Crises financières

Crises financières

Or , une crise est le point où l’on passe d’une phase d’expansion à une phase de récession , il est intéressant de se demander comment ne crise financière induit un effet récessif accumulait . Il faut tout d’abord savoir qu’une crise se prépare pendant la période d’expansion par un enchaînement régulièrement observé : ménages e exagérée en l’avenir de la société , ils prof ont p g pratiqués par les ban consommer plus ou t une confiance recensement aux d’intérêts s emprunts afin de .

Les banques , également optimistes , ne pensent pas à vérifier la solvabilité des emprunteurs , qui en fait ne peuvent pas assumer leurs dettes ! Lorsqu’ réalisent qu’ils ne peuvent pas rembourser leurs prêts , n assiste à une prise de conscience des swaps toi page des uns et des autres , c’est I’ « éclatement de la bulle spéculative » ou la crise . Les banques rationnent leurs crédits et saisissent les hypothèques des emprunteurs , pour faire face à leur besoin de liquidité les entreprises sont alors contraintes d’écouler leur stock donc elles baissent les prix .

Les prix baissent , beaucoup perdent leur travail et la consommation diminue , en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
bref , l’activité économique ralentit . Ces le mécanisme observé en 2007 aux USA , lors de la crise des opprimes : l’éclatement de la bulle immobilière entraîne les banques à saisir les logements , ou les propriétaires à les vendre , ce qui mène à une augmentation de l’offre immobilière mais une baisse de la demande , les prix chutent .

Mais une crise économique a de lourdes conséquences , en un procédé de cercle vicieux : le rationnement des crédits mène une diminution de l’investissement , ce qui conduit à une baisse de la production donc à une augmentation du taux de chômage (les entreprises n’ayant plus besoin du même nombre d’employés esquilles produisent moins) . Or une augmentation du taux de chômage entraîne une baisse de revenu disponible pour les ménages donc une baisse de la consommation .

Le document 1 nous indique d’ailleurs que l’évolution de femelle entre 2008 et 2009 est négative pour presque tous les secteurs , c’est-à-dire que de nombreux employés ont été mis a 2 négative pour presque tous les secteurs , c’est-à-dire que de nombreux employés ont été mis au chômage avec un taux de recul record pour le domaine de l’industrie de 7,7% . De lus , chacun s’inquiète de ce qu’il adviendra plus tard donc préfère épargner « au cas où » et non consommer .

Les ménages consommant moins , les entreprises produisent moins donc sont emmenées à renvoyer plus d’employés . D’autre part , le document 2 nous indique que lorsque la dette des ménages augmente , leur taux de croissance du PUB diminue , tout comme leur taux de consommation _ A noter que les crises économiques déchaînent d’autres conséquences que celles capitalistes des portées sociales sont également remarquées telles que des comportements déviants suicides , meurtres en série , une hausse de la délinquance et de la violence , plus globalement une hausse des tensions sociales .

Une crise financière résultant du sur-optimisme pratiqué durant le période d’expansion conduit donc à une récession accompagnée d’un effet « boule de neige » . Heureusement , grâce à toutes ces observations , des politiques économiques plus ou moins efficaces peuvent être mises en place afin de permettre à la société des variations de cycle moins brutales et des sorties de crise opérantes.