Camus

Camus

I°/ SARTRE : a) biographie : 1905 -1980 ? ecrivain et philosophe Issu de la bourgeoisie. Il sera la porte parole de l’existentialisme. Il propose une nouvelle conception : l’authenticite de l’ho libre. Il est le philosophe de la liberte et de la responsabilite. Il est contre l’ordre dominant mais pour l’individualisme. C’est un ho de gauche (du P. C. ) Sartre est qqun de pessimiste et il conclut a un necessaire recul individualiste. L’ho est libre et responsable de ses choix. La pensee de Sartre va evoluee et se concretiser dans un essai philosophique « L’etre et le Neant » et dans des pieces comme « les mouches » et « Huit Clos » ? l ft preuve d’une philosophie existentialiste. La guerre va lui faire comprendre que l’ho n’est pas totalement libre ? a partir de ce moment il devient un ecrivain engage. 1945 : conference : L’existentialisme est humanisme Apres la guerre, Sartre = idole des jeunes et des intellectuels. On le voit ac sa compagne Simone de Beauvoir (grande feministe). Il fut aussi le chef de file de St Germain des Pres ds les annees 50. Il consacra les dernieres annees de sa vie a l’action militante

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
? prend parti pdt la guerre d’Algerie ?manifeste ds la rue ?participe a la fondat° du journal « Liberation » participe activement a Mai 68 ?milite pr les droits de l’Homme b) L’existentialisme : C’est une philosophie de la liberte. L’homme est « condamne a etre libre ». C’est lui qui choisit le sens de sa condition qui donnera un sens a ses situations. L’etre humain est ce qu’il devient, a l’inverse des choses (les choses existent mais elles l’ignorent = en-soi). L’homme par sa liberte et sa lucidite constitue le pour-soi : « j’existe et par ma conscience je fais exister l’univers ». L’individu refuse d’etre reduit a un « en-soi » et grace a sa pensee (cogito) il se projette et donne un sens a son existence. L’EXISTENCE PRECEDE L’ESSENCE : ex : un stylo existe ms a ete invente et creer par un ingenieur. Il etait d’abord un projet, une idee ? une essence avant d’etre une existence MAIS l’homme existe tt simplement. Il n’a pas ete construit selon un modele precis ? l’homme n’est l’objet ou l’outil de personne. L’homme ft des projets pr donner un sens a ses situations. Il est transcendantal : il est toujours en depassement par ses projets, sa pensee ( « je peux tjs m’en sortir » ? sens de l’existentialisme) L’homme est responsable de lui et du monde qui l’entoure DONC l’homme est responsable des autres.

Qd je rencontre autrui (pour-autrui) ma conscience rencontre le regard d’autrui ? c’est une rivalite, un conflit de deux libertes ou je tente de reduire l’autre a un « en-soi » pr m’imposer comme superieur (essence). Je prive l’autre de liberte et par le regard qu’il me renvoie je renie egalement ma propre liberte. ? l’existentialisme est une doctrine optimiste puisque le destin de l’homme est en lui meme c) Huit Clos : analyse des personnages d’un point de vue existentialiste – Garcin : Journaliste qui se decrit comme engage, pacifiste. Il maltraitait sa femme qu’il reduisait a un objet.

Il veut etre un heros alors que s’est un lache ? c’est un deserteur (a fuit par peur) et fut execute. Ce personnage represente la fuite ds le mensonge – Ines : Employee des postes, fondamentalement mechante. Elle a detruit le couple de sa cousine et est morte asphyxiee. La honte de son homosexualite se compense par sa mechancete. – Estelle : Bourgeoise, superficielle. Elle est issue d’un milieu defavorisee mais a epouse un homme riche. Elle a ete infidele et a tue l’enfant qu’elle a eut avec son amant. Elle est morte d’une pneumonie. ? fuite dans l’imagination, monde des apparences tous condamnes a l’enfer pour ne pas avoir ose assume leur liberte detre humain et a cause de ca ils deviennent un objet sous le regard des autres ? « l’enfer c’est les autres » (=je depend d’eux et eux dependent de moi) ? denonce la mauvaise foi II°/ DESCARTES ET PASCAL (moralistes du 17eme siecle): a) Opposer Descartes et Pascal : Descartes = fondateur de l’epistemologie moderne PASCAL DESCARTES Clef de la connaissance La foi La raison Cheminement L’homme est coince entre 2 infinis ? doit donc se convertir. L’homme n’est rien Doute methodique ? le cogito Si je doute ca veut dire que je pense et donc que je suis (sujet pensant)

Place de Dieu Dieu est infini c-a-d bonheur et amour c’est pq l’homme doit rester humble et se tourner vers Dieu Dieu different de celui des Evangiles Dieu de Descartes = une idee philosophique, un principe createur, un principe de perfection Il cree le rapport entre le sujet pensant et l’objet, la realite Dieu de Descartes= dieu des mathematique Repesentation du monde Monde = infini – l’insaisissables = infiniment gd – l’impenetrable = infiniment petit c’est l’enfilade d’univers a l’infinis (comme le ciron) ou la pensee est perdue. L’esprit se perd dans le petit et se soumet au grand.

