Cours psychologie

Cours psychologie

Introduction a la psychologie La psycho : elle apparait en 1960, issu de la reflexion philosophique. Ce n’est pas reellement une reflexion sur l’homme, elle est aussi basee sur des bases scientifiques. Les branches de la psycho : *la psycho clinique : on etudie la maladie mentale, on reflechit sur la notion d’aide. *la psycho genetique : on s’interesse a l’evolution de l’etre humain. *la psycho cognitive : on s’interesse a l’organisation et au traitement des infos de la memoire. La specificite de la psycho sociale : d’apres MOSCOVICI, la psycho est l’etude de conflit entre l’individu et le collectif.

Les methodes et les techniques : elle se definissent en fonction des objectifs qu’on se donne : *l’observation en situation naturelle : ou on va observer le comportement des gens, l’expliquer et le comparer. *la stimulation au jeu de role : on fait une simulation pour donner des pistes pour elaborer une etude. Limites : ce n’est pas une situation reelle donc pb de participation ; pb de fidelite. *la technique d’entretien : elle n’est pas specifique a la psycho, on s’entretien avec une personne, on enregistre ses reponses et on les analyse. Les # types d’entretien : l’entretien directif : le chercheur dirige l’entretien, il a le controle et les themes sont definis. -L’entretien semi directif :

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’entretenu a une certaine liberte de reponse, le chercheur peut s’adapter, les themes sont definis -l’entretien non directif de recherche : l’entretenu a une liberte importante, il peut plus ou moins developper. Le chercheur doit seulement le recadrer. C’est une technique qui demande une certaine formation. *l’enquete par questionnaire : les modalites de reponses sont prevus a l’avance et c’est plus cadre. Deux types de questions : -portes sur des faits verifiables, c’est objectifs portes sur des opinions, c’est subjectifs. On peut faire des sondages, puis des extrapolations. *les methodes experimentales : difficile a mettre en ‘ uvre, c’est une demarche de test par hypothese, on fait une hypothese, on fait une hypothese pour la verifier. Il faut essayer de faire la relation cause a effet. (ex : l’effet placebo) Limite :on ne peut pas l’expliquer a tous les objets d’etudes. Il y a aussi un probleme de deontologie. Solutions : le debriefing, l’anonymat. Le schema de com de Weaver : *l’emetteur : c’est la source, celui qui est a l’origine du message le recepteur : il est le destinataire du message *le canal : c’est le mode de transmission de l’info *le code : celui utilise est le langage utilise, le recepteur confirme la bonne reception *le bruit : l’element qui parasite la communication. Les limites de ce schema : -il es lineaire : on s’interesse seulement au recepteur -il est sequentielle : il se deroule par etape. La notion de Role Le statut social : il definit la place d’un individu sur l’echelle sociale. A ce statut sont attaches des taches et des fonctions associees, c’est codifie par l’idee de norme qui correspond a un statut.

Il existe deux sortes de statut : -le statut assigne : ce qui nous ait attribue sans qu’on l’ai choisi -le statut acquis : il depend du choix de l’individu Le role : c’est un schema mental qui oriente et finalise nos conduites. Les # approches du role : -le role a un niveau structural -mettre en lumiere des normes de conduites -developper la structure cognitive Les dimensions du role -le role prescrit : c’est un accord qui se traduit par des prescription de role qui sont des normes concernant la facon d’assumer les fonctions auxquelles se refere une certaine position sociale. le role attendu : il s’agit du comportement concret qu’un inter actant attend de l’autre. Il permet d’anticiper les conduites d’autrui. -le role joue : ils correspond aux conduites reelles de l’individu. Les fonctions du role *regularisation des rapports sociaux : Le role a deux fonctions : -il permet de regulariser les rapports sociaux par les prescriptions de roles. -ils limitent les possibilites conflictuelles entre les individus et leur permettent de s’inserer dans le social et de communiquer. *l’integration de la personnalite : le role assure une fonction d’integration de la personnalite par le processus d’encrage des normes.

