CorrigéTD

CorrigéTD

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Licence 2 en Sciences Economiques et Gestion Année universitaire 201 0 – 2011 Cours : Economie Monétaire et Financière ( Monnaie ) Enseignant : Dr Babacar Sène TD NOI : Les définitions de la monnaie, fonctions, formes monétaires Questions de cours : 1 — Quels sont les di Pour percevoir les av 8 u ystème de troc ? S. wp page er, monétaire, nous allons nous interroger sur les conditions de fonctionnement d’une économie sans monnaie.

L’absence de monnaie ne pose pas de problèmes tant que tous les individus qui composent la ociété sont entièrement autosuffisants ne consomment que ce qu’ils produisent. En revanche, dès que les agents commencent à spécialiser leur production, incités par des avantages liés ? leur situation géographique ou à leurs capacités personnelles, l’amélioration de leur utilité passe par des échanges leur permettant de diversifier leurs consommations.

Dans une économie non monétaire, la mise en place des échanges se fait sous forme de troc, les agents procèdent ? des échanges de biens contre biens. Clower ( 1969) illustre les différents coûts engendrés par le troc dans une économie écentralisée à travers l’exemple d’habitants d’une île divisés en deux groupes résidant de part

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et d’autre de celle-ci et spécialisés désirer le bien que l’on a à offrir et en même temps détenir le bien que l’on souhaite obtenir, ainsi qu’être d’accord sur les quantités relatives d’échange des deux biens.

Le troc implique donc une double coïncidence des besoins des partenaires. Ce système d’échanges entraîne de nombreux coûts de transactions : le coût de transport, le coût de recherche dun partenaire, le coût d’attente qui résulte des délais entre les xpéditions et qui englobe le coût de stockage de ses propres biens. Cette économie de troc peut être rationalisée par l’organisation de foire ( regroupement des échangeurs potentiels ) à une date et dans un lieu donnés. On passe à une économie de foire.

La centralisation de l’offre et de la demande facilite la rencontre d’un partenaire avec n(n-1)/2 prix relatifs pour n biens. 2- Combien Va-t-il de prix relatifs dans une économie de troc ou s’échange 500 biens les uns contre les autres ? Et dans une économie monétaire comptant 500 biens ? Réponse : Dans une économie de troc il existe : prix relatifs. Dans le cadre d’une économie monétaire le nombre de prix est réduit à n 500 – 1 = 499 tous les biens sont déterminés en fonction de la monnaie. – Chacune des opérations suivantes renvoie à une des trois fonctions de la monnaie. Laquelle ? a) La dette des pays vis-à-vis du FMI est libellée en DTS (Droits de Tirage Spéciaux ) Réponse : La fonction d’unité de compte b) Le Port Autonome de Dakar a émis des obligations à la Bourse Régionale des valeurs Mobilières en FCFA c) Mon compte courant à la BICIS est créditeur de 100 000 FCFA Réponse : La fonct d’unité de compte

Réponse : La fonction de Réserve de valeur d) La Banque Africaine de Développement finance des projets en devises fortes e) Un commerçant chinois refuse d’être payé en dollar Zimbabwéen Réponse : La fonction de moyen de paiement ( intermédiaire des échanges ) f) La cotation du prix du Coton sur le marché de Liverpool se fait en pound g) L’OPEP souhaite que le prix du pétrole soit désormais fixé en euros. Exercice Sur Ille du « Sagastan les habitants développent 4 activités qui produisent 4 biens.

L’activité A qui produit le bien a, B le bien b, C le bien cet D le bien d. – Combien Va-t-il en tout de prix relatifs dans cette économie ? Réponse : Dans une économie de troc composée de 4 biens, il existe 6 prix relatifs ( P(a/b), P(a/c), P(a/d), P(b/c ), P(b/d), P(c/d ). 2 Quel intérêt y aurait il à utiliser l’un des biens par exemple le bien d comme unité de compte ? Réponse : L’utilisation d’un bien comme unité de compte permet de réduire le nombre de prix dans cette économie.

On passera de 6 prix relatifs à 3 prix relati déterminez les prix dans cette nouvelle unité Vérifier que ce changement d’unité de compte n’a pas d’impact ur les prix relatifs entre les biens. Les prix dans cette nouvelle unité de compte ( b) sont : Ce changement d’unité de compte n’impact pas les prix relatifs entre les biens . TD N02 : Les agrégats monétaires QLliZ 1. L’agrégat Ml inclut – il les sommes figurant sur les comptes des établissements de crédit ?

