Concour D E Criture

Concour D E Criture

Concours d’écriture Je me réveillai, vaseux. La lumière éblouissait mes yeux, je ne pouvais pas les ouvrir. Mon corps était engourdi, ma bouche pâteuse, je sentais un gonflement sur mon visage, c’était sûrement du à l’insecte qui m’avait piqué pendant la semaine. Quand enfin mes yeux reprirent leur rôle habituel… Je me retrouvais seul. A la maison je suis tout le temps seul mais je ne le sens pas, jihabite en pleine ville. Là, il n’y avait même pas une trace de pas autour de moi, pas même les miens.

Je me posais donc la question si cela ne faisait pas plus qu’un jour que mon cerveau avait d pu pleuvoir pendant d’empreinte, mais je toute façon, à n’était solitude extrême ne nul PACF 1 or 5 S »geto use. II aurait aussi it l’effacement nt pas humide. De nalement cette Mes yeux se tournèrent pr sent vers l’endroit où j’étais: je me retrouvais dans un océan d’arbre où nageaient feuilles et branches. Je n’avais pourtant pas le souvenir de mettre endormi dans ce vaste endroit, ni même d’y être passé…

Un chemin s’offrait à moi, il était beau, lumineux, on avait envie d’y pénétrer, de le scruter, le découvrir. Enjoué d’avoir trouvé un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
tel chemin, je m’aventurai donc dedans. J’ét page J’étais dans un rêve, un jeu vidéo où moi seul étais le héro comme Link dans « the legend of Zelda » ou encore comme Captain Price dans call of Duty. Je marchais, fier comme un roi sur son trône. plus j’avançais, plus je trouvais cet endroit fantastlque, étonnant, extraordinaire, fabuleux, féerique, surnaturel. Je pouvais parler, crier, hurler même !

Sans que rien ni personne ne me dise ce que je devais faire. Le chemin semblait interminable, le décor était toujours le même : les arbres formaient un arc, ils m’entouraient. Apres une longue marche j’appercus enfin la fin de ce majestueux tunnel d’arbres. Je me retrouvai nez a nez avec une porte. Il y avait, sur la porte, des indéchiffrables chiffres. Enfin je n’était d’ailleur par sure que ça soit des chiffres mais ça y ressemblait. pour ouvrir la porte il fallait appremment déchiffrait cette sorte d’équation ce qui me paraissait infaisable.

Le stress de la vie quotidienne repris sur moi. Je deteste les maths, je les hais meme ! D’ailleur, le peu de personne que je connais le savent , au lycée j’ai surment du gaché la fierté de ma mère en lui ramenant des -2/20. Aujourd’hui encore dans les magasins je suis incapable de savoir l’argent que la caissiere est supposé me rendre ou encore, je ne sais lire l’heure que moyennement ce qui fait que je ne suis jamais a l’heure. On me le reproche beaucoup ça, de ne pas etre à fheure , mais que voulez vous que j’y fasse, je n’y arri