Le conflit des roles : les roles ne sont pas eternellement et ineluctablement figes. Ils sont soumis a de possibles evolutions provoquees par les mutations ideologique, technologiques economiques et sociales. La socialisation et normalisation Socialisation : c’est l’apprentissage de vie en societe Un agregat : ensemble d’individu Un groupe : c’est un ensemble d’individu ayant un but commun, respectant les regles et un certain rythme , avec une certaine independance et ayant un sentiment d’appartenance au groupe qui cree une identite. Il existe deux groupes : -le groupe d’appartenance : c’est le groupe auquel on ait parti -le groupe de reference : c’est le groupe auquel on s’identifie, qui nous sert de modele pour definir nos normes et nos valeurs. La fonction de groupe : c’est la notion d’integration, elle permet d’acquerir une identite sociale, elle implique l’insertion dans un systeme de norme et de role. Les lieux de la socialisation : ils permettent de structurer la personnalite -le groupe familial : il est la 1ere experience sociale qui entraine la prise de reperes. -l’ecole : c’est la 1ere rencontre exterieur, celle avec de nouvelles regles sociales et de fonctionnement. On acquiert les valeurs de la societe. la socialisation organisationnelle : c’est la structure ou il y a une hierarchie, une organisation. On va etre confronte a de nouvelles normes et a un autre fonctionnement. Le groupe de reference et normalisation – la fonction comparative : on a besoin de se comparer aux autres pour evaluer nos jugements, nos actions et opinions. – la fonction normative : la norme est une regle de conduite en vigueur dans un groupe. Le non respect de la norme entraine une sanction. la norme a aussi une fonction de cohesion. Chapitre 4 : Relation au sein des groupes : influences sociale. 1. Le conformisme Lien de dependance entre cible et source.

Influence qui se manifeste lorsqu’une norme existe. Il s’agit d’un changement d’attitude, de comportement d’un individu cible dans le sens des opinions affiches par des sources. Ce changement est obtenu sans pression des sources. Un groupe de referents peut changer l’opinion des individus. 1. Les deux types d’influences. 1. Influence informationnelle Les conditions d’apparition peuvent etre une situation ambigue et on est dans l’incertitude sur la reponse correcte. C’est quand on va faire confiance aux opinions des autres quand on n’est pas sur et qu’on ne peut verifier la reponse. Sherif : il a observe « l’effet auto cinetique » On se place dans une salle noire avec un point lumineux et on a l’impression que le point bouge. Il demande aux personnes, combien de fois a bouge le point. Individuellement et en groupe. Dans un groupe les reponses convergent vers la norme. On recherche une conformite norme existant deja et le groupe l’accepte, dans le but d’etre accepte dans un groupe ou d’etre rejete d’un groupe d’appartenance. On evite le conflit et on adhere donc aux normes du groupe. 2. Influence normative. Influence normative : on ne veut pas se distinguer donc on fait comme les autres. 2. Determinants de l’influence majoritaire. Credit accorde a la source d’influence : on donne du credit a une personne qui connais le sujet et donc qui est credible ou a une personne qu’on admire. • Taille du groupe : l’influence peut etre proportionnelle au nombre de personnes frequentees. • Modalite de reponse : l’opinion des trois premier peut etre determinante. Le premier qui repond aura une difficulte a changer d’avis si les autres disent le contraire. Il est difficile de revenir a sa decision quand on l’a dit publiquement. • Unanimite majoritaire : groupe ayant majoritairement la meme opinion (ASCH). Si la personne d’un soutien sociale, e taux d’erreur chute a 6%. INTERPRETATION : • Il y a un conflit cognitif, contradiction entre ma perception et celle du groupe. • Il y a un conflit social, on cherche a rester dans un groupe on est dans un etat de dependance normative. 3. Trois niveaux de conformisme. 1. Acquiescement complaisance. Ce changement s’observe quand la personne veut bien se faire voir ou eviter des conflits, des rejets : changement superficiel et de peu de duree. En public on change d’opinion mais seul on garde le notre. 2. Identification. Desir de garder des relations ; 0 avec le leader du groupe, tant qu’on n’a pas de meilleurs arguments. . Interiorisation On est reellement convaincu que si on est face a une personne qui ait une autorite sur moi, integration de valeurs. Conclusion : fonction de controle sociale de l’influence majoritaire. L’objectif est d’assurer un fonctionnement. S’il y a des deviances trop importantes les personnes sont rejetees. Les facteurs generaux de la communication *La communication en tant que situation technique :(le modele de Shannon et Weaver et ses limites) : ce modele se situe dans le cadre de la theorie et de l’information. Il repond aux problemes de l’industrie du telegraphe et du telephone.

