Dissertation Candide, Inès BEN AMOR

Dissertation Candide, Inès BEN AMOR

DISSERTATION CANDIDE l) Les avantages de l’argumentation indirecte – Multiplicité des genres et des registres 2- Un récit séduisant et des personnages fascinants Le rôle du lecteur 3- es limites de l’argumentation indirecte 1- Se laisser séduire et oublier le message, la dénonciation Le danger des contre sens 3- Absence de raisonnement développé, détaillé Pour éduquer les enfants, on recourt aux histoires, souvent Swipe to page destiner à forger leur adulte oublie un peu comme moins serieu Cependant, des écriv parti que lion peut tir go or 7 Uz édifier.

L’âge cas considéré rm d’argumentation. et Voltaire savent le ine : ‘Une morale nue apporte de l’ennuie / Le conte tait passer le précepte avec lui » comme il l’écrit dans le Pâtre et le Lion fable 1 du livre 6.. Nous pouvons ainsi nous demander en quoi l’apologue, le conte philosophique relèvent de l’efficacité argumentative. Tout d’abord nous étudierons les avantages de l’argumentation indirecte puis nous verrons quelles en sont les limites.

La Fontaine dans sa fable  » le pouvoir des fables I’, fable 4 du livre 8 des Fables écrit  » Si peau d’Ane m’était contée / Jiy prendrais un plaisir extrême En effet, les hommes aiment ? entendre des histoires qui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
comme les contes po our enfants comportent des leçons ou des critiques. Nous pouvons ainsi nous demander en quoi l’apologue, le conte Pour commencer, l’argumentation indirecte présente l’avantage d’être illustrée par divers genres et divers registres.

Ainsi les apologues revêtent eux-mêmes diverses formes comme la fable qui charme le lecteur grâce à la peinture d’un monde réaliste ou parfois imaginaire. On peut penser à la fable  » le vieux chat et la jeune sourls I’. En effet, les animaux sont personnifiés et la souris s’adresse au chat pour lui démontrer qu’il ne doit pas la manger. D’autres apologues comme les contes philosophiques, ont plaisants grâce à leur récit fictif et mouvementé.

Par exemple dans Candide de Voltaire, le personnage éponyme vit une série de mésaventures en parcourant toute une partie du monde, en se rendant à l’Eldorado, pays utopique caractérisé par sa richesse et par une société dans laquelle il n’existe ni prison ni parlement mais où au contraire se dresse une ville merveilleuse et une grande galerie des sciences. Le théâtre peut aussi être vu comme une forme d’apologue. Par exemple, I file des Esclaves de Marivaux met en scène l’inversion des rôles puisque les maîtres deviennent des esclaves et les esclaves des maîtres.

A travers cette inversion, le lecteur tout en s’amusa PAG » rif 7 des esclaves et les esclaves des maîtres. A travers cette inversion, le lecteur tout en s’amusant prend conscience de l’injustice des inégalités sociales. par ailleurs, les apologues jouent sur une multiplicité de registres qui touchent directement le lecteur. On peut penser ainsi à Candide de Voltaire qui a recours à l’ironie pour séduire le lecteur tout en faisant réfléchir. Dans le chapitre 6 par exemple, Voltaire use de l’ironie pour dénoncer les abus du clergé, la décision et les moyens arbitraires employés pour condamner njustement des minorités religieuses.

En revanche, au chapitre 19 de ce même conte philosophique, le narrateur emploie le registre pathétique pour mettre en évidence la situation injuste et pénible de l’esclave, registre pathétique qui transparalt à travers les pleurs que Candide verse sur le nègre de Surinam. Ainsi les apologues par leur diversités, et la multiplicité des registres possibles, vont-ils droit au cœur du lecteur. De plus, ils intéressent le lecteur par la vivacité du récit et leurs personnages. En effet, nombre d’apologues font appel au goût du lecteur pour les histoires.

Ils créent des rebondissements comme dans Candide de Voltaire, lorsque le lecteur voit réapparaître Cunégonde au chapitre 8 alors qu’il croyait qu’elle été morte après avoir été violée par des soldats pendant la guerre. De même dans Zadig de Voltaire, le lecteur est-il surpris de constater que Zadig, après avoir fui la cour de Babylone, dev PAGF3C,F7 Voltaire, le lecteur est-il surpris de constater que Zadig, après avoir fui la cour de Babylone, devient roi à son tour et le mari d’Astarté.

De plus, le lecteur s’attache facilement aux personnages qui sont peints rapidement. Le narrateur met en évidence une qualité u un défaut que le lecteur retient sans difficulté. Ainsi dans la fable de la Fontaine  » le héron « , cet oiseau est-il portraituré au mayen de l’adjectif long qui le fait ressembler à un fil de fer et souligne d’emblée sa prétention. Pangloss pour sa part, dans Candide est vu comme celui qui ne cesse de parler et tente toujours d’établir un lien entre les faits et la philosophie qu’il prône, ce qui rend cette dernière d’autant moins convaincante.

