Britannicus

Britannicus

Schema narratif RESUME DE LA PIECE Decoupage de l’auteur Situation initiale + Element modificateur Au petit matin, Agrippine attend devant la chambre de Neron que l’Empereur son fils veuille bien la recevoir. Elle vient d’apprendre que pendant la nuit, sans l’en avertir, Neron a fait enlever Junie, l’amie de son autre fils Britannicus. Agrippine, qui a favorise l’arrivee au pouvoir de Neron, enfant d’un premier mariage, au detriment de Britannicus, pretendant legitime au trone de son pere defunt (l’empereur Claude), s’inquiete de voir Neron echapper a son controle et s’en prendre a Britannicus (I,1).

Le gouverneur de son fils (Burrhus) vient annoncer a Agrippine que Neron ne la recevra pas, il plaide le droit du jeune empereur a se liberer de la tutelle politique de sa mere. Britannicus survient, cherchant Junie. Agrippine l’informe et lui propose son soutien (I, 2-3-4). 1° ACTE (Les angoisses d’Agrippine) Neron apprend a Narcisse (le gouverneur de Britannicus, qui espionne son maitre pour Neron) qu’il est tombe amoureux de Junie, cette nuit-meme, en voyant la jeune fille en pleurs (II,1). 2° ACTE (La jalousie de Neron)

Peripeties Junie refusant ses avances (II,3), Neron organise entre elle et Britannicus une entrevue ou elle devra faire comprendre au jeune homme

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qu’elle ne l’aime plus. Sinon, il le tuera. Junie fait ce qu’on lui demande (II,6), mais elle ment si mal que Neron, jaloux, decide de supprimer Britannicus. Luttes en coulisse pour le pouvoir : Burrhus s’inquiete des outrances de Neron et s’en ouvre a Agrippine, mais lorsque celle-ci se dit prete a favoriser la conquete du pouvoir par Britannicus, il s’effraie et defend Neron.

Agrippine se confie a Albine : outre la colere de voir le pouvoir lui echapper, elle eprouve une sorte de depit amoureux face a l’amour de Neron pour Junie. Mais quand Britannicus lui apprend qu’il a obtenu le soutien de membres importants du Senat contre Neron, elle s’alarme (III,1-2-3-4-5). 3° ACTE (Hesitations de Burrhus et d’Agrippine) Junie apprend a Britannicus les raisons de sa froideur lors de leur recente entrevue. Neron, qui a tout entendu, les surprend ; apres une violente dispute, Neron fait arreter Britannicus et Agrippine (III,6-7-8-9).

Agrippine obtient enfin un tete a tete avec Neron : elle lui rappelle tout ce qu’elle a fait pour lui et se defend de toute alliance avec Britannicus. Neron promet de se reconcilier avec Britannicus (sc. 1-2) 4° ACTE (Hesitations de Neron) Neron explique ensuite a Burrhus que cette moderation n’est qu’une feinte et qu’il fait assassiner Britannicus. Mais Burrhus le conjure de revenir sur cette decision nefaste, mettant sa vie dans la balance. Il parvient a ebranler Neron, mais Narcisse convainc l’empereur qu’il est trop tard et que l’ordre d’empoisonner Britannicus a ete donne. (sc. 3-4) Element resolutif

Malgre les craintes exprimees par Junie, et encourage par les assurances donnees par Agrippine, Britannicus se rend au festin offert par Neron pour sceller la reconciliation. Pendant qu’Agrippine s’attarde quelques instants en compagnie de Junie, Burrhus fait irruption et leur apprend la mort de Britannicus, empoisonne par les soins de Narcisse (V,1-2-3-4-5). 5° ACTE (Le denouement) Situation finale Agrippine predit une fin tragique pour elle, mais aussi pour son fils (V,6). Junie s’enfuit et fait v u de devenir une vestale. Narcisse a ete tue par la foule en voulant s’emparer d’une femme devenue sacree (V,8) LES PERSONNAGES Neron: Neron est l’empereur de Rome a l’epoque de la piece. Il a moins de vingt ans lorsqu’il succede a Auguste aux depens de Britannicus. C’est un homme, qui au debut de son regne a de nombreuses qualites « Neron naissant a toutes les vertus d’Auguste vieillissant ». Au fur et a mesure de la piece, il se revele de plus en plus mauvais. De nombreux defauts apparaissent, et l’empereur apparait comme un homme cruel: « j’embrasse mon rival, mais pour mieux l’etouffer », dont les decisions ne sont pas reflechies, mais aussi extremement influencable comme en temoigne tous ses changements d’avis au sujet de Britannicus dans l’acte IV.