Il a pour objectif d’ameliorer la transmission de l’information. La critique de ce modele : -ce modele ignore le fait que la communication est effectuee par les individus ou des groupes car les facteurs psycho, sociales, normes et valeurs rentre en ligne de compte,et celui-ci ne les prend pas en compte. -il prend la communication comme un processus lineaire et sequentielle. *L’analyse psychosociale de la communication : la communication est un ensemble de processus par lequel s’effectuent des echanges d’informations et de significations entre les personnes dans une situation donnee. ATTENTION : commenter le modele de Shannon : | |Emetteur et recepteur : l’echange s’effectue entre ces deux entites, l’un envoie le message et l’autre le recoit. | |il y a un renvoi lorsque le recepteur confirme la reception du message (feed-back). on a un message qui passe par un canal, qui est le | |mode de transmission de l’information, le langage utilise qui est le code et le bruit qui est un element parasitaire de la | |communication. Dans ce schema, on s’interesse a l’aspect technique. |Car a la base une situation de communication technique mais d’interaction. ce modele ignore le fait que la communication est effectuee | |par les individus ou des groupes car les facteurs psycho, sociales, normes et valeurs rentre en ligne de compte,et celui-ci ne les prend| |pas en compte. | |il prend la communication comme un processus lineaire et sequentielle car celle-ci fonctionne par etape. Pour etre efficace, une | |communication doit fonctionner dans un systeme circulaire, elle doit s’autoreguler. et etre bilaterale | | *les facteurs determinant de la communication a)Le role des facteurs de communication **les facteurs psycho-socio-cognitifs : ce systeme va intervenir dans le langage utilise, le codage, l’interpretation du message. Le systeme de representation influence l’interpretation du message : -representation de soi -representation de l’autre -representation de la tache -representation du contexte b) les facteurs influencant le code et le canal *les facteurs physiques ou objectifs : renvoi a la qualite et la pertinence du code utilise. Le code doit etre elabore en fonction du recepteur, il ne faut pas qu’il soit ambigu. **les facteurs psycho-semantiques tel que : -l’effet de halo : une chaine d’association qui est declenche par un mot, une idee, un message qui peut perturber la communication. -Le poids et l’ordre des mots : tous les elements du message n’ont pas la meme importance c) le choix du canal de communication le canal est le support et le moyen utilise pour faire passer le message. Le choix du canal manifeste une intention sur la relation qu’on veut etablir. )les facteurs du contexte et de l’environnement *le role du contexte materiel et temporel : c’est le lieu choisi pour communiquer, le moment, les moyens utilises, ils interviennent dans la qualite et la nature des interactions : _le contexte social _le contexte culturel _le contexte ideologique Pour etre efficace, une communication doit fonctionner dans un systeme circulaire, elle doit s’autoreguler. Le feed-back : permet au recepteur d’ajuster ses reactions. Qu’il s’agisse de l’ordre ou de consigne, l’idee est qu’il faut une reaction reciproque pour une atteinte optimale des objectifs.

Les fonctions du feed-back : il permet : -la bonne reception et le controle de la comprehension du message. -permet d’adapter le message aux caracteristiques des acteurs, de l’adapter aux difficultes rencontrees. -permet une regulation sociale -permet de comprendre le point de vue de l’autre. La dissonance cognitive La cognition : c’est un element de connaissances, de croyances et d’opinions La consonance : c’est un rappel Les 3 types de relations entre les cognitions : -la relation de neutralite : elles n’ont rien a voir -la relation de consonance : elles sont coherentes ou consistantes la dissonance : il y a une contradiction entre deux cognitions La theorie de la dissonance cognitive : *c’est un etat penible qui suscite des tensions psycho *l’individu essaie de diminuer ou d’eliminer la dissonance *l’intensite de la dissonance va dependre de differents facteurs : -l’importance des cognitions concernees -de la proportion de cognition ayant une relation dissonante *l’elimination de la dissonance (les methodes) -ajouter de nouvelles cognitions consonantes -changer les cognitions existantes Les strategies de reduction de la dissonance : -l’evitement ou fuite -la negation d’une cognition une elaboration cognitive Identification et personnalisation Le sentiment d’identite : l’individu se percoit comme etant le meme dans le temps. Le sentiment personnelles : ensemble des representations, des connaissances, des souvenirs, des projets qui sont apportes a soi. L’identite social : c’est l’idee qu’on est un personnage, cela renvoi a des fonctions sociales, a des roles sociaux. L’identite sociale a ete etudie par Tajfel, et son hypothese est que l’on essai de maintenir une estime positive de soi. La structure de l’identite • le concept de soi : c’est l’ensemble des images de soi.

