Bouddha et la bouddhisme

Bouddha et la bouddhisme

.L? nde : Bouddha et le bouddhisme Introduction Le bouddhisme est apparu au Ve ACN en Inde. Il aurait ?? cr? par un homme appel? Siddh? ta Gautama ou Sakyamuni (ce qui signifie : ? le Sage du clan des Sakya ?. Qui est le fondateur du bouddhisme ? Autrement dit : qui ? ait Bouddha ? Bouddha est un grand nom dans l? istoire de la philosophie ainsi que dans le bouddhisme qui est la plus ancienne des religions d? sie. Il semblerait qu? l soit ? l? rigine de cette religion que l? n peut aussi qualifier de philosophie. En r? lit? il faudrait dire LE Bouddha car il y en eut d? utres avant lui et il n? t pas le dernier. Ce mot est un adjectif qui signifie l? clair? l? veill?? la connaissance et ? la v? it? Il s? ppelait en r? lit? Siddharta Gautama, celui ? qui tout r? ssit. Plusieurs grandes l? endes nous racontent l? istoire de sa vie. Dans l? ne d? lles, le bouddha na? du flan gauche de sa m? e qui r? ait d? n ?? hant blanc, il est un prince prot?? de tout dans son palais

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sous l? il bienveillant de son p? e. Suddhodana. Le p? e du Bouddha est le roi d? n petit royaume. Maya, sa m? e, meurt peu de temps apr? sa naissance, il est alors ? ev? dans le luxe par son p? e et sa belle-m? e et re? t la meilleure ? ucation. Il a ?? pr? it qu? l deviendrait monarque universel ou Bouddha. Son p? e tient ? en faire un souverain plut? qu? n philosophe religieux, mais le futur Bouddha manifeste tr? t? un go? pour la m? itation et la r? lexion et, d? pr? ses propres r? its, il conna? sa premi? e absorption m? itative avant l? ge adulte. Acc? ant n? nmoins aux d? irs de son p? e, il se marie jeune et participe ? la vie publique. Selon la tradition, le Bouddha commence sa qu? e de l? veil ? l? ge de vingt-neuf ans, apr? avoir rencontr? successivement un vieil homme, un malade et un cadavre, et avoir r? is? soudainement que la souffrance et la mort sont le lot commun de l? umanit? Ayant fait la connaissance d? n moine mendiant calme et serein, il d? ide d? bandonner famille, richesses et pouvoir pour rechercher la v? it?? l? xemple de cet homme. Les bouddhistes appellent cette d? ision la Grande Renonciation et la consid? ent comme un tournant de l? istoire. Ayant pris sa d? ision, le Bouddha quitte imm? iatement le palais, d? aissant femme et enfant pour parcourir le monde. ?l? ge de trente-cinq ans, il atteint l? veil complet alors qu? l est assis sous un figuier pipal (figuier d? de qui est devenu arbre sacr? des bouddhistes apr? que bouddha a re? t l? llumination sous les branches d? n de ces sp? imens). On rapporte qu? l s? assied un soir, d? ermin?? ne pas se relever avant d? voir atteint le Nirvana. Il est d? bord assailli par les arm? s d? oniaques de Mara, seigneur de l? llusion, l’antith? e de Bouddha, la personnification des passions et des objets du d? ir, le malin, le tentateur, celui-ci cherche ? le distraire en envoyant ses filles danser pour le s? uire. Mais Gautama n’ouvrit gu? e les yeux et les filles disparurent. Puis Mara d? ia l’? il de Gautama, qui fit le geste connu sous le nom de bhumisparsa-mudra, ? la prise de la terre ? t? oin ? La terre trembla, prouvant l’? eil de Gautama. Alors Mara disparut, incapable de briser sa concentration, et le Bouddha poursuivit sa m? itation. Sorti pour toujours du cycle des r? ncarnations et dou? d? lors d? ne connaissance et d? ne sagesse parfaites. Il passe les semaines suivantes ? m? iter sur les divers ?? ents de sa d? ouverte. Dans une autre de ces versions, on nous parle du bouddha comme le fils d? n homme modeste o? il connut m? e une jeunesse assez dure et qui v? ut de -566 ? 486 dans la r? ion de la fronti? e indon? alaise. Il appartenait ? la tribu des Sakyas, d?? son nom de Sakyamouni, le sage des Sakyas. Il finit par quitter sa femme dans le but de devenir un religieux errant. C? st alors qu? l arrive non loin du bassin du Gange et qu? l a LA r?? ation. Il acc? e ? la pl? itude (il prend conscience de ses vies ant? ieurs ainsi que de ses naissances successives). D? ormais ? eill?? la v? it? il obtint l? n? ranlable paix de l? xtinction des passions et des erreurs, la certitude de ne plus jamais rena? re et donc de ne plus jamais souffrir. Son premier sermon se fera ?

