Définition du théâtre de l’absurde

Définition du théâtre de l’absurde

Définition du théâtre de l’absurde Le théâtre de l’absurde est un terme formulé pour la première fois par l’écrivain et critique martien selles pour désigner une direction théâtrale importante du axe siècle. Il désigne essentiellement le théâtre de bêchent, ioniser, arable, les premières pièces d’dames et de Genet. L’absurdité des situations mais également la déstructuration du langage lui-même, ont fait de ce style théâtral un mouvement dramatique à part entière. Ce type de théâtre montre une existence dénuée de signification et met en scène la déraison du onde dans laquelle l’humanité se perd.

L’apparente absurdité de la vie, un thème existentialiste que l’on trouvait chez différents auteurs tels Sarthe et Camus. Le théâtre de l’absurde n’est ni un mouvement ni une école. Les auteurs du théâtre absurde, peu nombreux, n’appartiennent pas à la bourgeoisie. Ils ont en commun cette volonté de rejeter les règles du théâtre, à savoir unité de temps, unité de lieu et unité d’action. Ces une approche plus psychologique de la société et de phonème ( nature humaine ) qu’ils tentent de faire partager par le biais d’un

swaps toi nixe page d’une intrigue et d’une communication par un dialogue souvent difficile ( Dans « En attendant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
godet » de bêchent, les deux personnages parlent mais on a l’impression que chacun d’eux a un discours différent) Les différences entre l’absurde et le théâtre classique Le théâtre de l’Absurde est apparu dans les années 1950. AI se caractérise par une rupture totale par rapport aux genres plus classiques, tels que la tragédie ou la comédie. Par exemple, la tragédie classique respecte la règle des trois unités, la règle de vraisemblance et de bienséance.

Le théâtre de l’Absurde traite de l’absurdité de homme et de la vie en général, celle-ci menant toujours à la mort. Contrairement aux auteurs classiques, les auteurs absurdes se libèrent de toutes les conventions théâtrales, tout en jouant avec elles. L’origine de cette pensée est le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale. Ce mouvement s’inspire des surréalistes et des dattiers et est radicalement opposé au réalisme. Le théâtre a un enjeu moral. A la fin de la pièce, le conflit est réglé, le spectateur peut tirer une leçon de la pièce qu’il vient de voir.