COMPOSITION HISTOIRE corrig e 7 Gen se et affirmation des r gimes totalitaires

COMPOSITION HISTOIRE corrig e 7 Gen se et affirmation des r gimes totalitaires

COMPOSITION Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste, nazi). Les régimes totalitaires dans l’entre-deux-guerres : genèse, points communs et spécificités. Vous montrerez quelles sont les points communs et les spécificités des régimes totalitaires européens nés et s’étant affirmés dans l’entre-deux-guerres (1919-1939). L’Entre-deux-guerre n or 8 genèse et l’affirmatio e ibérique) et totalitai Socialistes Soviétique se caractérise par la s (Balkans, péninsule des Républiques Allemagne en 1933).

Même si ces trois derniers régimes ont des spécificités ortes et des idéologies parfois opposées ils sont porteurs d’une même pratique politique. Nous verrons ce qui constitue la pratique politique des régimes totalitaires soviétique, nazi et fasciste. Après avoir étudié la genèse de ces trois régimes (Ière partie) nous analyserons les deux composantes majeures du totalitarisme, le contrôle total exercé par l’État sur la société (Ile partie) et l’utilisation de la violence de masse (Ille partie) comme pratique polltique.

La genèse des trois régimes totalitaires est la résultante de lusieurs facteurs dont une industrialisation tardive aux conséquences violentes et la Première Guerre mondiale (1914-1919) qui bouleverse les valeurs humanistes et laisse les peuples désorientés. Ces trois régimes sont avant tout porteurs soviétique, le racisme et l’hyper-nationalisme en Allemagne et le fascisme en Italie) qui propose de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
changer l’homme pour changer le monde. Dans ces trois pays l’industrialisation a été tardive et a eu des effets déléteres sur la cohésion sociale.

Les masses paysannes transplantées dans des centres industriels éants (Ruhr en Allemagne, Turin et Milan en Italie, régions de la Mer Caspienne et de la Mer Noire en Russie) ont été très vite politisées (Révolution de 1905 en Russie) et ont ressenti durement leur mise à l’écart par des élites sociales restreintes (Aristocratie de cours en Russie, bourgeoisie d’industrie et noblesse en Allemagne, grands propriétaires terriens et industriels en Italie comme la famille AGNELLI, propriétaire de FIAT, 1899). ? ce long et ancien ressentiment s’ajoute une faible cohésion nationale (L’Italie n’est unifiée qu’en 1866, l’Allemagne n 1871 et la Russie tsariste reste un Empire multiethnique) et des expériences démocratiques très restreintes et décevantes : ces sociétés sont donc particulièrement atomisées. En Russie la libéralisation du régime échoue (1908) et la vie politique est factice voire clownesque comme l’épopée de RASPOUTINE le montre.

En Italie l’interdit jeté par les Papes depuis la perte des États pontificaux (1870) laisse le jeu démocratique aux mains d’une ultra-minorité. En Allemagne le complexe militaro-industriel bien en cours auprès de GIJILLAIJME Il a plus de pouvoirs que le Reichstag. La prise du pouvoir par des mouvements autoritaires apparaît plus comme un retour à une normale politique et sociétale que comme un autoritaires apparaît plus comme un retour à une normale politique et sociétale que comme une aberration.

La guerre laisse la Russie, l’Allemagne et l’Italie dans une situation juridique différente mais avec des rancœurs semblables. L’Allemagne vaincue est contrainte de signer des traités humiliants (Traité de Versailles, 1919) et est dépecée par les vainqueurs (Perte de l’Alsace-Lorraine et des territoires de Prusse orientale). La Russie bolchévique qui signe (Brest-Litovsk, 1918) une paix séparée avec l’Allemagne est exclue des négociations en 1919.

L’Italie estime avoir trop peu reçu en compensation des sacrifices consentis. Peuples et élites dirigeantes sont déçus et s’estiment trahis par les démocraties libérales (France, Royaume Uni et États- l_Jnis d’Amérlque). Mais les modes de prise du pouvoir restent différentes. En Russie c’est le coup d’État bolchévique (Révolution d’Octobre, 1917) puis la guerre civile (1918-1921) qui permet au Parti Bolchévique de Lénine, grâce au « communisme de uerre de prendre le pouvoir et de le garder.

Lors de la création officielle de l’URSS (1922) l’État est déjà doté des instruments de répression : un parti unique (PCUS), une armée puissante (L’Armée rouge) et d’une police politique violente (La GAJ). En Italie c’est l’agitation sociale (Chômage provoqué par le passage d’une économie de guerre à une économie de paix) qui permet aux squadristes fascistes de s’imposer comme les seuls garants du maintien de l’ordre (Marche sur Rome, 1922). En Allemagne le constant mélange de violence de rue et d’onction électorale permet aux