiste indeniables.

Neanmoins, son sens semble sans cesse se derober a notre comprehension tout d’abord par des jeux de styles. Dev. Nous avons remarque qu’il s’agissait d’un sonnet irregulier dans sa forme. Robert Desnos commence a nous perdre. S’agit-il d’un acte volontaire ? Il use d’images surrealistes comme -au vers 3 triste facteur un cercueil sous ton bras. N’est-ce pas une lettre qu’apporte habituellement un facteur ? Plus proche du reve et de ses bizarreries, le reseau lexical sur le corps semble donner au poeme un aspect morbide voir pathetique de la mort.

De meme, l’utilisation recurrente du theme de la boussole -vers 5-6-14, nous force a nous demander si le poete souhaite reellement que l’on trouve un sens ou bien s’il souhaite au contraire que nous nous perdions, desabuses par des directions trop peu precises. Le lecteur est d’autant plus perdu que Desnos joue sur plusieurs themes au regard des deux quatrains. La fin du poeme pose aussi des problemes. Le poete parle d’un adieu mais egalement d’un retour. Le retour a quoi ? La reponse reste dans l’ordre des suppositions du lecteur.

Transition. Les jeux de style sont mis en relief grace a une autre forme de jeu, le jeu de mots qui caracteriserait presque  »Les Gorges Froides ». Dev. Le titre rentre parfaitement dans la definition que l’on se fait de jeu de mots. En entendant  »les Gorges Froides » on pense surtout a des cadavres mais il existe une expression -faire des gorges chaudes de qqun, c’est a dire se moquer de quelqu’un. De qui pourrait-il, alors se moquer ? Des anciens codes de l’ecriture peut-etre, ou bien de l’amour ou de la mort elles-memes.

On apercoit un jeu au vers 2 et 4 pour hirondelles et tire d’elle. Desnos n’a pas suivi l’orthographe habituel pour cette expression, il a repris ici le pronom ‘elle’ creant ainsi un desequilibre entre une rime au pluriel et une rime au singulier. Il s’agirait d’un jeu sur le signifiant/signifie. La predominance du feminin se retrouve dans les noms de rues precedemment evoquees. Ces noms revetent des connotations sur la mort -Tombe-issoire, Folie-Mericourt. Ou peut-etre Mere y court. Dans ce cas, la femme pourrait-elle etre sa mere ?

Au vers 1, il semble s’auto-referencer par l’image du facteur, peut-etre un jeu de mots sur le fait que ce soit un homme de lettre tout comme l’ecrivain. Conclusion. En fin de compte, ce que l’on retiendra de ce poeme, c’est qu’il ne s’agit pas moins d’un poeme surrealiste que d’un poeme traditionnel. Desnos jongle entre les deux particularites tout en creant son propre style par des jeux de mots lourds de sens ou insenses laissant ainsi le lecteur libre de ses interpretations et de son incomprehension.