Monde reconstruit par la raison Conclusion Abandon de tte ambition scientifique. L’homme est incapable d’atteindre la verite par ses propres moyens? integrisme, fanatisme religieux Connaissance se fait par la raison, intelligence Importante de la mathematique qui est critique de la connaissance (criticisme) Descartes annonce le siecle des lumieres Les deux infinis chez Pascal : L’infiniment grand = l’espace L’infiniment petit = micro-organisme (ciron) L’homme est entre les deux (il n’est rien face a l’infiniment gd) Raisonnement de Pascal : Il commence par mettre le lecteur face a l’infiniment gd.

A un moment donne, le lecteur va se deconnecter. Son imagination va prendre la releve ms elle va devoir declarer forfait. L’homme doit revenir sur terre et considerer qu’il n’est rien face a l’infiniment gd. Apres l’infiniment gd, Pascal le fait envoyer a l’interieur d’un ciron. Pascal essaye de convaincre le lecteur qu’il occupe une position tragique et essaye ensuite de le convertir. Discours de la methode (Descartes): c’est une revolution car pr la 1ere fois un texte philo. est publie ds une langue vulgaire et car les textes de philo. etaient confisques par la religion III°/ L’HOMME ET LA SOCIETE AU 17EME SIECLE : ) conception de La Rouchefoucault et La Bruyere : Leurs grandes idees sur leurs conceptions de l’homme : – egocentrisme : l’amour propre gouverne les hommes – calculateur – pretentieux – jaloux – opportunistes : on cherche a plaire pr que les autres ns fasses du bien – l’homme se sert de la politesse pour paraitre qqun de bien aux yeux des autres – l’homme est en perpetuel conflit ac lui-meme car ses attitudes sont forcees par la morale – conceptions pessimistes differentes d’une conception rationaliste car presence d’un mal dans l’homme ? tt ca represente l’homme de biens.

Si tu te confesses aux autres tu deviens honnete homme et ce comportement te rapproche de celui de l’habile homme qui sacrifie bcp de choses et a su acquerir le bien et le conserver ? l’homme est interieurement oppose a ce qu’il laisse percevoir de lui c’est pq il peut rentre en conflit ac les autres si on le critique sur ce qu’il est en apparance b) comparaison des conceptions de la Rochefoucault et La Bruyere a Pascal : similitude : L. R. et L. B. PASCAL Vision pessimiste idem L’homme n’est pas responsable de ce qu’il est car ses attitudes sont forcees par la morale Idem car il subit ce qu’il est (voue a Dieu)

Differences : L. R. et L. B. PASCAL Pour avance l’homme a besoin de Dieu L’homme avance L’homme connait la verite (ce qu’il est vrmt) mais s’en detourne par son comportement pour essayer de paraitre qqun d’autre (honnete homme) L’homme est incapable de trouver la verite par ses propres moyens. Il se diverti car il est angoisse par la mort ce qui provoque au final une quete incessante du bonheur IV°/ LES LUMIERES : 18EME SIECLE (revolution frcaise) : Siecle des lumieres = periode marquee par le rationalisme, le progres des sciences, la critique de l’ordre social et la hierarchie religieuse ? evolution francaise a) elements contextuels : – absolutisme : le roi est monarque de droit divins – le pouvoir de l’Eglise : intolerante, exclue tte autre culture comme le protestantisme – inegalite sociale : trois classes : clerge, noblesse, Tiers Etats (paysans, bourgeois, ouvriers) – entrave a la liberte : censure politique ou religieuse(ouvrage condamne) – les precurseurs : philosophes rationalistes comme Descartes – la raison et le progres : decouverte de la gravitation par Newton. Foi dans le pouvoir de la raison humaine – la philosphie des lumieres : lumiere = importance de la raison

Philosophie = un ideal humain b) la demarche des philosophes des lumieres : – l’observation : esprit d’examen – le raisonnement : les textes du 18eme ont une attention pedagogique (ouvrage rassemblant tte les connaissance ? l’Encyclopedie) – oppositions : aux prejuges et aux superstitions c) definition de philosophe : Heritier et continuateur de l’humanisme de la renaissance et de l’honnete homme du 17eme. Pour lui-meme, rien de ce qui est humain ne lui est etranger. Ils defendent la raison, la liberte, l’egalite, la tolerance, le progres, la separation des pouvoirs et le rejet de la monarchie de droit divins

EXPOSE AU CHOIX V°/ CONCEPTE DE MONDERNITE : a) modernite chez Baudrillard mode de civilisation qui s’oppose a toute autres cultures anterieures et traditionnelles (culture = musique, peinture, idee,…). ? modernite >< tradition b) tableau de Guys (1860) >< Ingre (1839) : Chez Guys : – sujets et decos independants – mouvements agites >< pas d’agitation – gestes dans le dessins l’emportent sur la couleur >< couleurs posees savamment – pas de perspective ni de structure >< herite de la renaissance ? point de fuite – adequation avec son temps

CONCLUSION : la modernite est un renouveau artistique caracterise par des changements. Ce mouvement se poursuit au 18eme siecle. A partir de 1850, la modernite va susciter une esthetique de ruptures, destruction des formes traditionnelles, authenticite de l’ephemere et de l’insaisissable c) modernite chez Baudelaire : Exaltation de la subjectivite (variation en fonction de la personne). Il est l’un des plus gd critique d’art de son temps. Il rend hommage au peintre Guys en lui dediant «le peintre de la vie moderne » (ouvrage litteraire qui invite la modernite)