Chap 5

Chap 5

Fin de la SDN Al Une organisation discréditée ? Impuissance face aux coups de force La Société des Nations est discrédité parce que dans toutes les crises précédentes elle n’a pu ou su intervenir en tant qu’organisation internationale et facteur de maintiens de la paix. 931 : Mandchourie 1935 : Ethiopie 1936 : Remilitarisation de la Rhénanie 1938-39 : Démembre org Retralt des puissance e Sni* to View 1933 : Allemagne et J 1937 : Italie 1939 : URSS Retrait des Etats satellites de l’Axe de la SDN 1938 : Autriche 1939 : Tchécoslovaquie, Albanie, Hongrie 1940 : Danemark Naissance de la légende noire de la SND qu’elle garde aujourd’hui Une mauvaise réputation à relativiser La SDN n’a pas pu gérer tous ces conflits car les grandes puissances ne lui ont jamais donné les moyens de le faire.

C’est l’Allemagne Dispersion de la SDN GB : Trésorerie LJS : Organisation économique et financière canada : BIT C/ Les activités pendant la guerre Un fonctionnement au ralenti SDN n’a pus de rôle politiq inue d’agir d’une certaine est primordial de mettre en place une institution internationale différente de la SDN qui fonctionne sur de nouvelles règles capable d’imposer la légitimité aux différents Etats.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
L’ONU est raboutissement La place nouvelle des IJS Déjà en 1918 : puissance majeure, fin de la guerre grâce notamment à leur intervention militaire.

Fin de la 2e GM : grand gagnants du conflit. US occupe une place majeure dans le futur ordre mondial. Réorganisation économique mondiale : les divergences Cordell Hull / Franklin D. Roosevelt Question de la réorganisation économique mondiale suite à la crise économique de 1929, les difficultés entrainées par la montée des régimes totalitaire et la persistance des protectionnismes. Option valorisée : réorganiser féconomie mondiale sur la base du ibéralisme économique et du libre échange.

Divergences au sein du gouvernement américain : Hull : partisan de la libéralisation de l’économie internationale Roosevelt : pas convaincu de la libéralisation du l’économie internationale L’Europe : un continent dominé *AGF 3 rif B Etats-Unis ne sont pas en guerre B/ Les conférences fondatrices 1941-1945) planche sur la refonte des systèmes éducatifs avec l’idée d’éradiquer le totalitarisme Food and agriculture organization 1943 : répondre aux problématiques d’approvisionnement en nourriture Bretton Woods Juillet 1944 : règle les grandes lignes du système financier nternational d’après guerre Dumbarton Oaks et San francisco 1944-1945 : réunir l’ensemble du processus dans un système cohérent qui donne lieu à l’ONU de la SDN, idée de marquer un renouveau et mettre un terme au discrédit de la SDN Système complet : 47 agences et des centaines de commissions A/ Le niveau politique Assemblée des Etats Premier niveau de l’ONU, inclut potentiellement tous les Etats du monde Objectif d’universalité, pas facile car cadre colonial Le nombre d’Etats ne cesse d’augmenter au fur et à mesure de la décolonisation 1945 : 51 1971 • 132 2012 : 193 Différence avec la SDN . ??? décisions votées à la majorité (avant ? l’unanimité) Le conseil de sécurité 5 membres permanents à drolt de veto (SDN pas droit de véto) 10 membres non permanents Vote les résolutions Cl Les deux piliers de l’ONU fonctionnent sur deux logiques extrêmement différentes. Assemblée fonctionne sur le principe de l’universalité Le CS fonctionne sur le directoire des grandes puissances Les tensions entre universalisme et nationalisme sont réactualisées dans les structures mêmes de l’ONU. L’ONU a comme projet d’être universel mais met en avant la puissance de quelques Etats qui ont un droit de décision plus fort que les autres. La question d’universalité est ne notion apparue à la fin du XIXème siècle et pratique disfonctionnements économique et social est une institution spécialisée qui gere l’ensemble des sections techniques.

L’idée est d’avoir une 01 qui intervient sur les problématiques économques et sociales avec à l’intérieur une multitude d’organisations spécialisées qui reprennent les attributions des anciennes sections techniques. Un système global BIRD + FMI; OMS; HCR; FAO; UNESCO; OIT; AIEA etc. C/ Commissions, programmes et fonds Des programmes directement administrées par ECOSOC Les commissions, programmes et fonds sont censé être des rogrammes éphémères et disparaître une fois leur mission remplie. En fait ces programmes se créée sur une base provisoire mais se pérennisent devant des organisations permanentes. Dans les faits on ne voit pas vraiment de différences avec les organisations.

Du point de vue de la structure ces comrmssions sont spécialisées sur un programme précis. Exemples 1946 : Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) -> focus sur renfance dans les pays dévastés par guerre et les pays défavorisés, organisation devient permanente 1962 : Programme alimentaire mondial (PAM) ->résoudre e problème de l’alimentation dans un contexte d’explosion démographique 1965 : Programme des Nations Unies pour le développement – > sur le terrain beaucoup de confusion et de rivalité ne leur permettent pas de remplir leurs objectifs avec efficacité. 1972 : Programme des Nations Unies our l’environnement (PNUE) problèmes.

D/ Les organisations liées La Cour Internationale de Justice Crée en 1946 15 juges élus par l’Assemblée générale de l’ONU Le règlement des litiges entre Etats Litiges de frontières : 1947 : GB vs Albanie 1994 : Cameroun vs Nigeria (territoire riche en ressources aturelles) Tribunaux pénaux internationaux Tribunaux ad hoc destinés à régler des problèmes liés à un conflit en partlculier 1993 : Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie -> 1994 : Tribunal pénal pour le Rwanda E/ ONGs Participation des ONG à la Conférence de San Francisco 42 ONG à la délégation américaine La particpation des ONG est prévue dans les statuts de l’ONU qui les institutionnalise. Création d’un statut consultatif qui se rapproche d’un statut d’expert intégré dans l’organigramme général. Au fur et à mesure des années les ONG vont être intégrées au travail de l’ONU.