Dans la solitude des champs de coton

Dans la solitude des champs de coton

« Dans la solitude des champs de coton » est ecrit en 1985 et represente pour la premiere fois en 1987. Cette piece est tres particuliere etant donne qu’elle n’est pas divise en actes et en scenes, cela marque la volonte de l’auteur de ne pas marquer d’evolution. Les repliques sont si longues qu’on se rapproche davantage du genre romanesque que theatrale. La piece commence par un malentendu, qui ne sera pas dissipe, entre « dealer » et « client » (designation de l’auteur que le second personnage ne semble pas accepter… )

L’un (le dealer) veut croire, ou faire croire que la presence de l’autre dans la rue a cette heure tardive est en soi l’aveu d’un desir. L’autre (qui ne veut pas passer pour un client) revendique l’ingeniosite de son trajet nocturne: la liberte de passer simplement par la, et d’aller plus loin sans egard a ce que d’autres peuvent proposer. En quoi cet extrait marque-il la resolution du conflit entre le dealer et le client? En quoi cet extrait montre-il que l’interet du client nait dans l’incertitude de la situation? Le dealer, un homme arrangeant et patient

Quand le client fait tomber le masque de l’arrogance et se devoile au dealer Le client pret a se

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
satisfaire de tout Le dealer, des le debut de sa replique semble avoir cerne le client: « si j’avais un instant doute que vous n’eussiez ce qu’il faut pour payer ce que vous etes venu chercher, j’aurais fait un ecart lorsque vous vous etes rapproche de moi » : il croit donc que le client est venu satisfaire un desir qu’il peut payer, c’est pourquoi le dealer ne lache pas le client et fait une sorte de demonstration afin que ce dernier ne s’echappe pas: « on n ‘offense pas un homme lorsqu’on sait qu’il va rebrousser chemin ».

On comprend bien en tant que lecteur que le dealer fait preuve d’hypocrisie et ne devient « loyal » que parce qu’il est sur d’avoir trouver sa proie. Il continue dans ce sens, et cherche maintenant a le mettre en confiance, il dit: « on ne peut revenir sur l’insulte, alors qu’on peut revenir de sa gentillesse, et il vaut mieux abuser de celle-ci que d’user une seule fois de l’autre. C’est pourquoi je ne me facherais pas encore, parce que j’ai le temps de ne pas me facher, et j’ai le temps pour me facher, et que je me facherai peut-etre quand tout ce temps la sera ecoule. Le dealer semble vouloir eviter tout conflit pour le moment parce qu’il sait que cela pour mettre un terme a la conversation, c’est pourquoi il se fait patient. Contrairement a l’etude de texte numero 1, c’est le client qui semble avoir le controle de la conversation, en effet parce qu’il domine par la parole. Le client dit ne pas comprendre pourquoi le dealer sait tant interesser a lui: « vous vous etes approche de moi pour quelque dessein que je ne devine pas encore ».

Par ces nombreuses hypotheses introduites par « si », le client remet totalement en cause le point de vu que le dealer se faisait de ce dernier, il dit avoir joue un role qu’on lui a preter plus tot « je n’avais use de l’arrogance… que parce que vous m’avez prie d’en user ». La situation dans laquelle se retrouve le client lui semble etrange et on le comprend bien lorsqu’il dit « dans l’etrangete de l’heure et l’etrangete du lieu et ‘etrangete de votre avance », toutes ces choses convergent vers une situation qu’il lui semble incertaine, et il y trouve tout son interet. Il semble s’etre approche vers le dealer que par simple interet. Un interet grandissant, on le comprend notamment lorsqu’il fait reference a : « cette attirance qu’eprouvent les princes qui vont s’encanailler dans les auberges, ou l’enfant qui descend en cachette a la cave ».

Finalement, le client dit ne pas avoir de desir « depouille de desir formulable, pret a me satisfaire de ce qu’on me proposerait » et n’importe quoi pourrait le satisfaire, cela montre bien que la conversation n’est pas motive par un desir reflechi mais plutot par la volonte de se satisfaire n’importe comment et c’est la qu’intervient le role du dealer, il cherche a se que que le dealer lui propose quelque chose qui pourrait le satisfaire « j’attendais de vous et le gout de desirer, et l’idee d’un desir, l’objet, le prix, et la satisfaction » En faite, il attend ce que le dealer attend lui aussi.

Ils sont tous les deux motiver par un desir commun.