Outre la vivacité du récit, et la présence de personnages fascinants, l’apologue persuade le lecteur en obligeant ce dernier à faire une partie du chemin. L’apologue fait que le lecteur doit interpréter, qu’il doit traduire en quelque sorte pour comprendre les idées que le narrateur a voulu faire passer. Par exemple dans Candide, le narrateur ne critique pas directement la guerre. Il la présente au début comme un beau spectacle, mais le lecteur doit percevoir violemment la guerre qui tue des êtres-humains de manière absurde et en fait souffrir d’autres.

De même, dans Zadig, c’est à travers l’éplsode de la condamnation de Zadig, accusé d’avoir volé la chienne de la reine et le cheval du roi, que le lecteur doit comprendre la condamnation d’ hienne de la reine et le cheval du roi, que le lecteur doit comprendre la condamnation d’une justice qui n’en est pas une. Le lecteur doit donc être actif et cette implication dans la lecture est particulièrement efficace.

Par conséquent, l’argumentation indirecte offre certes de nombreuses possibilités pour retenir l’attention du lecteur que ce soit grâce à ses formes ou à ses genres divers, à un récit enlevé ou à l’implication active du lecteur. Toutefois l’argumentation indirecte comporte des limites. En effet, l’efficacité de ‘argumentation indirecte peut rencontrer des obstacles. our commencer, le lecteur peut se laisser séduire par le récit et oublier que celui-ci est là pour transmettre un enseignement ou pour dénoncer ou critiquer.

Cette séduction du récit est mise en évidence par La Fontaine dans la fable  » le pouvoir des fables  » Les athéniens sont en danger et l’orateur veut les prévenir ; mais dans un premier temps l’éloquence traditionnellement employée reste sans effet. L’orateur se met alors à raconter l’histoire de Cérès qui part en voyage avec l’anguille et l’hirondelle. Les personnages sont arrêtés par un fleuve, l’anguille le traverse en nageant et l’hlrondelle en volant. Le peuple athénien demande alors ce que fait Cérès.

Grâce à cette fable, l’orateur a retenu l’attention du peuple. La Fontaine veut cependant signifier par l? le danger de la séduction du récit. De même lorsqu’un lecteur lit Candide, il peut s’attacher à l’ Candide, il peut s’attacher à l’histoire du personnage éponyme et se demander s’il retrouvera ou non Cunégonde et s’il sera heureux avec elle, il se laisse captiver par les mésaventures de Candide et oublie le message que Voltaire veut faire passer. En outre, l’argumentation indirecte peut parfois être mal comprise et provoquer des contre sens.

Ainsi, Rousseau fait-il observer que les fables de La Fontaine ne sont pas comprises par les enfants et qu’elles sont amorales : les enfants vont admirer le renard qui trompe le corbeau parce que c’est lui qui va gagner, ils vont prendre le parti de la fourmi parce que c’est elle qui a su se montrer prévoyante. L’enfant comprendra donc qu’il faut se montrer flatteur et égoïste, alors que ce n’est pas ce que La Fontaine a voulu enseigner. On peut également penser à Candide de Voltaire. n lecteur peut faire un contre sens et croire ce que dit Pangloss que « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles » Enfin, l’argumentation indirecte qui se fait le plus souvent ? travers un récit ne développe pas le raisonnement. Or le lecteur pour être réellement convaincu et persuadé peut avoir besoin d’un raisonnement exhaustif. Par exemple dans Candide, au chapitre 6, Pangloss et Candide ainsi qu’un Biscayen et deux portugais sont condamnés par les sages de l’Université de Coimbre soit à être brûler soit à être fesser en cadence pour Candide.

Da sages de l’Université de Coimbre soit à être brûler soit à être fesser en cadence pour Candide. Dans ce chapitre, Voltaire veut condamner l’intolérance puisque les portugais sont onsidérés comme des hérétiques par l’égllse catholique. Cependant, le lecteur peut ne pas être convaincu par ces lignes dans lesquels Voltaire n’argumente pas de manière détaillée contre l’intolérance. De même au chapitre 19 de Candide, la dénonciation de l’esclavage peut ne pas convaincre suffisamment le lecteur.

Certes Voltaire donne la parole à l’esclave mais là non plus, il ne développe pas les arguments ce qui pourrait empêcher certains lecteurs d’être totalement persuadés par le bien fondé de cette dénonciation. L’argumentation Indirecte a donc des limites. Par conséquent l’argumentation indirecte est certes efficace pour faire adhérer le lecteur aux idées de l’écrivain. Écouter ou lire une histoire séduit la plupart du temps le lecteur.

Toutefois, l’argumentation indirecte peut ne pas atteindre son but. Cest pourquoi un écrivain a souvent recours aussi bien ? l’argumentation directe qu’à l’argumentation indirecte comme Montesquieu, auteur des lettres persanes, roman épistolaire mais aussi de l’Esprit des lois, traité de sociologie et de philosophie politique. Ainsi en recourant à diverses techniques, un écrivain aujourd’hui encore, peut toucher un public très large.