Compte Rendu Lipide

Compte Rendu Lipide

Compte rendu Tp biomolécules A • Extraction des lipides du jaune d’oeuf l- But. Tout d’abord, le but principal de ce TP est de définir la composition lipidique du jaune d’œuf. Nous allons donc utiliser la technique de la chromatographie sur couche mince , ou CCM, pour cette expérience, nous ne pourrons cependant pas déterminer précisém contenus au sein du j ne or 8 extrait les lipides du j ne solvant organique qu et un dépôt. Nous n’ e classe de lipides mier temps, on ilisant dans un btenir un surnageant car les lipides se trouvent dans le surnageant, que nous allons utiliser pour a CCM.

Dans un deuxième temps on effectuera une première chromatographie permettant de déterminer quels sont les lipides présents dans le jaune d’oeuf grâce à des témoins. Enfin, nous exécuterons une deuxième chromatographie en changeant la polarité de la phase mobile, afin d’obtenir de manière un peu plus précise ce que contient le jaune d’oeuf d’un point de vue lipidique. Cette expérience nous permet donc de séparer tout en caractérisant les lipides contenus dans le jaune d’oeuf.

Principes solide est fixée sur une plaque (ici une plaque de silice), et la hase mobile liquide nommée éluant, est un solvant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ou un mélange de solvants plus ou moins polaire. On dépose sur la phase fixe une petite quantité du mélange à séparer, ainsi que des dépôts témoins quand cela est nécessaire, et on met cette phase au contact de la phase mobile. La phase mobile migre de bas en haut, le long de la phase fixe en entraînant les constituants du mélange plus ou moins loin selon leur affinité avec la phase mobile et la phase stationnaire.

Ce phénomène d’élution permet alors la séparation des constituants du mélange à analyser, ais aussi, par comparaison avec des témoins, à déterminer la composition exacte du mélange. Cette comparaison peut se faire grâce à la hauteur propre de migration de chaque substance que l’on appelle le rapport frontal ou rétention frontale (RD. Cette méthode permet de même une analyse semi quantitative, elle ne permet pas de savoir de manière précise la quantité des composants, mais au moins d’avoir un ordre d’idée selon la largeur et la couleur des taches présentent sur la plaque de chromatographie.

Ill — Résultats et Interprétations Dans un premier temps, on utilise du chloroforme pour solubiliser les lipides, car en effet, les lipides ne sont solubles que dans un solvant organique. On mélange ensuite notre échantillon afin d’obtenir un culot et un surnageant, c’est ce dernier que l’on récupérera pour notre chromatographie. On dépose des témoins ainsi qu’un peu de notre surnageant sur une plaque de chromatographie afin de savoir qu’elles sont les classes de lipi notre surnageant sur une plaque de chromatographie afin de savoir qu’elles sont les classes de lipides présentes dans le jaune d’œuf.

En effet, en comparant les rapports frontaux de nos lipides témolns et des constituants encore inconnus du jaune d’œuf, on pourra séparer les lipides de ce dernier, mais aussi déterminer leur nature. On utilise pour cela une plaque de silice très polaire, qui joue le rôle de phase stationnaire et qui retiendra donc plus particulièrement les molécules très polaires. Par ailleurs, deux facteurs interviennent lors de l’interaction entre l’éluant et le soluté . a solubilité, on doit être en mesure de dissoudre le soluté dans l’éluant pour que la migration se fasse. La polarité de l’éluant va déterminer à quelle vitesse le composé migre. Il faut savoir que moins un composé est polaire, moins il s’accroche à l’adsorbant, plus il migre avec l’éluant. A l’inverse, plus un composé est polaire, plus il s’accroche à l’adsorbant, moins il migre avec l’éluant. Nous effectuons une première chromatographie.

Nous avons réalisé un mélange d’espèces chimiques qui ne sont pas très polaires : hexane/éther diéthylique/acide acétique (70:30:1), créant ainsi une phase mobile très peu polaire par rapport à la plaque de silice. Les molécules apolaires migreront donc plus loin car elles seront emportées par la phase mobile, tandis que les molécules plus polaires migreront peu voir pas du tout. Voici le résultat obtenu après révélation par le bleu de Coomassie Légende Rapport frontal 1 : Acide Gras (4 dépôts) 2 .

