CORPUS ESCLAVAGE

CORPUS ESCLAVAGE

CORRECTION DE LA QUESTION PORTANT SUR LE CORPUS. Encyclopédie Jaucourt. Candide ou l’optimisme Voltaire. Ces deux documents sont des textes appartenant à la littérature du 18e siècle ; ils abordent tous deux le thème de l’esclavage. Le premier texte est un article extrait de l’Encyclopédie, ouvrage pléthorique auquel o des Lumières entre 1 de Candide ou l’Opti • conte philosophique inexpérimenté en dé le monde. philosophes texte est extrait n 1759 : c’est un rsonnage nait et mbien le mal dirige On verra comment ces deux textes qui défendent des valeurs sensiblement identiques utilisent des moyens différents pour mener à bien leur dénonciation. Ces deux textes abordent tous deux le thème de l’esc avage pour le dénoncer avec virulence, au nom de valeurs communes. L’esclavage est tout d’abord dénoncé au nom du principe d’égalité entre les êtres humains.

Dans le texte 1, l’auteur oppose de façon stricte les principes moraux de la religion comme des lois naturelles à cette pratique : c’est un « négoce qui viole la religion, a morale, les lois naturelles La déclinaison des trois sources qui fondent l’éthique (la religion, la conscience personnelle et l’autre. Voltaire dans le texte 2 dénonce également l’esclavage et le non-respect du

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
principe d’égalité entre les hommes. Après un échange entre le « Nègre » et Candide qui vise à décrire les conditions d’existence, la chute du passage est celle-ci « c’est ? ce prix que vous mangez du sucre en Europe s.

Les européens sont directement visés dans cette assertion ; ils sont complices e l’esclavagisme, et, par leur consommation, les garants de l’inégalité entre les hommes. La seconde valeur défendue par les deux textes est la liberté : dans le texte de Jaucourt, le champ lexical de la marchandise est très présent (« achat » ; « négoce » ; « commerce de ce genre » ; « acheter » ; « objet de censure » ; « ni vendus, ni achetés, ni payés à aucun prix »).

Ce champ lexical est associé à des termes péjoratifs : « réduire » ; « viole » ; « crime » ; « atroce Par ailleurs, le principe fondamental de liberté s’appuie ur un contre-argument de l’auteur : si la morale peut cautionner un tel crime, alors il ne peut plus exister de justice puisque tout crime peut alors être légitimé.

Il renvoie dans un deuxième temps la liberté à un droit inaliénable qui ne peut point être « un objet de commerce On note l’effet de boucle par apport au début du texte. La liberté est aussi abordée de façon plus implicite dans le second texte. Voltaire, par l’usage de la symétrie acte / sanction qui montre la privation de la liberté (« Quand nous… et que…. on nous coupe » ; «