Commentaire l’intersigne, villiers de l’isle-adam

Commentaire l’intersigne, villiers de l’isle-adam

Le passage propose est extrait d’une nouvelle de Villiers de l’Isle Adam intitulee L’intersigne. Cet auteur du 19eme siecle s’est fait connaitre notamment par ses ecrits fantastiques comme Vera. L’extrait met en scene un narrateur personnage qui ‘approche de la maison d’un ami, l’abbe Maucombe, qu’il s’apprete a revoir apres de longues annees. Quelle vision le narrateur percoit-il de l’endroit ou il arrive ? Dans un premier temps, nous observerons le tableau qui s’offre aux yeux du personnage des son arrivee. Dans unsecond temps, il serait interessant d’analyser la metamorphose qui s’opere dans la description de la maison.

Nous allons analyser, tout d’abord, l’aspect de la maison telle qu’elle est vue par le narrateur a son arrivee. Des son arrivee, le narrateur nous laisse imaginer l’aspect chaleureux de la maison. Nous relevons un vocabulaire evoquant les couleurs du paysage entourant notre narrateur « les clematites et les roses the, leurs feuilles rouillees, les forets de chenes, les eaux d’un etang … « . Ce paysage semble donner une impression de vie au narrateur, surtout qu’il voit un detail qui nous laisse penser que la maison est habitee. « Un petit nuage de fumee » est une preuve de vie.

Le narrateur eprouve en plus de cela, des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sentiments de bien-etre, puis d’emerveillement « des idees de recueillement, de sante » nous montre qu’il se sent bien. D’autant plus que la nature est tres presente, tres genereuse. Le narrateur reste sous le charme de ce magnifique decor, tellement qu’il en suspend son geste. Une proposition subordonnee conjonctive nous le prouve « que je restai muet ». Une impression de paix est presente aussi. Le narrateur se sent tranquille grace a « l’image d’un bienheureux » qui se trouve dans une niche entre deux fenetres de la maison.

Ainsi, nous voyons a quel point le narrateur est fascine par le paysage offert a ses yeux. Dans un deuxieme temps, il est interessant d’observer la description de la maison, ainsi que les sentiments eprouves par le narrateur quelques minutes apres son arrivee. Quelques minutes apres son arrivee, la maison et le paysage se sont totalement metamorphoses. L’impression presente a ce moment-la est plus une impression de mort, d’abandon « rayons d’agonie, cimetiere, un glas ». Une impression etrange nous est aussi donnee, par une personnification de la maison « le portail hospitalier qui m’invitait ».

Les couleurs du tableau ont maintenant change, elles sont plus inquietantes ‘dalles grises, croix noires ». De plus, nous remarquons que le narrateur est d’abord surpris par ce changement soudain, il est envahi par le doute. Differentes questions nous le prouvent « Etait-ce bien la maison que j’avais vu tout a l’heure ? Quelle anciennete me denoncaient, maintenant, les longues lezardes entre les feuilles pales ?  » Le narrateur prend peur de cet etrange paysage, et entre finalement dans la maison afin d’y retrouver sa tranquillite. Ainsi, nous voyons le changement radical de la maison, une metamorphose totale.