De quelle manière les ouvriers se sont-ils réconciliés avec la République?

De quelle manière les ouvriers se sont-ils réconciliés avec la République?

le parti Radical. Cest la première fois que des socialistes prennent le pouvoir, et c’est, une réussite pour une première. En effet, la France se trouve dans une crise politique et économique: plus d’un million de chômeurs sont recenses, et la raison principale exprimée est celle des étranger. es étrangers sont accusés de voler le travail des français, c’est pourquoi ces partis se sont unifié De quelle manière les ouvriers se sont- ils réconciliés avec la République? Premium By Camille-Duteil RHBapR 26, 2015 | 5 pages Etude critique de document

Le premier document intitulé « Grévistes sur le tas » est une photographie datant de 1936. Elle illustre l’ambiance festive des grèves ouvrières qui ont lieu dans les usines. Le second document est un extrait des Accords de Matignon signés par la CGT et le patronat, en présence de Léon Blum, à l’hôtel Matignon le 7 juin 1936 ainsi qu’une Lettre de Léon Blum, président du conseil à Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT. De quelle manière les ouvriers se sont-ils réconciliés avec la République? A partir de ces deux documents, nous allons montrer que le Front p g

Populaire est une no mobilisée les ouvrie que cet union réconc Le Front

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Populaire es de l’unification de tro socialistes ayant de manifestation, et République. nouveau qui résulte F, la SFIO ainsi que unifiés, par peur qu’une dictature soit instaurée suite aux mouvements d’extrême droite. Suite à une manifestation des partis d’extrême droite qui a viré au drame, le Front Populaire tente sa chance aux élections, en défendant à lui seul, la démocratie, et les droits pouvant améliorer les conditions de vie des Français. Les conditions de vies à améliorer sont principalement celles des ravailleurs.

Les travailleurs représentent en 1936, la majorité de la population active; (suite à l’industrialisation, le monde rural s’efface peu à peu pour laisser place aux industries) alors que, paradoxalement, les conditions de travail sont plutôt effrayantes: journées de travail à rallonge, soit 10 à 12 heures, sans vacances, ni aides, pour un misérable salaire sans que le gouvernement n’y change quelque chose. Personne n’est content de la politique de l’époque, mais le gouvernement en place n’entreprend aucune réforme qui pourrait changer la vie des Français.

C’est ourquoi, le Front Populaire est apparu comme le signe d’un futur changement positif, ce qui a eu pour conséquent, une motivation généralisée des ouvriers manifestant toujours, mais différemment. Les travailleurs ont manifestés à l’aide de grèves toujours, tout en faisant pression sur le gouvernement mais sans répression cette fois, ce qui est une nouveauté si l’on se souvient de la manifestation du 6 Février 1934, où 15 personnes ont 2 OF s nouveauté si l’on se souvient de la manifestation du 6 Février 1934, où 15 personnes ont trouvés la mort et où 1 500 autres ont ?té blessés.

Ces grèves sont toutes nouvelles: comme nous le montre le document 1, les ouvriers font grève dans l’entreprise elle même. Ils s’approprient les moyens de production pour éviter le relancement d’activité par les patrons, où les salariés ne faisant pas grève. Pendant ces périodes de grève, les ouvriers dansent, s’occupent de manière assez joyeuse et festive comme on pourrait le voir sur la photo. Cambiance de ses grèves est très bonne et a un effet positif sur les ouvriers et le gouvernement, qui est dorénavant le leur coté, engendrant comme nous e prouve ces grèves, un changement d’attitude radical des ouvriers.

Avant 1936, les ouvriers avaient beau être la majeure partie de la population active, ils étaient négligés par la République: leurs conditions de travail étaient très dures, leur journée de travail durait par exemple entre IO et 12, ils ne disposaient d’aucunes vacances, ni d’aides financière en cas de besoin et les conditions ne leur étaient pas toujours favorables (ex: Taylorisme, ouvriers debout 10 heures par jour, effectuant toujours la même tâche), pour un salaire, moindre.

La République ne leur donnant que peu e droits de travail ainsi que de droits sociaux, cela a engendré un mécontentement des ouvriers menant alors de à nombreuses gr 3 OF s droits sociaux, cela a engendré un mécontentement des ouvriers menant alors de à nombreuses grèves et donc à un refus général de travailler.

Cependant, grâce à la persévérance des travailleurs et à leur « grève sur le tas » plutôt positive et sans tension comme nous le montre le document 1, où l’on voit les travailleurs joyeux, confiants, dansant dans leur usine, ainsi qu’à la réussite du gouvernement de Léon Blum, seront votées les Accords e Matignon, ce qui remotivera la population à se remettre au travail. Les Accords de Matignon signés de 7 Juin 1936 seront favorables aux droits et conditions de travail des travailleurs.

Ces accords leurs donneront la possibilité de grève sans « qu’il ne soit pris aucune sanction » selon l’article 6, c’est à dire que chaque travailleur pourra manifester son mecontentement par des grèves si quelque chose ne lui plait pas, sans qu’il n’y ai aucune répercussion derrière. Les patrons ne pourront donc plus sanctionner les grévistes par un licenciement par exemple. Selon l’article 3, les travailleurs ont la possibilité d’agréer à un « syndicat professionnel » sans que ce soit un handicap.

Le fait d’appartenir à un syndicat ne doit en aucun cas être rebutant durant un entretien dembauche, et encore moins une raison de congédiement car, comme il est stipulé dans cet article, « les employeurs reconnaissent la liberté d’opinion » des travailleurs. Donc, chaque ouvrier p 4 OF S article, « les employeurs reconnaissent la liberté d’opinion » des travailleurs. Donc, chaque ouvrier pourra s’exprimer de la façon qu’il souhaite, soit en ayant recours aux grèves, soit par les yndicats, sans crainte.

Quelques lois concernant cette fois-ci les droits sociaux sont venues compléter les Accords de Matignon. Dorénavant, « la semaine de 40 heures » sera instaurée. Les travailleurs verront leurs journée de travail diminuer. Au contraire, selon l’article 4, les travailleurs verront leurs salaire qui étaient minables auparavant, « réajustés ». Leurs conditions de travail s’amélioreront, et ces travailleurs, qui n’avaient jamais connu de vacances auront, pour la première fois deux semaines de congés payés, ce qui est une très grande nouveauté.

Nous avons démontré à travers cette analyse que, pour la première fois, l’alliance de partis socialistes au pouvoir a motivé et mis en confiance les ouvriers, qui n’ont plus manifesté violemment leur mécontentement, mais qui l’ont manifesté à travers des grèves ‘festives » sur leur lieu de travail, ce qui fût une nouveauté. Grâce à la persévérance de Léon Blum ? la tête du Front Populaire, les ouvriers ont vus leurs droits et leurs conditions de travail évoluer en leur faveur, ce qui les a en quelques sortes réconciliés avec la République ce cette époque. S OF s