Elles se positionnent entre les caracteristiques sociales, individuelles et personnelles (le modele de Thurner) • le modele descriptif de l’Ecuyer : -emergence de soi (0 a 2ans) -confirmation de soi ( 5 a 10  » 12 ans) -differenciation de soi -la maturite adulte : adaptation a la vie familiale et professionnelle -soi vieillissant : c’est la modification du corps Les rumeurs L’attaque de pearl harboor, a suscite des rumeurs pendant la 2nd ww. Donc les psy Allport et Postman ont etudie la transformation des informations non verifiables. Condition d’apparition : on ne peut pas susciter n’importe ou et n’importe quand.

Ca depend de l’importance du sujet et de la nature ambigue de l’information. La rumeur : c’est une affirmation generale presentee comme vraie en l’absence de donnee concrete permettant de verifier son exactitude. Le processus d’alteration du message *comment l’info se transforme :ils observent un phenomene de reduction : la loi d’approvisionnement ou de nivellement c’est-a-dire plus une nouvelle circule, plus elle devient courte. *ils observent l’accentuation selective des details : certains details vont etre exageres *l’assimilation : par les prejuges et les stereotypes. Les fonctions de la rumeur introduire une explication quand il y a une ambiguite -l’expression et de reduction de l’anxiete -une maniere de transformer l’agressivite envers un groupe Attitudes et des changements d’attitudes Le Concept d’attitude : la notion de valeur, de croyance, d’attitude. On distingue : -La valeur : croyance generale abstraite peuvent porter sur le but de l’existence, sur des modes de conduite. -Les normes : c’est un cadre de reference commun a un groupe qui sert de modele. Elles decoulent des valeurs. -Les attitudes : elles decoulent des moyens et des valeurs associes a des objets particuliers.

Attitude : est une structure mentale abstraite qui renvoie a un sentiment favorable ou defavorable a un objet. Elle est associee a des representations, des connaissances et des sentiments. Elle est stable dans le temps. La structure (modele de parite de Rosenberg et Hovland) Ce modele a 3 composantes : -la composante affective : il renvoie a des sentiments, a des emotions que l’on eprouve vis-a-vis d’un objet. -la composante comportementale : l’action qu’on envisage par rapport a l’objet -la composante cognitive : elle regroupe les infos, les croyances, les opinions, tous les elements de reflex par rapport a l’objet. Les proprietes direction : dans quel sens va l’attitude *intensite : l’attitude moderee ou extreme *centralite : position de l’attitude par rapport a un ensemble de valeur *accessibilite : le temps que l’objet met a une reaction Changement d’attitude et communication persuasive La com. persuasive : c’est un acte de com. Qui a pour but d’influencer un individu. Les facteurs de changement : -qui dit quoi ? -la source dit quoi ? -avec quels effets ? Les facteurs lies a la source (emetteur) : *la credibilite : c’est la notion de competence et de confiance en la source *l’attractivite : elle est liee a des dimension comme la familiarite

