commentaire

commentaire

Commentaire « Notre vie » de Paul Eluard Introduction En 1946, décède brutalement Nusch (Maria Benz de son vrai nom), la compagne et muse depuis 17 ans du poète surréaliste français PaulEluard, auteur du célèbre poème résistant Liberté (1942). Cette mort soudaine le plonge dans le désespoir, il publie le recueil Le temps déborde en 1947 pour rendre hommage ? Nusch. Notre vie est l’extraitle plus connu. Dans cette élégie de 15 vers, des alexandrins qui ne riment pas, Eluard exprime son deuil de façon particulière : il présente tout d’abord de manière intimiste la mort de Nusch, puis,épanche toute sa souffrance.

Une approche pers 1)Une conversation a p g roche Dans Notre vie, Eluard semble directement à Nusch, il emploie plusieurs fois lespronoms personnels « tu » (« Notre vie tu lias faite » v. 1) et « nous » ce que nous aimions »). De plus, Eluard interpelle sa femme au vers 11 Morte visible Nusch »). Le lecteur a l’impressiond’assister à une conversation amoureuse entre les deux personnages. Ce sentiment est accentué par le niveau de langue un peu familier, comme le prouve l’expression « entre en moi comme dans un moulin »(v. 5). )lJne séparation difficile à accepter

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Cependant, Eluard a du mal a accepter cette séparation. La mort de Nusch a bouleversé sa vie (« mais la mort a rompu l’équilibre du temps ») »). On peutremarquer que cette citation se trouve au milieu du poème : cette position indique un basculement. Durant le début du texte, Eluard semble hésiter entre la vie et la mort. Le poème commence par Notre vie tu l’as faite » (v. l), ce qui montre qu’il a vécu idéalement avec Nusch. Puis suis : « elle est ensevelie » (v. 1), c’est à dire terminée, finie, morte.

De même, « Aurore d’une ville un beaumatin de mai / Sur laquelle la terre a refermé son poing » (v. -3). Eluard commence par rappeler son bonheur, pour mieux Insister sur le malheur. ) La mort vécue comme une rupture, un basculement _Cette idée de rupture est clairement exprimée v 8 « a rompu ». Position stratégique: milieu du poème + « mais » d’opposition. On va passer de la vie à cette « mort » envahissante. Ce vers rappelle de plus, le thème du temps qui passe. En effet on vait le thème du temps dans l’intro. La métaphore « le temps déborde » est l’image du temps qui continue de s’écouler.

Ce qui semble prédominant dans ce début, c’est cet écoulement du temps malgré une rupture dans la vie de l’auteur. La disposition typographique le confirme la soutient: le temps a pris une autre dimension, il s’étire (comme pour la date. _ Le temps est ce qui accompagne l’expression hyrique de l’absence et amène à la souffrance. Le vers 4 de l’intro reprend la souffrance dûe au temps. L’auteur joue sur les antithèses « léger/ Poids » et entre le bonheur « amour » et le malheur « supplice ». La souff 2 sur les antithèses « léger/ Poids » et entre le bonheur « amour » et le malheur « supplice ». La souffrance vient de cette perte de bonheur. Dans le poème, la souffrance vient aussi de cette mort envahissante 5 et 8-10: cette mort est personnifiée « boire, manger » et par les verbes de mouvement « entre, va, vient » sa présence devient obsessionnelle . L’anaphore de « la mort » le confirme: elle a pris toute la place. Cela apparaît encore plus clairement v1 1 par le paradoxe « morte visible ». Cette mort prend toute la place, celle de la vie, celle de Nusch qui est désormais « invisible » La mort apparait aussi à travers la thématique de l’ enterrement « ensevelie » v1, « sous la terre » v13, « la terre a refermé son poing » (métaphore) v3. Cette mort entraîne chez le poète une souffrance et une perte e repère. « plus dure » v1 1, « source de larmes » v14, la mort est dure ? supporter et elle annule toute perception « masque de neige » v 12 (figé, absence de sentiment). « nuit » v14 s’oppose à la lumière qui caractérisait la VIe et avec le « masque d’aveugle » nous fait penser qu’il a perdu toute perception et même sa mémoire « mon passé se dissout » v15? Par les vers 10 et 12, on peut même penser que la mort de la femme aimée le fait lui aussi mourir peu à peu. Ainsi il va ‘faire place au silence »v15 + le point final, seule ponctuation du texte: il va arrêtr d’écrire. 3