Bresil et firmes multinationnales

Bresil et firmes multinationnales

Le Brésil, immense pays de plus de 8 500 000 km2 pour 193 millions d’habitants, attire de plus en plus l’attention. En effet, ce pays figure parmi les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), une association de pays émergents figurant parmi les plus riches.

Poussé chaque jour un peu plus à exporter ses productions dans le monde par ses entreprises nationales de plus en plus développées et compétentes, le Brésil est également devenu une terre attrayante pour les capitaux étrangers. Dans ce contexte, nous pouvons être amenés à nous demander : dans uelle mesure les Investissements Directs à l’étranger (IDE) des pays en développement comme le Brésil (ou PED) ont-ils évolué ?

Afin d’y répondre, nous dresserons dans un premier temps le next page panorama des IDE (a nous aborderons les Brésil, et nous verron pays d’accueil et les Les IDE ( ou Investiss iveau du Brésil), puis de l’implantation au ux des IDE pour les er ) sont par définition des mouvements internationaux de capitaux réalisés en vue de créer, développer ou maintenir une filiale à l’étranger et/ou d’exercer un contrôle sur la gestion d’une entreprise étrangère.

Dans un contexte de mondialisation affirmé, la tendance globale des flux d’IDE est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
à la hausse. Après une chute vertigineuse lors de la crise economique mondiale de 2008, le redressement semble réellement s’être enclenché. ShAipe to Wew next page En effet, on observe que ces flux s’établissaient en 2010 ? 1240 milliards de dollars (-15% par rapport à 2007) contre 1180 l’année suivant le début de la crise. Tendance à la hausse qui se confirme par les prévisionnistes qui affirment qu’en 2011 les IDE devraient retrouver leur niveau d’avant crise.

Dans le panorama global de ces flux. n observe néanmoins un nouvel aspect intéressant, puisque les pays en développement (PED) et les pays en transition (PET) représentent la moitié des flux mondiaux d’IDE, ce qui nous pousse à constater que ces pays ont gagné en importance, tant sur l’aspect bénéficiaires que l’aspect investisseurs (+ 63 milliards d’euros pour les entrées d’IDE et + 57 milliards d’euros pour les sorties. La plus forte hausse de ces flux (avec + 56%) est observée pour l’Amérique du Sud, et plus particulièrement pour le Brésil, qui joue un rôle prépondérant dans cette hausse. Le facteur principal de et essor du Brésil, ce sont les multiples fusions-acquisitions réalisées par les firmes Brésiliennes mais aussi l’importance de ses firmes multinationales. une firme multi nationale se définit comme une entreprise étant implantée dans différents pays par l’intermédiaire de filiales et qui produit des effets dans plusieurs économies.

En ce qui concerne le Brésil, ses deux plus importantes sont « Companhia Vale do Rio Doce » et « Petrobas SA respectivement spécialisées dans les secteurs des mines/ minéraux et du pétrole/gaz Pays émergent (PE), le Brésil a su rofiter des tendances du marché pour se hisser en quatrième position en matière 2 OF s (PE), le Brésil a su profiter des tendances du marché pour se hisser en quatrième position en matière d’investisseur mondial (des PE) en doublant quasiment ses investissements entre 2009 et 2010 (passage de 26 à 48,5 milliards de dollars).

Malgré sa belle position en matière d’investissements, son point fort reste son aspect de destinataire de flux d’IDE, puisqu’il devient le leader de l’Amérique Latine, et que son rang à l’échelle mondiale ne cesse de croître. Aussi, les divers flux d’IDE du Brésil constituent pour e pays une véritable forme de richesse et un axe important de développement qui semble se pérenniser. Le développement des IDE à destination du Brésil possède pour les entreprises concernées de nombreux avantages. D’un point de vue Humain, ce grand pays bénéficie d’une très importante réserve de main d’œuvre.

De plus, il se trouve que celle-ci possède différents niveaux d’études, ce qui permet une diversité et un choix plus facile des profils adaptés aux postes à pourvoir. Son très faible coût de main d’œuvre en fait un atout majeur pour des pays qui possèderaient une législation du travail solide. Mais l’aspect Humain ne s’arrête pas là car si les Hommes peuvent satisfaire l’aspect interne de la chaîne de production, ils sont aussi autant de consommateurs potentiels, ce qui confère donc une place de choix au Brésil.

Dun point de vue matériel, le Brésil possède de multiples ressources de matières premières, très facilement exploitables. Les éléments sont déjà sur place et les investisseurs étrangers limitent donc leurs coûts en mat 3 OF s éléments sont déjà sur place et les investisseurs étrangers limitent donc leurs coûts en matière d’importations. De plus, e gouvernement tend à simplifier les flux en supprimant par exemple la plupart des barrières qui bloquaient l’activité. Malgré ces avantages notables, le Brésil possède néanmoins quelques limites qui peuvent freiner les investissements des pays étrangers.

En effet, un code du travail lourd et pénible complique les implantations de structures étrangères notamment dans certains secteurs comme le nucléaire ou la santé. La barrière de la langue est de la culture peut aussi parfois être un frein à l’implantation même si elle ne constitue pas l’aspect le plus repoussant pour les firmes. Les IDE constituent une véritable source de richesses sur de multiples plans, ce qui en fait un enjeu considérable à la fois pour les pays d’accueil, mais aussi pour les pays d’origine.

Pour les pays d’accueil, l’enjeu majeur est tout d’abord la création d’emplois offrant de meilleures rémunérations et de meilleures conditions de travail, en effet, dans certains pays en développement, il arrive que les entreprises locales ne parviennent pas à embaucher suffisamment de personnes. Ces créations d’emplois suggèrent donc de ce fait un transfert de compétences non négligeable ntre pays industrialisés et PED, ce qui contribue largement ? l’augmentation de sa compétitivité.

Dans le cas du Brésil, les IDE entrants constituent un moteur de croissance très important. Cenjeu est également présent pour les pays d’origine, qui y trouvent leurs comptes. En effet, 4 OF S important. L’enjeu est également présent pour les pays d’origine, qui y trouvent leurs comptes. En effet, sur le long terme, des effets positifs peuvent être observées en lien avec la délocalisation, comme par exemple les gains de productivité (liés pourquoi pas à un bas coût des matières premières ou de la ain d’œuvre, comme énoncé précédemment).

La dynamisation de l’économie pour le pays d’origine sera aussi traduite par des recettes plus élevées grâce aux FMN qui auraient délocalisé leurs productions. Mais l’intérêt principal sera tout de même de promouvoir l’image du pays (à travers un savoir-faire, une renommée et d’ouvrir de conquérir de nouveaux marchés. Pour conclure, nous constatons que les flux d’IDE permettent aux pays d’organiser leurs productions à Péchelle mondiale et de se développer en apportant diverses créations de richesses.

Ces effets bénéfiques sont en effet largement constatables sur es pays en développement qui voient leurs frontières s’ouvrir et leur économe se diversifier à travers des flux entrants, vecteurs de nouvelles connaissances et compétences, mais aussi à travers des flux sortants, ce qui leur permet de conquérir de nouveaux marchés. Le Brésil en est un parfait exemple car ses bénéfices liés aux IDE sont en croissance permanente depuis 2009. La mondialisation n’a donc pas fini de nous surprendre et nous pouvons donc nous poser la question suivante : les pays les plus pauvres peuvent-ils aussi prétendre à des IDE ? S OF s