Commentaire Le Coche et La mouche

Commentaire Le Coche et La mouche

LE COCHE ET LA MOUCHE. Le texte à étudier est une fable intitulée Le Coche et la Mouche provenant du livre 7 du 2nd recueil de Jdlf, célèbre fabuliste français classique. Celui-ci était aussi le précepteur du dauphin Louis XIV à qui il dédicace son 1er recueil, son 2nd est dédicacé à Mme de Montespan, sa mécène. A travers cette étude nous nous demanderons alors ce que veut dénoncer Jdlf avec cette mise en scène de la mouche.

Notre analyse se fera en 3 parties : La première concernera la composition de la fable, la seconde era consacrée aux animaux mis en scène. Enfin, nous étudierons l’apologue qu’est cette fable. – LA PRESENTATION a) Les circonstances ( Descriptions des che b) Le corps de la fable Swipetaviewn htp g Discours indirect ; Présent de narration qui facilite la compréhension. Il montre la montée de la cote par l’attelage.

Il – La mise en scène a) Les Animaux ne sont pas seuls Présence d’humain -> Énumération : « Femmes, moine, vieillards b) L ‘héroïne Omniprésence de la mouche -> verbes d’action + enjambements njambements qui accélère le récit = hyperactive La mouche est importante « Dame Mouche » Hyperbole épique + voc épique & pittoresque Ill

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
– une morale explicite a) Divertir pour instruire Un apologue -s Utilisation de l’image comique de l’image pour illustrer une morale. Ainsi » introduit la morale Comportement social répréhensible Métaphore filée entre la mouche et les importuns. b) une critique sociale La mouche -> fait rire mais agace aussi. Dénonciation de l’inutilité des importuns qui sont dans le paraitre plutôt que dans l’action,.

Allitération en p et t ‘Par Tout imporTuns » -> Ton expéditif de la fin de la fable du a l’agacement du moraliste On peut conclure en disant que le fabuliste utilise l’ironie en montrant la mouche comme l’héroine omniprésente de la fable ce qui permet de la ridiculiser et de dénoncer les importuns c’est a dire les gens de la Cour s’attribuant toujours les mérites et qui se mêlent de ce qui ne les concerne pas. Ouverture : Les Caractères de La Bruyère, monument classique qui condamne les défaut humain observable en société. 2