Capes

Capes

sujet 5 Un personnage mediocre peut-il etre un heros de roman ? Les termes du sujet : preciser dans l’introduction le sens du mot mediocre (latin medius, « qui est au milieu ». ) Ainsi mediocre designe ici ce « qui est sans eclat ». Le sujet presuppose donc que le roman n’admet pas de heros « moyens », ce qui s’oppose a la conception classique (« Des heros de roman fuyez les petitesses », conseille Boileau aux poetes dans son Art Poetique. ) La position de la problematique : elle pourra partir de l’une des constantes du romanesque qui repose souvent sur l’exceptionnel et se demander si la « mediocrite » peut y avoir sa place.

Le libelle du sujet : La question posee sous cette forme rhetorique semble repondre par la negative. Implicitement, une these s’exprime ici, qui nie que le roman puisse admettre des personnages mediocres. Le domaine d’application : le genre romanesque. La recherche du plan : Il convient donc de suivre ici un plan dialectique ou vous evaluerez la these implicitement proposee (these /antithese/ synthese). I – LE ROMAN A BESOIN DE HEROS : • de destins exceptionnels (Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir de Stendhal) • de personnalites hors du commun (Mme

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de

Laclos) • de passions absolues (Des Grieux dans Manon Lescaut de Prevost) • le rythme romanesque et la necessite de susciter l’interet obligent a rendre exemplaire le destin de personnages pourtant mediocres (Gervaise dans L’Assommoir de Zola). II – POURTANT CERTAINS PERSONNAGES SONT DES MEDIOCRES : • c’est le cas des personnages des romans realistes qui ont choisi une peinture « objective » des milieux et des etres : Georges Duroy dans Bel-Ami, Jeanne dans Une vie de Maupassant, les heros de Zola, pour qui « le premier homme qui passe est un heros suffisant » (Deux definitions du roman). le personnage peut etre destine a illustrer la contingence, l’absurde (Meursault dans L’Etranger de Camus, Roquentin dans La Nausee de Sartre, Bardamu dans Voyage au bout de la nuit de Celine). • le Nouveau Roman a choisi d’abolir le heros et de confier la representation d’un monde enigmatique a des individualites transparentes (« L’epoque actuelle est plutot celle du numero matricule » ecrit Robbe-Grillet). III – LE ROMAN N’ADMET LA MEDIOCRITE QU’A CERTAINES CONDITIONS : si le personnage peut etre un mediocre, il convient de faire la part de l’epoque : cette esthetique n’est que celle du XX° siecle et certains theoriciens du nouveau roman l’ont abandonnee (romans de Le Clezio). • il ne faut pas ignorer le gout legitime du public pour des uvres ou la creation artistique lui evite de rencontrer des voisins de palier (Meursault lui-meme accede peu a peu a un destin exceptionnel). « Eh ! on Dieu, nous ne voyons que trop autour de nous la triste et desenchanteresse realite : la tiedeur insupportable des demi-caracteres, des ebauches de vertus et de vices, des amours irresolus, des haines mitigees, des amities tremblotantes, des doctrines variables, des fidelites qui ont leur hausse et leur baisse, des opinions qui s’evaporent ; laissez-nous rever que parfois ont paru des hommes plus forts et plus grands, qui furent des bons ou des mechants plus resolus ; cela fait du bien. » (Vigny, Reflexions sur la verite dans l’art). de toutes facons, le roman a pour privilege de rendre la mediocrite unique et certains mediocres de la litterature sont devenus de veritables mythes (Emma dans Madame Bovary de Flaubert). sujet 8 Un editeur contemporain presente ainsi une collection d’ouvrages litteraires : « La modernite n’a rien a voir avec la date de parution. Des textes ecrits il y a plusieurs siecles sont resolument modernes. Ils repondent parfois mieux que des uvres plus recentes a nos preoccupations et a notre soif de beaute. »

Partagez-vous cette opinion ? Vous appuierez votre reponse sur des analyses tirees de vos lectures. Les termes du sujet : le terme de modernite, sans poser de probleme particulier, peut etre utilement rapproche de celui qu’utilisait Baudelaire : il n’est pas synonyme d’actualite, mais signale un accord, dans l’intemporel, avec le temps present, ce que confirme la derniere phrase : seront jugees modernes les uvres, meme anciennes, qui savent correspondre aux centres d’interet de notre epoque et a nos temperaments.

Une acception plus simple du mot moderne pouvait fournir quelques arguments a opposer a l’auteur. La position de la problematique : en quoi consiste la modernite d’une uvre litteraire ? Est-elle liee a sa date de parution ou a l’echo qu’elle est capable de susciter aupres de toutes les generations ? Le domaine d’application : la critique litteraire, le gout, le role du lecteur dans la posterite de l’ uvre. La recherche du plan : le libelle est ici sans ambiguite.

Il s’agit bel et bien d’observer un plan dialectique. I – DES TEXTES ANCIENS PEUVENT ETRE RESOLUMENT MODERNES : • ceux qui mettent en scene les sentiments eternels : l’amour, la mort, l’interrogation metaphysique (voir la persistance des ecrivains classiques, des tragiques grecs); • restent aussi modernes les uvres qui se signalent par la beaute de leur forme (l’alexandrin de Racine, la phrase de Bossuet n’ont pas vieilli). II – MAIS BEAUCOUP D »UVRES SONT MARQUEES PAR LEUR TEMPS : les preoccupations des auteurs anciens sont-elles encore les notres ? Bien des allusions socioculturelles accusent le vieillissement des uvres (voir par exemple les textes engages de Sartre); au contraire, des uvres recentes sont sur ce plan plus proches de nous; • les criteres de beaute, eux aussi, peuvent varier : la tragedie nous parait aujourd’hui un genre plutot ennuyeux et nous lui preferons le drame, comme nous preferons les formes libres en poesie. III – LES ‘UVRES RESTENT MODERNES PAR LEUR PART D’INTEMPORALITE : les chefs-d’ uvre savent encore nous parler et nous emouvoir par leur universalite. Ils ont su parler de l’Homme dans une forme pure et simple que l’art classique a codifiee : sans souci des modes, il s’agit de formuler avec justesse ce que chacun aurait pu dire; • au contraire, les uvres qui cedent aujourd’hui aux gouts du temps sont condamnees a vieillir vite. Est ainsi moderne l’artiste qui a su rejoindre l’intemporel par le recul esthetique qu’il a manifeste par rapport a son epoque (Stendhal).