B? ar? devant ses 5 premiers disciples durant lequel il leur parlera des 4 v? it? saintes : La douleur, l? rigine de la douleur- l? rr? de la douleur et enfin le chemin qui m? e ? cet arr?. Il indiqua aussi la voie moyenne d? n d? achement qui refuse toutefois les rigueurs d? n asc? isme extr? e. Il v? ut accompagn? de disciples pendant pr? de 40 ans. Contrairement ? J? us, le bouddha ne rencontrera pas d? ostilit? ni de pers? utions de la part de ses contemporains, au contraire on l? coutera et l? cceptera. Il ne choisira pas ses pr? res en fonction de leurs castes (tr? inhabituel pour la mentalit? e ce peuple o? le syst? e des castes fait litt? alement partie du ciment de la soci??. Il fondera m? e, ? la demande des femmes de sa famille, une communaut? de nonnes. Il mourra ? 80 ans dans un village ? /p> 175 Km de Patna d? ne dysenterie o? il d? ivrera son dernier sermon r? umant sa doctrine. ?nbsp;? nbsp;l faut pouvoir rejeter sa propre douleur. Celui qui interroge se trompe et celui qui r? ond se trompe. Attends tout de toi-m? e, chacun peut acqu? ir un pouvoir sp? ifique. ?Ses derniers mots seraient ? l? mpermanence est la loi universelle. Travaillez ? votre propre Salut. Pour parler en langage bouddhiste, il entra dans la paix ? ernelle (nirvana) que procure la sortie hors des existences successives. Aujourd? ui, on lui rend un culte, m? e si l? n sait qu? l ne r? ondra pas. En quoi consiste le bouddhisme ? Au-del? de toutes les l? endes, il faut tenter de mettre en relief l? ssentiel de la doctrine du Bouddha. Les textes les plus anciens du Bouddhisme datent des environs de l? re chr? ienne. Ils sont constitu? par ce qu? n appelle les Trois Corbeilles, le Tipitaka (en sanskrit (une langue indo-europ? nne, de la famille indo-iranienne, autrefois parl? ans le sous-continent indien. ) Tripitaka : tri = trois, pitaka = corbeille), c’est-? dire le canon bouddhique pali (une langue indo-europ? nne de la famille indo-aryenne parl? autrefois en Inde. Elle est encore utilis? comme langue liturgique dans le bouddhisme therav? a (forme de bouddhisme dominante en Asie du Sud et du Sud-est)). Il s’agit d’un tr? vaste recueil de textes, fondateurs de la doctrine bouddhiste therav? a. Ce nom viendrait du fait que les textes anciens, r? ig? sur des feuilles de palme, auraient ?? rang? dans des paniers. Le tipitaka constitue les sermons, les r? ements disciplinaires des communaut? bouddhistes et le regroupement des doctrines. Quelles sont ces doctrines ? Selon Bouddha, puisque l? xistence est souffrance et que la souffrance a son origine dans le d? ir, lequel n? st jamais combl? la sagesse consiste ? se rendre victorieux du d? ir par la m? itation, la compassion, l? ndiff? ence au bonheur et aux malheurs. Ainsi le sage peut-il sortir du cycle des existences transitoires et parvenir au nirvana. Ce terme signifie l? xtinction du triple feu du d? ir, de la haine et de la confusion mentale ainsi que de tous les ?? nts non physiques de notre personnalit? La doctrine du Bouddha enseigne donc que tout est impermanent, la r? lit? span style= » »; est changeante : tout change, les objets ext? ieurs aussi bien que la totalit? physique et psychiques de l’individu. Chaque ? re humain est donc soumis ? ce que l? n appelle : le cycle des renaissances. Mais la vie humaine nous rend apte ? concevoir cette impermanence et ? suivre la voie qui permet d? ?happer. Le bouddhisme ne conna? pas de dogmes. Rien ne doit ? re cru aveugl? ent. Son but est un total ? anouissement. Bouddha explique les choses ? lles qu? lles sont? comment le monde fonctionne, ce qui est absolu et ce qui est relatif. Cette compr? ension permet de vivre un bonheur stable et durable. Les Quatre Nobles V? it? ainsi que le principe de la ? voie du milieu ? forment le noyau de son enseignement: Les quatre nobles v? it? indiquent ce qu’il est essentiel de savoir pour un bouddhiste. Elles ? oncent le probl? e de l’existence, son diagnostic et le traitement jug? ad? uat: Na? re, vieillir, ? re malade, mourir, ? re s? ar? de ce qu? n aime, ne pas obtenir ce que l? n d? ire : la vie humaine s? entifie avec la souffrance (dukkha), et la racine de cette souffrance se trouve dans la conscience de l? mpermanence de toute chose. L? omme ne cesse de d? irer. Son d? ir est quotidien et porte sur les objets et les ? res les plus triviaux, mais il d? ire ? alement ne pas mourir et ne pas rena? re. Aucun de ses d? irs ne peut ? re assouvi, mais tous conduisent ? des actes, qui eux-m? es s? nscrivent dans le karma, entra? ant r? ribution et renaissance. L? bsence de d? ir entra? e la cessation de l? ction, et donc du m? anisme des renaissances : c? st le nirvana (? extinction ? en sanskrit). Faire cesser le d? r passe par un chemin spirituel en huit ? apes, la Noble Octuple Voie: compr? ension juste, pens? juste, parole juste, action juste, moyens d? xistence justes, effort juste, attention juste et concentration juste. Les 4 nobles v? it? 1. Isolement = joie 2. M? itation amenant paix int? ieure 3. Concentration pour harmonie corps-esprit 4. N? ation des passions Le Bouddhisme tire certaines cons? uences de ces ? Quatre Nobles V? it? ?qui ne sont autres que l? xplication de la nature du soi, du Samsara, du Karma. D? utre part la r? emption des p? h? par Dieu fait homme (christianisme) est absente du bouddhisme. Les ? euves de la vie pr? ente tiennent lieu de rachat des fautes des vies ant? ieures, conform? ent au principe du Karma. L? veill? a-t-il fond? une religion ou une philosophie ? La question n? pas beaucoup d? mportance pour un Asiatique. Il ne niait pas l? xistence des dieux mais il les croyait soumis eux aussi au rythme des r? ncarnations. L? omme n? pas ?? cr? par un dieu et si l? n prie, ces pri? es s? dressent ? tel dieu particulier de tel ? age c? este pour obtenir des faveurs concr? es. On rend aussi un culte au Bouddha, bien que l? n sache qu? ne fois entr? au nirvana, il ne se trouve nulle part et n? nterviendra pas.