Borderline

Borderline

Aide-mémoire page 4 Il. Expliquer ses origines page 5 Qui en est atteint ? page 5 Les causes page 5 Ill. Soigner le trouble de l’état limite page 6 IV. Vivre avec un proc V.

Témoignage page pour aller plus loin p Sources page 1 1 Svipe nextp g caractéristiques sur lesquels se base le diagnostic médical de la maladie (au nombre de 5 ou plus chez chaque personne) des sentiments chroniques de vide une difficulté à gérer la colère une capacité réduite à prévoir les conséquences de ses actes une perturbation de l’identité (remise en question de projets ou de sentiments certains, questionnement sur soi, difficultés ? nalyser son ressenti) une tendance à idéaliser puis à dévaloriser fautre une instabilité dans les relations interpersonnelles (changements fréquents d’amis, de partenaire, de milieux professionnels, tendance à la manipulation, etc. ) des efforts effrénés pour éviter les abandons (crainte excessive des ruptures, de l’éloignement) des symptômes dissociatifs et une idéation persécutrice (impression de sortir de son corps, d’être victime d’un complot) des comportements impulsifs, dangereux, d’automutilation (crises de boulimie, tendance au jeu, consommation abusive d’alcool ou de drogues) es idées et des gestes suicidaires L’état de personnalité limite est donc difficile à cerner, d’autant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qu’il est souvent accompagné d’un autre trouble de la personnalité, à l’image de la dépendance affective.

Aide-mémoire Le terme anglais PRAISE est souvent utilisé pour retenir certaines caractéristiques du TPL : P – Persécution (idées) R – Relations instables A – Attaques de colère, peur de l’abandon – Impulsivité S – Suicidaires (tendances, idées) E – Ennui ou sentiment de vide . Expliquer ses origines 2 (1) seraient touchés par le trouble de la personnalité borderline. Qui en est atteint ? Les symptômes du TPI_ surviennent en général une première fois à l’adolescence ou chez le jeune adulte. Un à trois pourcent de la population en est atteinte et chez les femmes, le risque d’être diagnostiqué est trois fois plus élevé. Le TPI_ est à l’origine de des hospitalisations psychiatriques. Les causes Le TPL ne peut pas être attribué qu’à un seul facteur. Toutefois, il est possible que des facteurs environnementaux et génétiques, jouent un rôle dans le développement des symptômes.

Les résultats de la recherche semblent démontrer que de nombreux ndividus atteints de TPI- présentent des antécédents d’abus physique ou psychologique, ont souffert de carence affective ou de séparation tôt dans l’enfance, et qu’ils ont subi des événements stressants à l’âge de l’adolescence ou adulte. Cependant, plusieurs personnes atteints d’un TPL n’ont pas subi d’abus, de négligence ou d’événement stressant. (1) J. G Gunderson, Borderline Personality Disorder. A clinical guide. American Psychiatric Publishing 200 Ill. Soigner le trouble de l’état limite Face à la maladie, les personnes borderline se voient proposer une double solution théra l’échange et la négociation entre le thérapeute et le patient, réduit de manière significative le comportement autodestructeur et suicidaire chez les individus atteints de TPL.

Des médicaments tels que les antidépresseurs et ceux qui stabilisent Ihumeur peuvent être utilisés pour traiter des symptômes comme un trouble dépressif ou des variations extrêmes des émotions. Des antipsychotiques peuvent être recommandés pour traiter la confusion de la pensée et l’activation du comportement. En outre , les objectifs de ses traitements sont . Acquérir une meilleure connaissance de soi Analyser, comprendre et modifier ses réactions Impulsives Développer des stratégies pour mieux gérer ses émotions et sa détresse Développer des relations interpersonnelles plus harmonieuses Améliorer sa qualité de vie. IV. Vivre avec un proche Borderline Maladie au long court, le trouble Borderline est une toujours une épreuve de vie, tant pour la personne atteinte que pour son entourage.

A l’image de Rose-Lyse, forumeuse, chaque famille doit ainsi œuvrer pour trouver un nouvel équilibre autour des aléas émotionnels du mala e qu’il faut être à son 4 DE 8 associations de soutien aux personnes borderline conseillent ?galement à l’entourage de savoir garder de justes distances pour éviter les relations fusionnelles intenses ne pas dramatiser les accès de colère dont les malades ont souvent peu conscience ne pas porter un jugement sur les comportements impulsifs, dangereux qui sont autant d’appel à l’aide. Les personnes borderline ont avant tout besoin que leur entourage leur rappelle leur affection et leur inquiétude. es encourager à partager son ressenti tout en les rassurant sur leurs qualités, leur valeur, quand ils font preuve de trouble de l’identité ou d’une piètre estime d’eux-mêmes econnaître le sentiment d’injustice ou de rébellion contre l’autorité dont font part les malades, tout en leur rappelant les réalités quotidiennes auxquelles chacun est confronté. accepter une certaine forme de manipulation SI celle-ci peut permettre de gagner la confiance et fixer des limites dans le cercle familial. V. Témoignage Pour mieux comprendre les personnes atteinte de cette maladie : un Témoignage pour ce mettre a la place de la personne. « Borderline, pour moi la vie est une série d’épreuves » emiIie067, 24ans J’ai été diagnostiquée Trouble de la Personnalité Limite u Borderline en Avril 2010. J’ai 24 ans, et je me bats quotidiennement contre ce fléau. Je ne sais pas vivre normalement.

