candide

candide

candide, voltaire, 1 759 Voltaire a eu une vie mouvementée du fait de ses voyages et de ses exils. C’est un écrivain engagé qui combat la monarchie absolue et l’intolérance religieuse. De son temps, d’un point de vue littéraire il donnait la priorité à la tragédie et au poème mais aujourd’hui il est célèbre pour son engagement dans L’Encyclopédie et pour ses contes dont Candide, publié en 1759. Il a été frappé par le tremblement de terre de Lisbonne, il a lu les œuvres de Leibniz (philosophe allemands) selon qui Dieu est parfait et a produit le meilleur des mondes.

Candide lui sert alors ? réfuté cette concep S. v. p next page Quelles sont les cara l. Les éléments tradit Il. La portée argume philosophie des lumières u sens de la l. Les éléments traditionnels de l’incipit du conte a. cadre spatio-temporel • l’ouverture relève du conte merveilleux à travers la formule attendue « il y avait » qui renvoie à un passé lointain et indéfini et même qui relève de l’imaginaire • un texte entièrement à l’imparfait qui correspond à une situation qui dure mais en attente dun bouleversement • le lieu : le titre, repris à la 1.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
puis dans le discours de Candide . 37 « un vrai château » à un « très beau château » terme complètement conventionnelle qui montrent la richesse et le pouvoir des personnages. province elle allemande, en revanche le nom du château qui est aussi le nom d’un baron est un nom imaginé « Thunder-ten- tonckh » qui joue avec les sonorité manière de caricaturer la langue en accentuant son aspect imposant d’autant plus qu’en angla s « thunder » signifie la foudre et ajoute ainsi un caractère solennelle au lieu. b. a présentation des personnages principaux Organisée simplement avec 2 personnages plus important que es autres en terme de longueur : Candide et Pangloss • Candide : – portrait un peu plus fouillé que les autres même si on a aucuns éléments de description physique : jeune, en cours d’éducation « jeune garçon » « élevé »et qui n’a pas d’autonomie « petit » repris – le texte fait l’éloge de ses qualités : « mœurs les plus douces » superlatif sur la douceur, absence totale d’agressivité, grande ouverture « jugement assez droit » « l’esprit le plus Simple » intelligent, superlatif sur la simplicité mis en rapport au maitre Pangloss « il écoute les leçons ? « il écoute attentivement et il croit » « bonheur pour lui d’entendre » : c’est un élève d’une extrême attention – on ne connait pas ses parents, c’est un enfant naturel, peut être le « neuveu du Baron » donc que son père serait un noble.

C’est le seul point d’instabilité qui le concerne • Pangloss : – le plus important car on lui donne la parole, dabord de manière indirecte puis de manière directe – « oracle » il aurait des pouvoir surnaturels, il a dès lors un rôle démesuré par rapport aux a 2 OF s « oracle » il aurait des pouvoir surnaturels, il a dès lors un rôle émesuré par rapport aux autres personnages – professeur avec des termes neutres « enseignait » et des termes fort, mélioratif « prouvait admirablement » – sa prise de parole est organisée argumentative comme une thèse didactique, pédagogique : « car » « remarquez-bien » « par conséquent » il remet en cause le point de vue d’autres philosophes – il a une conception bien trop optimiste de la vie • Le baron : – seigneur, famille noble contemporaine – personnage stéréotypé qui représente le pouvoir avec des superlatifs « un des plus puissants » « le plus grand baron de la province » autorité reconnue de « tous » – des signes extérieurs de richesse : domestiques, chasse (divertissement réservés à l’aristocratie, privilégiés de la noblesse) • La baronne – le poids démesuré en fait un personnage comique mais tout de suite nuancé par sa considération auprès d’habitants – eest une très bonne maitresse de maison – qui est respecté • Melle Cunégonde : décrite physiquement, jeune • le fils : double de son père sauf « il parait » qui annonce un retournement de l’image du personnage Il. La portée argumentative, philosophique (au sens de la a. L’ironie, la visée satirique ?? la critique de la noblesse : – les raisons iniustifiée qui 3 S mère de Candide ? enfant.

Cela prouve qu’elle est vaniteuse, condescendante et elle a des préjugés sur le mariage qui ne tient compte uniquement de la personne – 52 : des effets de décalage à propos de la richesse du baron qui s’avère illusoire : comique « une porte et des fenêtres » Voltaire se moque de la noblesse désargentée qui se sent supérieur de manière indue donc qui a des avantages arbitraires. • La pseudo-sagesse de Pangloss : – son nom tout en parole sous-entend qu’il parle sans chercher le lien avec la réalité « métaphysico-théologo-cosmolonigologie » matière religieuse pour les deux premiers, scientifique pour la dernière sérieuse. Voltaire se moque en rapprochant les mots « cosmos » « nigaud » et « logie » -son raisonnement est absurde puisqu’il consiste en une énumération d’exemple tous fondées sur une fausse logique : les 2 premiers de l’ordre du corps qui sont absurdes, puis de Pordre familiale.

La conclusion est donc fausse et insensée et n’a aucune crédibilité. C’est une manière supplémentaire de se moquer du Baron. Répétions qui vire au grotesque avec l’argument de l’ordre limentaire. Voltaire caricature à outrance la théorie de Leibniz. Pangloss n’est pas du tout un personnage réfléchis que tous les autre admirent mais un naif qui s’aveugle en se répétant des théories fondées sur des a priori. b. La remise en cause de l’euphorie générale • la fausse logique du discours de Pangloss se retrouve aussi pour caractériser le baron et la baronne 1. 12 et 19 : c’est une manière de détr 4 OF S se retrouve aussi pour caractériser le baron et la baronne 1. 2 et 19 : c’est une manière de détruire le respect dont tous les autres font preuve à leur égard. ?? Dans le dernier paragraphe, Voltaire se moque de rextrême naiVeté de Candide et en particulier des raisons de son bonheur : – Candide est un amoureuse mais il n’a pas les mots pour le dire et manque de maturité pour l’expérimenté – Par rapport au Baron – par rapport à Pangloss puisqu’il le considère comme « le plus grand philosophe du monde » Il a une vison enfantine de la vie en totale décalage avec son âge. Conclusion • En ce qui concerne les personnages, un système très simple, tous les personnages sont de caricatures sauf Candide sur lequel Voltaire porte un regard ambigu.

Candide manque de maturité, ‘autonomie et est beaucoup trop naif. Du point de vue de l’intrigue il ne se passe rien, on comprend que l’ordre familial est tellement euphorique qu’il ne peut que se rompre. La rupture se passe par la suite à travers l’expérience sexuelle inaboutie de Cunégonde. Derrière le merveilleux et à travers l’ironie il y a une visée critique, satirique d’ordre social et intellectuel à travers Pangloss. Ce qu est jugés sont les préjugés et fillusion et l’optimisme béat. Ouverture : Candide, chassé de ce paradis illusoire sera confronté à la réalité du monde ce qui lui permettre à la fin du conte d’acquérir de la lucidité. S OF s