Il y a 2 processus : -le processus d’identification : on s’identifie a une source qui nous parait sympathique -processus d’appropriation : on reflechit a ce que dit la source *le pouvoir : peut avoir un impact public Les facteurs lies aux caracteristiques de communication (message et canal) : -argumentaire : distinction entre l’argument fort (scientifique) et arguments faibles (emballage.. ) -le style :le fait que le message soit clair -le canal : le moyen utilise ( sonore, visuel, ecrit, voix…. ) Les facteurs lies a la cible (recepteur) -exposition au message et l’attention qu’il y prete processus de comprehension du message -phase ou ca depend du degre d’accord -memorisation des changements -prise de decision -phase de reorganisation des croyances, de consolidation Les voies de persuasion : elles dependent de la motivation, le recepteur s’engage dans des processus de reflexion. Il existe deux modeles : -Le modele de la probabilite d’elaboration de Petty et Cacioppo -le modele heuristique et systematique de Chai ken. *La voie centrale ou systematique : c’est un examen scrupuleux et attentif d’argumentation du contenu du message et les changements sont durables. *la voie peripherique ou heuristique : ’est un examen superficiel du message et # facteurs peuvent jouer. C’est les effets des caracteristiques de la source, des capacites d’attention, de la qualite du message. |Voies |Centrale ou systematique |Peripherique / heuristique | |-Traitement |-profond |-faible | |-Motivation et attention |-forte |-faible | -Mecanisme |-conscient |-en partie conscient | |-Concentration |-sur le contenu |-sur le forme | |-Duree du changement |-durable |-court terme | |-Role de l’humeur |-triste |-gaie | Influences sociales La soumission a l’autorite (les conditions de soumission) : il faut une situation de pression -il faut une difference de statut et de pouvoir Les variances de l’experience sont selon les conditions : -l’eloignement : dans une autre piece, le tx de soumission est de 70% -la voix par interphone : 60% -proche dans la meme piece : 40% -toucher : prend la main sur l’electricite : 30% Interpretation : les gens sont en position d’executant. Ils sont un instrument entre les mains d’une volonte institutionnelle. Le conformisme : est un changement dans le sens des opinions du groupe de reference. Il est obtenu dans la pression de la source.

On distingue 2 types d’influence sociale : -l’influence informationnelle : elle apparait dans un situation ambigue ou dans l’incertitude d’une reponse correcte. -influence normative : elle est lie a l’attraction du groupe pour l’individu. Plus le groupe est attractif plus l’influence est forte. Le determinant de l’influence majoritaire : -le credit accorde a la source d’influence : c’est faire confiance a l’opinion de quelqu’un, c’est un prestige, un statut. -la taille du groupe : le conformisme augmente en fonction de la taille du groupe -l’unanimite majoritaire : c’est une condition d’influence majoritaire. la modalite de reponse : les opinions de certains peuvent influencer les reponses des autres Les 3 niveaux de conformismes : -la complaisance ou acquiescement : c’est des changements superficiels et de courte duree. -l’identification : c’est un changement en public mais on conserve son opinion prive. -l’interiorisation : il y a une reelle integration des idees au systeme de valeur. L’influence minoritaire : c’est les gens qui ont un autres points de vue Ex : benethon *Le role du conflit et distinctivite : pour qu’un minorite oblige les gens a reflechir sur leur point de vu.

La distinctivite : que la minorite soit visible et reperable *les determinants des conflits minoritaires -le style de comportement : elle defend le meme point de vue dans la duree, c’est un comportement constant. -le style de negociation : rigide ou flexible -l’esprit du temps : les idees qui sont a la mode aux moment donne * les manifestations d’influence minoritaire -influence latente : c’est une influence au niveau de l’inconscient -influence indirecte : la minorite influence sur un probleme voisin -influence sur l’image : c’est l’image qu’a la minorite, elle est positive ou pas

Ex : | |image |association | |+ |81,5% |37,4% | |- |10,1% |41,7% | |Neutre |8,4% |20,9% | Les styles de pouvoirs style autocratique : il est la source du pouvoir, ne tient pas compte du point de vu des collaborateurs, il croit que les autres ont besoin d’etre dirige. *bureautique : il suit le reglement, chaque tache est definit, tout est prevu *relation : confiance en ses subordonnes, le leader est un animateur, un animateur democratique de reunion. *objectif : fixer des objectifs, il facilite la compatibilite entre les objectifs personnels et l’organisation. * le leader : c’est la personne la plus influente, il est different d’un chef statuaire dans l’administration. Il y a aussi un leader emergent, celui qui se degage des autres.