Une passion sans egal l’a frappe a la vue de Junie:  » J’aime, que dis-je aimer, j’idolatre Junie », et le fait qu’elle le rejette le rend non seulement depressif, mais amplifie tous ses defauts. Pour finir, on peut dire que Neron est dans cette piece l’image d’un dictateur naissant: il est dote d’une perfidie ainsi qu’un sadisme tres importants: »j’aimais jusqu’a ses pleurs que je faisais couler », mais ses cruautes ne sont pas encore visibles aux yeux de Rome qui voit encore en lui un empereur bienveillant. – Britannicus: Bien que son nom soit egalement le titre de la piece, Britannicus n’en est pas pour autant le heros.

En effet, il apparait beaucoup moins regulierement que Neron, ou bien sa mere. Ce personnage est en fait plus jeune que Neron, et etant le fils naturel de l’ancien empereur Claude, il aurait pu etre son successeur, mais on lui a prefere Neron qui est devenu son rival. Amant de Junie, ce jeune homme est sensible mais aussi tres naif, ce qui l’empeche de faire de la politique. Il est en position de faiblesse, non seulement a cause de son isolement dans la cour, mais aussi a cause du fait que la seule personne dans laquelle il se confie est un traitre aux soldes de Neron.

On peut egalement denoter une certaine faiblesse de caractere chez ce personnage. En effet, quand il parle de la capture de sa bien-aimee, il se plaint presque autant du chagrin qu’elle lui cause que de son propre malheur « Songiez vous aux douleurs que vous m’alliez causer? « . Britannicus incarne en fait le personnage juste, sincere, et fidele, mais dont toutes les qualites empechent le succes. – Agrippine: est la mere de Neron, et la deuxieme femme de Claude, ancien empereur. C’est un personnage tres important dans la piece, car c’est en fait elle qui s’oppose a Neron a travers Britannicus.

Agrippine est une mere possessive et abusive qui pense que Neron est toujours sous sa tutelle, et qu’elle peut comme dans le passe controler Rome comme elle le controlait lui. Mais elle se rend compte que les conseillers de son fils ont reussi a en faire un homme capable de gouverner: « ce n’est plus votre fils, c’est le maitre du monde ». C’est egalement une manipulatrice qui possede un grand talent dans la politique: alors qu’elle fait croire a Britannicus qu’elle va l’aider, elle pretend a Neron qu’elle n’en a jamais eu l’intention « Moi, le faire empereur ?

Ingrat ! L’avez-vous cru ? « . Durant la piece, on voit la decheance d’Agrippine qui perd progressivement la confiance de ses allies, et qui n’a plus aucun controle sur son propre fils. – Junie : est le personnage dont tout le monde se dispute l’amour. D’une part, Britannicus qu’elle aime vraiment, et d’autre part Neron qu’elle n’aime pas, mais qu’elle ne veut pas vexer, sous peine de dechainer la colere. Dans la piece, Junie reprend le caractere de Britannicus, mais en chasse les defauts.

Ainsi, elle n’est pas aussi naive que lui, et lorsqu’il est invite par Neron, elle est la seule a se douter de la trahison de l’empereur « S’il preparait ses coups pendant que je vous vois ». – Burrus : est le gouverneur et le conseiller de Neron, contrairement a Narcisse, il est totalement honnete envers son maitre. Cet homme incarne la loyaute et la fidelite, bien qu’il travaille pour Neron qui lui est malefique. – Narcisse : est completement a l’oppose de Burrhus. Alors que ce dernier est fidele, Narcisse est un traitre qui espionne Britannicus pour le compte de Neron.

Et tandis que son maitre Britannicus est bon, celui de Burrhus est malfaisant. LES THEMES 1) La malhonnetete Dans Britannicus, la malhonnetete est representee par de nombreux personnages, et elle se presente sous de nombreuses formes. La plus importante d’entre elles est sans doute le mensonge. En effet, presque tous les personnages en usent a outrance: Neron et Narcisse utilisent le mensonge comme un moyen de se sortir de situations delicates. Agrippine l’utilise en pretendant a Neron qu’elle n’a fait qu’agir que pour son bien (IV 2) alors qu’elle a toujours voulu avoir le pouvoir pour elle seule.

