Chapitre 1 L historien et les m moires de la 2nd GM en France

Chapitre 1 L historien et les m moires de la 2nd GM en France

L ‘historien et les mémoires de la 2nd Guerre Mondiale en France. Introduction: L’historien est confronté aux mémoires plurielles de la 2nd Guerre Mondiale. C’est le cas des années 1940. En effet, durant ces « années noires les Français se sont divisés et le gouvernement de Vichy a collaboré avec l’occupant, allant jusqu’à participer à la traque des résistants et des citoyens français de confession juive. A partir de 1944, pour rétablir l’unité de la population, les gouvernements diffusent une mémoire résistancialiste.

Cependant, à partir des années 1970, les ictimes de la guerre se mobilisent pour faire reconnaitre leurs souffrances et juger les coupables. Les Français font enfin faire face à leur passé. Les cette prise de consci p g d’action et de recher L’Etat met dabord en résistants avant de r un rôle majeur dans sage leur liberté s Français ont été Vichy. Cest aussi le souvenir des juifs déportés assimilé à l’ensemble des déportés, notamment la Shoah qui a fait émerger une mémoire juive de la déportation.

Comprendre Ihistoire d’une période c’est aussi étudier la maniere dont sa mémoire s’est diffusee. Quel rôle les historiens jouent-ils dans l’évolution des mémoires de la 2nd Guerre Mondiale ? 1) Dès 1945 se construit

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’image d’une France résistante. (Ill République: 1940, Régime de Vichy) 1940-1944: Régime de Vichy, collaboration avec l’occupation nazi. 10 juillet 1940: Pleins pouvoirs à Pétains 18 juin 1940: Appel de Charles DeGaulle, sous secrétaire d’Etat à la Guerre, lance un appel à la résistance sur la BBC, acte fondateur de la France libre.

Octobre 1940, 1er statut des Juifs Avril 1941, 2eme statut des Juifs Une amnésie officielle et collective s’installe 944: Début des débarquements alliés et libération du térritoire. Commence l’épuration, c’est-à-dire, la mise à l’écart des collaborateurs du régime de Vichy et de l’Allemagne nazi en France, elle provoque l’exécution de IO 000 personnes par des actes comme les femmes tondues = épuration sauvage. épuration officielle: épuration politique et limité.

De nouveau un état avec DeGaulIe, retour à l’ordre ( police, justice ) mais limité, il condamne le personnel politique de Pétain comme Pierre Laval, et les intellectuelles collaborateurs tel que René Char mais la aute administration est épargné. – L’occupation: privation, pénuries – Déportation: Les français découvrent l’existence des camps ( Les Millers • Le mythe d’une France unie dans le combat contre l’occupant est entretenu. Les Marachélistes réecrivent l’histoire et font de Pétain quelqu’un qui n’est pas: – Héros de Verdan – Théorie selon laquelle le régime de Vichy aurait été secrétement résistante. Idée qu’il a été une victime esparatoire. 2) Dans les années 1950-70, le mythe résistancialiste s’affirme ( IV République ) Eclatement des mémoires dans les années 1950 Diviser les mémoires de la guerre = communistes se présentent comme « le parti des 75 000 fusillés  » face au gaulliste. • bipolarisation mémorielle laisse peu de place aux autres mémoires: – mémoire juive: déporté du STO ( Service du Travail 2 mémorielle laisse peu de place aux autres mémoires: – mémoire juive: déporté du STO ( Service du Travail obligatoire), prisonniers en échange d’ouvriers.

Février 1943 Contre mémoire maréchaliste en 1951, thèse du « glaive et du bouclier »: Pétain aurait protégé le territoire pour préparer l’action gaulliste ?? construction d’une mémoire officielle Gaulliste 1958: Retour de DeGaulIe au pouvoir. = Grandes cérémonies nationales: Jean Moulin 1964, au Panthéon. = Film de René Clément La bataille du rail, 1946, résistance des cheminots, ou encore La grande vadrouille de Gérard Oury, 1966 18 juin 1 960: le mont-valérlen, lieu de mémoire de la France combattante. ) A partir des années 1970, les temps des mémoires et des commémorations. Années 1970, remise en cause du mythe résistancialiste • Film de 1969, Le chagrin et la pitié montre une france ambiguë. ?? Livre de 1973, La france de Vichy montre les idées de la Révolution nationale de Vichy et la collaboration avec l’Allemagne nazi. Contexte politique:- DeGaulle meurt, ce qui va entraîner une certaine libération des paroles, fin du Gaullisme. Pampidou le dit lui même en 1972  » Je n’aime pas ces histoires d’anciens combattants ». Mai 68: revendication sociale, les gens manifestent. éclatement du résistancialime et des mémoires mémoire juive émergente et s’affirmant: • Procès d’Adolf Eichmann en Israël, 1961 libère la parole des survivants les négationnisme s’exprime ( ex: Darquier de Pellepoix  » à Auschwitz on a gazé les poux. « ) année 1980-1990: le temps des procés: 1979, Jean Leguay, premier français inculpé de crime contre l’humlors de la rafle du Vel d’hiv, à pari 3 Leguay, premier français Inculpé de crime contre l’humlors de la rafle du Vel d’hiv, à Paris. 987, Klaus Barbie, chef de section de la Gestapo à Lyon. — 1998, Maurice Papon condamné pour participation à la déportation. • Diffusion en 1985 du film Shaoh, de Claude Lanzmann: témoignages directs de rescapés et de bourreaux. • Révélation sur le passé vichyste de François Mitterand troublent ‘opinion. Les historiens qualifient ceux, qui après avoir soutenue le régime de Vichy, entrent dans la résitance de vichysto- résistants. 990: temps du  » devoir de mémoire » • En 1995, président Jacques Chirac reconnait la complicité de l’état français dans la déportation des Juifs en France, rompant avec la négation de Vichy initiée par le générale DeGaulle acte de repentance. 2007, plaque dans la crypte du Panthéon, Français déclarés « Justes parmi les nations »: Titre décerné en l’honneur de ceux qui ont risqué leur vie pour sauver les Juifs de la Shoah= forme de résistance. ?? mémoire de la Shoah très présente dans le politique mémorielle de l’état. ??  » Les Malgré-Nous » d’Alsace et de Moselle: qualifier les personnes incorporées de force dans l’armée Allemande. Conclusion: – année 2000, éclatement des mémoires collectives liée à l’évolution de la société et la disparition de témoins. Liée aussi au recule de l’Etat en tant que tutelle grâce au progrés technologique notamment avec internet on ne peut plus taire certaine réalité, puis aussi un choix de revendiquer une mémoire spécifique tel que la communité juif revendiquant la mémoire du Shoah. 4