Commentaire du poème de Corneille, acte IV, scène 3

Commentaire du poème de Corneille, acte IV, scène 3

Commentaire du poème de Corneille, acte IV, scène 3, (du vers 4 au 27) Introduction : Corneille écrit Le Cid en 1637 et la pièce rencontre un immense succès. Apres avoir vengé son père entuant le comte, le père de Chimène, Rodrigue qui ne peut ni épouser Chimène, ni en aimer une autre, est prêt à mourir. Son père lui conseille alors de prendre la tête des nobles qui se sont réunis pouraffronter les Mores menaçant la cité.

Rodrigue, revenu glorieux, fait le récit des ses exploits au r ers 4 à 27 de cette ti de, Svipe View next actes auprès du roi. un défi : comment pr de théâtre sans lasse , scène 3). Dans les rcher àjustifier ses url ramaturge de relever cit sur une scène rrons dansune première partie comment l’on assiste à travers ce récit à la naissance d’un héros épique. Puis, dans une seconde partie, nous montrerons que ce récit haletant constitue un véritable moment dethéâtre.

Swile to vte' » next page I)La naissance d’un héros épique. ) un meneur d’hommes. Rodrigue, par le récit de sa victoire contre les Mores, devient un héros nécessaire à l’état. Il établit en effet qu’il est leprincipal artisan de sa victoire.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Il a tout d’abord su mener les hommes au combat. En effet, il commence par rallier les troupes dispersées, comme le montre la gradation (« cinq cents « trois mille», « dont le nombre augmentait par heure Il persuade tous ceux qu’il croise de venir se battre à ses cotés.

On note ainsi l’antithèse (« ?pouvantés » / « courage b) qui souligne la métamorphoseopérée par Rodrigue sur ses hommes. De plus, il sait commander ses soldats. pour cela, il allie deux qualités : l’action et l’esprit de décision. Au « nous », qui suggère que Rodrigue combat au milieude ses troupes (« notre profond silence Y, « nous avoir surpris se mêle un « je » actif, souvent en position de suet. Le parallélisme établit par les deux propositions relatives (« l’ordre. [à continuer] 2