Cours eco

Cours eco

Le développement d ensemble théorique développé à partir de siècle, montrant les r la production des naît au niveau mondial. Aux est fondé sur un orge soin n en p âge opacification de rotation des activités Partie I : Le phénomène d’ouverture des économies l. La mesure des échanges de biens et de services A. Le compte des transactions courantes Le compte des transactions courantes est un compte qui retrace l’ensemble des échanges entre la France et le reste du monde.

Il se décompose en quatre postes : – les opérations sur biens (donnant lieu à l’établissement de la lance commerciale) ; – les opérations sur services ; – les revenus des facteurs de produit swaps page production (salaires, dividendes, intérêts, etc.. ) ; – les transferts courants (contributions aux ressources des budgets communautaires, dons, etc.. ). Au crédit du compte des transactions courantes sont enregistrés les exportations de biens et de services ainsi que les revenus et les transferts courants reçus de l’étranger.

Au débit de ce compte sont enregistrés les importations de biens et de services ainsi que les échanges de services, des revenus et transferts courants. Le solde de la balance des transactions courantes (crédit ? débit)

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est excédentaire lorsque les exportations de biens et de services ainsi que les revenus et les transferts courants reçus de l’étranger sont supérieurs aux importations et aux revenus et transferts courants versés à l’étranger.

Dans le cas contraire, elle est déficitaire. Le déficit commercial de la France a atteint le record historique de 73,5 milliards d’héros en 2011. Il s’agit de la huitième année consécutive de déficit des échanges commerciaux français. Cela est dû pour partie au renchérissement des produits énergétiques qui pèsent dans les importations. B. Les autres instruments de mesure des échanges 1.

Le degré d’ouverture d’une économie On mesure le taux de participation d’un pays au commerce international de biens et de services grâce à son degré (ou taux) d’ouverture. Degré d’ouverture Moyenne des exportations et des importations (ou taux) d’ouverture. Degré d’ouverture = Moyenne des exportations et des importations x 100 PUB Le degré d’ouverture des premières puissances mondiales est ères variable selon les pays et ne dépend pas uniquement de leur poids en volume dans le commerce international.

Il dépend de la taille des pays et du degré de spécialisation de leur production. La taille d’un pays est un facteur déterminant pour expliquer l’ampleur de son ouverture au commerce mondial, en raison de la spécialisation de ses activités productives qui nécessitent de recourir davantage aux importations pour satisfaire les besoins de la nation et de vendre l’extérieur l’excédent de sa production. Exemple : le taux d’ouverture de la belliqueux est de plus de 0 % en 2011.

lagon pays faiblement diversifié aura davantage recours aux importations car il devra importer davantage pour combler les besoins de sa population auxquels il ne peut répondre grâce à sa production nationale. Ainsi, de petits pays comme les Pays-Bas ou la belliqueux ont des taux d’ouverture élevés (75 % et 91 %) alors que celui des États-Unis est de 12,4 % seulement du fait de la diversité de sa production lui permettant de moins dépendre de l’extérieur. Le degré d’ouverture de la France est d’environ 24 % en 2011 pour le seul commerce de marchandises.