Commentaire

Commentaire

Au delà de toute extravagance métaphorique, on se rend compte que l’homme à toujours été avare de phrases, de détournements littéraires afin d’exprimer sa pensée la plus profonde. Ainsi, avec la citation « Si la rivière est rouge, emprunte le chemin boueux » nous pouvons alors nous demander ce qu’il en est de cette cltation, quels seraient les buts de celle-ci ?

Nous verrons dans une premier temps que la citation renvoit ? une métaphore d’une pratique sexuelle socialement réprimée, pour ensuite terminer sur la profondeur poétique d’un language originel cru. Dans un premier temps, il nous faut voir ce à quoi réfère la itation. En effet, si l’on s’en tient à l’homme, il paraît abjecte, étrange, socialement génitales) avec une f me ora alors que l’on peut re Sni* to représentée d’une pr pratiquée depuis que xuelles (en termes nstruations.

C’est une alternative, et plus ou moins sodomie. Effectivement, cette citation est bien une m taphore de ce système sexuel complexe, puisqu’on y retrouve bien métaphoriquement des analogies, « rivière rouge » pour le vagin féminin envahit de sang issu de la destruction de la muqueuse utérine, « chemin boueux » pour le canal anal permettant la pratique de la sodomie. Nous pouvons alors nous demander en quol

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la première pratique serait réprimée moralement ?

Il apparaît en fait assez logique, que dans un monde ou le liquide biologique le plus important (le sang) est sym Swipe to vlew next page symbolique d’un corps en souffrance, d’une pathologie quelconque, il soit considéré comme sale qu’il y ait contact entre une partie aussi noble du corps qu’avec une parti exprimée en tant que « déchet biologique’ Le raisonnement pousse alors à se demander s’il n’est pas aussi sale de pratiquer la sodomie, qui est également un acte d’échange entre la partie noble et un autre « déchet biologique » ‘ordre alimentaire du corps (du moins dans la symbolique, puisqu’il est vrai que le conduit anal peut-être nettoyé). II s’avère en réalité que non pour une raison que l’homme n’explique. En effet la sodomie est présente depuis la nuit des temps, même chez le règne animal. Qui n’a pas entendu parler de ces pratiques hérétiques chez les templiers, qui n’a pas entendu parler de ces pratiques homosexuelles à ‘époque contemporaine.

La sodomie ne choque pas, ou du moins elle ne choque plus, et c’est en ce sens que la citation a aujourdhui un contexte totalement approprié pour un développement métaphorique. Par suite, la citation s’arrête t’elle seulement à un ordre métaphorique, ne peut-on pas y trouver une profondeur poétique également. On peut, de soit, confirmer que la citation utilise des artéfacts littéraires, presque philosophiques, symboliques, d’images néfastes et d’une censure biologique. On utilise un champ lexical du paysage, avec l’emploi d’une « rivière » et d’un « chemin » ce qui fait sans contestes rapport à un « passage », symbole d’un conduit dans lequel on peut suivre une cheminement. Le tout étant parsemé de couleur, quelles soient significatives ou évoquantes : « rouge » pour le sang, « b