Corpus du Lion

Corpus du Lion

Nous sommes en présence d’un corpus de trois textes et dune illustration : les textes Le Lion et le Moucheron, Le Lion Amoureux, Les Animaux malades de la Peste sont extraits du livre des Fables de Jean de La Fontaine, publié en 1668. L’illustration intitulée Le Lion et le Moucheron a été réalisée en 1868 par gustative Doré. Nos textes et notre illustration abordent tous le personnage du lion. Quels représentations du Lion les quatre documents donnent-ils ? Les trois textes ainsi que l’illustration proposent une vision péjorative du Lion.

Tous les documents le présentent comme n noble supérieur. Ainsi dans le texte 1 le Lion porte le « titre de roi » et donc se croit s insecte », « excrément la crainte « on tremble absolu. Dans le texte donne l’impression d p g hocherons « chétif e plus le Lion inspire riante d’un roi ut partagée » ce qui autres personnages « ayant courage, Intelligence ». Dans le texte 3 le Lion, ainsi que les autres animaux sont comparés à ma population du Moyen-âge le Lion représente le roi, subie toi vie nées page roi, le Renard et le Loup font partie de la Noblesse, l’âne appartient au Tiers-état.

De plus le Lion manipule ses sujets

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le un roi absolu : il les invite à prendre sa défense alors qu’il a commis des crimes graves « s’il le faut », « je me dévouerai donc ». AI y a un décalage dans les mentalités des autres personnages face aux horribles crimes d’un personnage haut placé et un âne qui cherche à manger pour survivre. Comme à l’époque médiévale le pauvre se fait châtier, ici l’âne est condamné à mort, et le riche est pardonné, ici le Lion. « La loi du plus fort » est comparée à la monarchie absolue. Euro finir le document 4 montre la puissance du Lion donc de la monarchie absolue par sa corpulence imposante comparée à celle du Moucheron. Les textes 1,3 et l’illustration nous montrent l’agressivité et la cruauté du Lion. En effet dans le premier texte, il est dune « fureur extrême » face à humiliation de ne pas pouvoir toucher le Moucheron et de le rendre « fou ». Camphrée de « tantôt » nous le prouve, ‘tantôt pique l’échine et tantôt le museau ». Dans sa confusion « il se déchire lui-même » c’est-à-dire qu’il se mord et griffe au lieu du Moucheron. Il est aussi défini par un thermoélectricité : « bête irritée ».

Dans le texte 3 il e 2 Moucheron. Il est aussi défini par un thermoélectricité : « bête irritée ». Dans le texte 3 il est sous-entendu que le Lion est cruel car en plus de manipuler les autres et être hypocrite, il est l’auteur de crimes violents et sanguinaires « dévoré force moutons », « quelque-fois de manger le berger ». Sur l’illustration, on voit que le Lion est agressif envers le Moucheron : il est prêt à bondir et de donner un coup de longues griffes au Moucheron. Il a aussi la bouche grande ouverte laissant apercevoir ses points pointues. De plus il a les yeux remplis de haine dédiée au

Moucheron qui lui fait affront. On voit qu’il s’acharne sur l’insecte grâce au nuage de poussière qu’il provoque. Le texte 2, lui, montre l’inconscience et l’imprudence du Lion. En effet, il accorde sa confiance aux Hommes et accepte de rester sans défense ce qui cause sa perte « sans dents ni griffes [ … La il fit fort peu de résistance ». Les Hommes le définissent par des termes dépréciatifs « terrible », « clandestin ».