Compte rendu d intervention 2015

Compte rendu d intervention 2015

CONTEXTE DE L’INTERVENTION: Mars 2013 au sein de L’ E. H. P. A. D où je travaille. J’interviens auprès de Madame C. 92 ans atteinte de Démence. DESCRIPTIF DE L’INTERVENTION ANALYSE DE L’INTERVENTION – Il est 18h30 Madame C. est en chambre, elle sonne, dès qu’elle a fini son repas, elle me demande que je la couche. • Ne pouvant pas me libérer à ce moment-là, je suis en train de débarrasser les plateaux repas des autres chambres. Je lui réponds que je vais venir la coucher mais que je dois avant desservir les plateaux des autres résidents et dès que j’aurais fini, e viendrais la voir en se coucher mais qu’e pe ors déshabiller seule et q ie son lit juste à côté d’ -Je lui prépare sa che se déshabiller et ? r à essayer de se e nuit sur le bord de -Je lui prends sa main pour lui montrer I ou j’ai posé sa chemise. -Elle me dit « non, je ne peux pas -Je lui demande au mois d’essayer d’enlever son gilet et de baisser son pantalon afin que je vienne l’accompagner à faire le reste. -Elle me répond « d’accord » Swipe to View

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
next page « d’accord » -Mme N. des difficultés à se mouvoir, elle a une petite surdité t voit très peu, elle a un œil de verre côté gauche et une vue très basse de fautre œil. -Je finis de débarrasser les plateaux en chambre. -Je me rends dans la chambre de Mme N. comme convenue. -Je frappe à la porte pour la prévenir de ma venue, elle me dit « entrer -Je rentre et à ma grande stupeur, Mme N. s’était déshabillée seule et était nu sur son fauteuil de confort. -Mme N. mécontente me râle dessus en me disant que c’était inadmissible de l’avoir laissée aussi longtemps toute nue et qu’elle avait très froid. Je m’approche d’elle et m’accroupis afin d’être à sa hauteur. Je pose mes mains sur ses genoux et lui explique que je devais déjà débarrasser les plateaux en chambre et que je lui avais dit que je viendrais après l’aider à se coucher et c’est ce que j’ai fait. -J’attrape sa chemise, et l’aide à l’enfiler ; elle me prend le poignet et me demande si ce n’était pas « Maud -Je lui réponds oui, et lui demande pourquoi elle est en colère ? -Elle semble un peu plus calme. -Elle me répond qu’elle s’est rendue compte que depuis quelques temps il y avait de nouveaux soignants au sein de l’unité et qu’ils ne prenaient pa