Cependant, le mensonge est tout de meme rejete par certains personnages comme Burrhus: » Burrhus pour le mensonge eut toujours trop d’horreur ». L’hypocrisie est egalement tres presente, notamment du cote de Narcisse, qui sans aucun remord, trahit son maitre pour le compte de Neron. Dans cette piece de theatre, le theme de la malhonnetete est le plus present a partir de l’acte IV. A ce moment on voit Agrippine mentir sur ses ambitions, Neron promettre de ne pas tuer Britannicus a Burrhus, puis rompre sa parole, en utilisant du poison, symbole du mensonge et de la traitrise absolue. ) Rome Outre les personnages de Britannicus, il existe une entite superieure aux individus, et meme a Neron : c’est Rome. Ce nom represente a la fois la ville, mais aussi tous les habitants qui la peuple, et aussi leur opinion publique. La force de Rome est redoutable, elle peut faire tomber tout le monde, y compris l’empereur, pour peu que les habitants soient acharnes contre lui. Avant chaque decision, Neron ne doit pas oublier de prendre en consideration son peuple pour ne pas commettre d’erreurs regrettables par la suite.

Par exemple, lorsqu’il decide de tuer Britannicus, Burrhus lui conseille vivement d’eviter cet acte pour ne pas dechainer les ferveurs populaires. Cependant, on remarque que les Romains se laissent manipuler par n’importe qui capable de belles paroles et d’argent. Ainsi on a une multitude d’exemples lors de la scene 2 de l’acte IV, celle ou Agrippine raconte ses nombreux stratagemes pour faire parvenir son fils au pouvoir, de la maniere dont les Romains sont si puissants et si dupes a la fois « les spectacles, les dons, invincibles appas, Vous attiraient les coeurs du peuple et des soldats ». ) La puissance Des le commencement de la piece, le desir de puissance prend dans Britannicus une place tres importante. Ce sentiment s’applique surtout aux deux plus importants personnages:Agrippine et Neron. Au debut de la tragedie, Agrippine est une femme puissante, qui controle son fils autant qu’elle gouverne Rome. Mais cette situation est deja completement bouleversee des la deuxieme scene de l’acte I. A ce moment, Burrhus annonce a Agrippine que l’empereur n’a plus besoin d’elle  » Mais, madame, Neron suffit pour se onduire « . Cette phrase annonce le debut de la perte de pouvoir de cette mere, perte qui ne va d’ailleurs qu’empirer tout au long de l’intrigue. Ainsi, a la fin de la piece, les roles sont totalement inverses : Agrippine a ete arrete par Neron et sent qu’apres Britannicus son tour de mourir va venir pour elle aussi. De son cote, Neron est devenu un empereur autonome, extremement puissant, et contre qui personne ne peut plus s’opposer  » C’en est fait, le cruel n’a plus rien qui l’arrete ».

Du cote des personnages mineurs, un autre inversement se produit. Burrhus, honorable conseiller de l’empereur au debut de l’histoire sait a la fin qu’il ne lui reste que peu de temps a vivre. De l’autre cote, Narcisse soi-disant gouverneur de Britannicus, et personnage le plus fourbe et le plus avide de pouvoir est le seul a avoir profite de la montee fulgurante du dictateur. Cependant, de meme que son maitre, celui-ci voulant trop bien faire se fera tuer par la foule. 4) L’amour

L’amour est un theme important car c’est a cause de lui que les nombreuses peripeties sont declenchees. Tout d’abord, il y a l’amour reciproque entre Britannicus et Junie. Celui-ci est d’ailleurs le seul de toute la piece qui ne soit pas malsain, car les deux protagonistes eprouvent le meme sentiment l’un envers l’autre, et ont un esprit pur. La seconde forme d’amour est celui entre Neron et Junie. Cette fois ci, seul l’empereur est ressent quelque chose, et il n’attend pas que ce sentiment soit reciproque, mais lui oblige en la menacant de tuer Britannicus.

Cette passion unilaterale et forcee n’est pas authentique, et ne peut donc devenir que dangereuse. Cette affirmation est d’ailleurs confirmee a partir de l’acte IV ou Neron, se rendant compte que sa cour est vaine met ses menaces a execution. Durant toute l’intrigue, c’est l’amour qui est la cause de tous les problemes: « BRITANNICUS : vous m’aimez ? JUNIE : Helas, si je vous aime?  » resume parfaitement la situation dans la tragedie. Enfin, il est possible de considerer un dernier amour: celui du peuple Romain envers son empereur Neron.

Rome ne se doute pas du dictateur que Neron va devenir, et l’admire pour des vertus qu’il ne possede pas. Lors de l’acte II, scene 3 et 4, on a une bonne idee de l’attachement du peuple envers son soi-disant bienveillant empereur « Partout, en ce moment, on me benit, on m’aime ». Mais la encore, le sentiment n’est pas partage car Neron n’attache que peu d’importance au bien-etre de son peuple, et ne craint pas le desordre que lui annonce Burrhus s’il commence un cycle infernal de meurtres ( vers 1343 a 1354 et vers 1056)