Les agrégats monétaires, privilégient les transactions directement en relation avec l’activité économique. C’est la raison pour laquelle, le recensement prend en compte tous les moyens de paiement à la disposition des agents non bancaires ( ménages, collectivités locales, entreprises tc Cagrégat Ml est exclusivement constitué des créances des agents non bancaires sur les institutions financières et monétaires ( établissement de crédit, institutions financières Cependant il ne tient pas compte des créances entre les institutions financières et monétaires. . Quel est le critère de classement des agrégats monétaires adoptés par la BCE ? Réponse : Les autorités ont retenu le critère le plus Simple permettant d’harmoniser le classement des dettes utilisées. Ce critère est celui du degré de liquidité des instruments. Les grégats monétaires permettent de classer les différents actifs monétaires. La banque centrale définit trois agrégats emboîtés, notés de Ml à M3, du plus étroit au plus large.

Le degré de liquidité peut se traduire par la fré uence avec laquelle les agents économiques transforme moyen de paiement. La 4 OF économiques transforment ces actifs en moyen de paiement. La banque centrale a défini un agrégat étroit, monnaie au sens strict, ( Ml), un agrégat « intermédiaire », monnaie et quasi monnaie ( M2) et un agrégat élargi ( MB). 3. Quel est l’agrégat regroupant les moyens de paiement au sens trict ?

Réponse : L’agrégat regroupant les moyens de paiement au sens strict est l’agrégat Ml composé des billets, des pièces et des dépôts à vue ( compte courant, cartes bancaires etc L’agrégat Ml représente la monnaie au sens strict. 4. Peut on dire que l’agrégat M2 comprend uniquement la quasi- monnaie ? Réponse : M2 inclut Ml ainsi que les dépôts à terme dune durée inférieure ou égale à deux ans et les dépôts avec préavis de retrait de trois mois maximum. A la monnaie au sens strict on ajoute donc des dépôts liquides.

Célément ( M2 – Ml ) est ésigné par l’expression quasi monnaie. L’élément ( M2 Ml ) est désigné par l’expression quasi monnaie. Il s’agit des placements très liquides parce qu’ils permettent de conserver l’épargne sans perte en capital et avec possibilité de retrait à vue, c’est-à-dire de transformation en monnaie fiduciaire ou virement sur un compte courant. 5. Quelle est la différence fondamentale entre la forme d’épargne figurant dans M2 – Ml et celle figurant dans M3 — M2 ? M2 – Ml ) regroupe tous les comptes sur livret ( une partie des actifs liquides non négociables ) : livret A ( intérêts exonérés ‘impôt mais avec un plafond de dépôts ), CODEVI ( Compte pour le développement industriel mêmes conditions que le livret A mais avec un plafond de dépôt très inférieur, les livrets bleus, les comptes livret A mais avec un plafond de dépôt très inférieur, les livrets bleus, les comptes d’épargne logement, les livrets d’épargne populaire ( MB – M2 ) comprend : Les dépôts et titres de créance monétaire en devises détenus par les agents non financiers Les rémérés et pensions effectués par les agents non financiers : ce sont des titres vendus au comptant mais la vente est associée ? un engagement ferme de rachat à un terme convenu. Les titres d’OPCVM détenus par les agents non financiers : Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières sont contraints de définir et annoncer explicitement la composition de leur portefeuille. Il existe des OPCVM dont la politique de placement est orientée vers les titres à court terme les épargnants qui achètent les titres émis par ces OPCVM bénéficient donc d’un accès à des placements liquides.

Les titres de créance dont la durée de vie est inférieure ou égale à 2 ans : on retrouve les certificats de dépôts qui sont des itres émis par les établissements de crédit. Ces titres peuvent circuler sur un marché secondaire puis qu’ils donnent droit au remboursement du dépôt initial. 6. Indiquez l’agrégat monétaire auquel appartient chacun des actifs suivants a- Numéraire ( Ml ) b- SICAV monétaire ( M3 ) c- Compte d’épargne logement ( M2 ) d- Compte à vue (Ml ) e- Bon du Trésor à 3 mois ( M3 ) A partir des données ci jointes en milliards de francs, construisez, en utilisant la définition de la BCE, les agrégats Ml, M2 et M3. Dépôts à vue 200 6 OF Dépôts à terme dont durée Inférieure à 2ans