Monoacylglycérol (4 dépôts) 3 : 1 Diacylglycérol (4 dépôts) 0,38 4: 1,2- Diacylglycérol (4 dépôts) a) 0,32 b) impureté 5 : Triacylglycérol (4 dépôts) 0,83 6 : Jaune d’œuf (2 dépôts) a) 029 b) 0,33 c) 0,36 d) 0,38 e) 0,87 7 : Jaune d’œuf (5 dépôts) a) 0,29 b) 0,33 c) 0,36 : Cholestérol (8 dépôts) 0,33 9 : 1 Diacylglycérol (2 dépôts)+ 1,2- Diacylglycérol (2 dépôts) a) 0,31 b) 0,36 10 : 1,3- Diacylglycérol (2 dépôts) + 1,2- Diacylglycérol (42dépôts)4 Cholestérol (4 dépôts) 11 : Ester de Cholestérol (4 dépôts) 12 : Phosphatidylcholine (8 dépôts) 13 : Phosphatidyléthanolamine (8 dépôts) Le rapport frontal a été calculé de la manière suivante • PAGF ester. Ce dernier se colore en négatif, on peut supposer que comme il n’a pas du tout été entrainé par la phase mobile et qu’il ne s’est pas mélangé à elle, il n’a pas pu être coloré au bleu de oomassie. le 1,3- Diglycéride possède une fonction alcool qui est confiné entre les deux fonctions acyle donc elle interagit moins avec la silice et migra plus vite.

A l’inverse, dans le 1,2 – Diglycéride la fonction OH n’est pas confiné entre les deux acyles donc la molécule va être attitré par la silice, elle ne migre moins loin. Par ailleurs, la bande au dessus correspond à une impureté, on suppose qu’elle s’est rajoutée lors du dépôt. Le triacylglycérol a trois fonctions alcool qui seront estérifiées donc elles vont perdre leur polarité. Les molécules migreront très oin. Le cholestérol a un OH de libre et un noyau stérol donc c’est une molécule amphiphile qui migrera très peu lors de l’élution. Par contre, l’ester de cholestérol va voir sa fonction hydroxyle estérifiée par un acide donc elle perdra sa polarité et migrera hors de la plaque.

Les phosphatidylcholines et les phosphatidyléthanolamine sont des molécules ayant un phosphate. Ces deux éléments vont beaucoup interaglr avec la plaque de silice et ne vont donc pas migrer car la phase mobile n’est pas assez polaire. pour le témoin 9, nous avons mélangés le 1,3- Diacylglycérol 1,2- Diacylglycérol. On peut observer 2 bandes sur notre plaque de silice. On peut conclure que ces deux molécules ont leur atome d’oxygène placés différemment ce qui entraîne une migration différente aussi. Pour le témoin 10, nous avons mélangés 1,3- Diacyl entraîne une migration différente aussi. Pour le témoin 10, nous avons mélangés 1,3- Diacylglycérol + 1,2- Diacylglycérol + Cholestérol.

On observe 3 bandes donc on peut conclure qu’il y a bien 3 classes de lipides différents. Le fait d’avoir déposé des mélanges connus sur la plaque peut ous prouver qu’il y a bien séparation de leurs constituants sans altérations grâce à cette méthode. De plus, le fait d’avoir augmenté la concentration en jaune d’aeuf sur le dépôt 7 par rapport au 6 permet de mieux distinguer les tâches mais aussi de faire apparaître des lipides qui seraient présents en très faible quantité et donc pas voyant sur le premier dépôt. De plus, cela permet de faire une comparaison pour voir si il n’y a pas d’Incohérence (des erreurs ou des impuretés qui se seraient rajoutées) entre les deux.

D’après nos résultats, le jaune d’œuf serait composé : de holestérol, 1 Diacylglycérol, 1,2- Diacylglycérol, triacylglycérol et de phosphatidylcholine. On observe une 5ième tâche qu’on ne peut pas identifier par rapport à nos témoins. On suppose que cette tâche correspond aux acides gras car le témoin de ce dernier n’a pas marché, ou encore qu’il s’agit d’une impureté. De plus, on observe une tache qui n’a pas migré, on ne peut cependant pas dire à quoi elle correspond car, si l’on compare avec nos témoins, elle peut correspondre, soit à la phosphatidyléthanolamine, soit à la phosphatidylcholine, soit aux deux. Nous effectuons alors une romatoeraphie en