Commentaire l’expérience combattante pendant la première

Commentaire l’expérience combattante pendant la première

Tous les efforts d’un pays étaient engagés. Cette période aura marqué l’humanité de par son extrême violence et sa monstruosité. Elle aura laissé des traces avec sa quantité phréatique de mort : environ 10 millions, et beaucoup de blessés comme les « gueules cassées » par exemple. Ce sont les blessées de la guerre qui ont été défiguré à tel point que leur vie entière a été touchée. Elle a marqué les mémoires de nombreux soldats et a été une expérience particulièrement traumatisante et difficile à vivre.

L’expérience de certains combattant montre l’atrocité de la guerre et la brutalité des combats. Ainsi à quelles conditions a page de vie et de combats les soldats sont-ils confrontés durant la Première Guerre Mondiale ? Il sera tout d’abord nécessaire de parler de la violence des combats puis d’évoquer la fatigue intense des corps et des esprits qui ont nécessité de tenir bon. Pour commencer, la Première Guerre mondiale est le premier conflit de l’humanité à utiliser les moyens modernes et Industriels pour combattre l’ennemi.

Les soldats étaient confrontés à une nouvelle technologie guerrière : les obus, les mitrailleuses et le gaz. Dans les derniers mois du conflit, les chars font leur entrée

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sur les champs de bataille. Les combattants sont soumis à un stresser permanent du principalement à la mort qui les guettes à chaque instant et surtout aux lourdes responsabilités qu’ils doivent assumer. Ils sont responsables de la vie de chaque soldats autour d’eux, un faux pas et ils peuvent mettre la vie de tous leurs camarades en péril.

En effet, les souffrances auxquelles les soldats font face sont nombreuses : souffrances physiques comme le gaz, le manque d’eau et de nourriture lors des attaques ainsi que le manque de sommeil. De plus, la pluie rend les tranchées dangereuses. Les soldats peuvent y mourir noyer. À ces souffrances physiques, l faut ajouter des souffrances morales tels le risque de mourir lors d’une attaque et ne plus revoir sa famille ainsi que voir ses camarades tombés sous le f mourir lors d’une attaque et ne plus revoir sa famille ainsi que voir ses camarades tombés sous le feu de l’ennemi.

Le nombre de morts élevé lors des attaques, comme à verdure en 1916, poussent même certains soldats à se mutiner dans le but d’améliorer leur conditions de vie. Il. La fatigue des corps et des esprits La fatigue des corps et des esprits envahis peu à peu tous les soldats. A. Un appareil défensif à entretenir constamment (manque ‘hygiène : pas de toilettes, corps qui s’intra-communautaires, poux et rats, manque de confort) B. Des conditions physiologiques éprouvantes (tranchées boueuses, matériel lourd, faim) C.

Peur, stress et ennui (peur de la mort, de l’ennemi ex : bruit des ennemis qui creusent pour mettre des bombes, « Ces attaques, étala crainte des gaz et l’humidité, rendaient la vie en première ligne Insupportable »jonc mamans (soir) thé australe victoires ni France ni 1918, longées 1920, ennui entre les offensives, lassitude la guerre dure.