Supérieure à 2ans 50 175 Dépôts remboursables avec préavis nférieure à 3 mois Supérieure à 3 mois 210 20 Monnaie fiduciaire 120 Titres d’OPCVM monétaires 125 pensions 75 Titres de créances négociables d’une durée inférieure à 2 ans émis par les institutions financières monétaires 55 1 — Commentez vos résultats en évaluant la part de chaque agrégat dans la masse monétaire les agents non financiers convertissent les dépôts à terme en plans d’épargne logement, M2 et M3 diminuent puis que les PEL n’y figurent pas. Il existe bien une différence entre les plans ‘épargne logement ( PEL ) et les comptes d’épargne logement ( CEL). b) Les certificats de dépôt détenus par les Agents non bancaires sont des TCN figurant dans M3. Lorsque ceux – ci sont remboursés, leur encours diminue. Cependant les dépôts à vue vont augmenter d’autant car les banques créditent les comptes ? vue des agents qui ont cédés ces titres. Ml et M2 augmentent et M3 reste inchangé. ) Les bons du Trésor ne figurant pas dans M3, le fait que les banques en acquièrent va juste modifier les comptes des agents non bancaires qui vont être crédités. par conséquent Ml, M2 et M3 augmentent ) Dans ce cas, Ml et M2 restent inchangés et M3 diminue car les actions ne sont pas comptabilisées dans MB. TD N03: La demande de monnaie et d’actifs financiers Question de cours et de réflexion 1. Dans l’analyse de la demande d’encaisses de spéculation proposée par Tobin, les agents économiques détiennent à la fois de la monnaie et des obligations même si le rendement anticipé des obligations est positif. » Cette proposition est elle vraie, fausse ou indécidable ?

Justifiez votre réponse Réponse : : Tobin a mis au point un modèle de demande de monnaie pour motif de spéculation afin de tenter de remédier ? certaines insuffisances de l’analyse keynésienne. Il est fondé sur l’idée suivante : pour constituer un portefeuille, les agents économiques tiennent compte des valeurs anticipées des rendements relatifs des actifs mais aussi du risque as BOF tiennent compte des valeurs anticipées des rendements relatifs des actifs mais aussi du risque associé à chaque rendement. Tobin suppose que les agents sont averses au risque ( ils ont peur de prendre un risque ou ils sont risquophobes ) ; ils préfèrent détenir un actif moins risqué, même si son rendement anticipé est plus faible. Or la monnaie présente cette caractéristique importante.

Au contraire les titres obligataires peuvent faire l’objet de plusieurs risques ( risque de crédit, risque de perte en capital, risque de taux, risque de liquidité Par conséquent le rendement de la monnaie étant moins aléatoire que celui des titres, les agents économiques peuvent souhaiter conserver une partie de leur richesse sous cette forme même si le rendement anticipé est inférieur à celui des titres. 2. Discutez des différences entre la théorie quantitative de la monnaie et la théorie keynésienne de la demande monnaie : Réponse : Développée par les économistes classiques durant le XIXième siècle au début du XXième siècle, la théorie quantitative de la monnaie décrit la détermination de la valeur nominale du revenu global. Elle est également une théorie de demande de monnaie : elle explique la quantité de monnaie détenue pour un niveau donné de revenu global. L’essentiel de cette théorie réside dans l’absence d’effets des taux d’intérêt sur la demande de monnaie.

Elle est théorisée suivant la relation de Fisher suivante : Ce modèle permet de faire un lien entre la quantité totale e monnaie offerte et le montant des dépenses en biens et services : M : La quantité totale de monnaie offerte P x Y : représente le PIB nom en biens et services : P x Y : représente le PIB nominal ou revenu global ou dépenses totales M et PxY sont reliés par la vitesse de circulation de la monnaie L’équation de la demande de monnaie classique a été reformulée par Marshall et Pigou ( Ecole de Cambridge ) qui définissent une demande de monnaie macroéconomique proportionnelle au revenu qui peut s’écrire comme suit M = kPY On peut noter que cette formulation est compatible avec ‘équation quantitative de monnaie. La demande de monnaie est ici proportionnelle au niveau général des prix, c’est une demande d’encaisses réelles. Cette formulation de la demande de monnaie permet à Pigou d’expliquer la variation du niveau général des prix par le comportement des agents lorsque leurs encaisses ne sont pas au niveau désiré, c’est l’effet d’encaisses réelles.

Les agents lorsqu’ils ont le sentiment de détenir trop de monnaie augmentent leur demande de biens sur tous les marchés, il en résulte une augmentation du niveau général des prix qui ramène la valeur de eurs encaisses réelles à celle qu’ils souhaitaient. Dans la théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) Keynes renonce à l’approche classique où la vitesse de circulation est supposée constante pour développer une théorie de la demande de monnaie centrée sur l’importance du taux d’intérêt. Keynes pose la question suivante : Pourquoi les agents détiennent ils de la monnaie ? Pour Keynes trois raisons majeures poussent les agents à détenir de la monnaie : Motif de transaction Motif de précaution Motif de spéculation Keynes regroupe les trois motifs d 0 8