Pour moi la vie est une série d’épreuves, un danger constant. Dépression, sent S intense, peur des autres, moi-même, haine de mon corps, solitude, difficultés relationnelles, et à gérer mes émotions, carence et dépendance affective, autodestruction (coupures, abus de médicaments, tentatives de suicides, anorexie, boulimie), idées de mort, sensation d’être un peu morte… Je n’arrive pas à vivre. Je me sens seule dans mon combat. Mon entourage ne me comprend pas… ? Mains destructrices, faisant vibrer le tonnerre. Une arme scintillante torturant mon corps. Mains ensanglantées, tâchées par le crime. Une douleur aveuglante priant mes yeux de pleurer. Un coup de massue en plein cœur.

Une épée m’étouffant peu ? peu. Mains vicieuses éliminant la haine. Le sang coule. Magnifique couleur rouge. Soupir de soulagement. Mains caressant les blessures. Mains cruelles, mains apaisantes. Une douleur de liberté. Enfin, je peux respirer. Non ça ne sufft pas ! Mains frôlant la Mort. Mains espiègles. Mains attrapant le poison. Minuscules bonbons multicolores. Je m’endors doucement. Le calme est revenu. Une nouvelle crise. Encore une. Enième hospitalisation, témoin de ma détresse. J’ai peur. Amour, Haine, Colère, Angoisse, Tristesse… Beaucoup trop d’émotions que je ne peux gérer. Je suis perdue, seule au milieu du vide.

Mon esprit est torturé par une bombe menaçant d’exploser. Trop tard ! La colère arrive, telle une furie. Je ne contrôle plus rien. Je me sens mal. Je veux mourir. Je vous en prie, laissez-moi partir. Pourquoi m’avez vous enfermée ? Je ne vous fais pas confiance. Le monde est rempli de dangers. Ils sont tous contre moi ! Ils vont m’abandonner. Je préfère la compagnie de mon amie la Solitude. Je n’ai besoin de personne, ou peut-être de la Mort. Ma lame me manque. Je m’imagine souvent les bras en sang. Mais je ne peux pas. Je travaille maintenant. Je dols être forte. Je n’ai pas le droit à l’erreur. Je dois être parfaite… Je suis pourtant si nulle… Un vrai boulet !

Je dérange, je le sais bien. Mes collègues sont bien mieux que moi. Mais qu’est-ce que je fais là ? Je ferai mieux de démissionner. Non, ce n’est pas juste. J’adore ces enfants. C’est un bonheur de les voir sourire. Je ne dois pas tout gâcher encore ne fois ! Je préfère me mettre en retrait, me faire toute petite… J’aimerai être invisible. Je regrette l’anorexie. Mon corps n’est qu’un gros tas de graisse. J’ai honte. Honte, car je ne pense qu’à me faire du mal. La destruction, toujours la destruction. Et ces angoisses qui m’empêchent de vivre… Maudite maladie ! Pourquoi suis-je Borderline ? Je ne m’en sortirai jamais… J’ai de moins en moins d’espoir.

J’ai peur, tout le temps peur. Même me balader en public est une épreuve. Je me bats chaque jour. Mais mes efforts sont vains. J’aime tant ma psy. J’al tant besoin d’amour. Pourtant, j’ai l’impression qu’elle en a marre de moi. Elle aussi va m’abandonner. Je vais mieux, c’est vrai. J’ai un emploi, malgré mes angoisses. J’ai peur d’aller mieux. Peur de guérir et de me retrouver sans rien. Je sais bien que je n’ai pas d’avenir. Mes vies sociales et sentimentales sont chaotiques. Je n’ai plus vraiment d’amis. Quant à ma carrière professionnelle, elle est désespérante. J’ai passé le concours d’éducatrice spécialisée, mais je sais bien que j’ai échoué.

Je suis lamentable. Mon cœur saigne. Pardon. » mais je sals bien que j’ai échoué. Je suis lamentable. Mon cœur aigne. Pardon. » Pour aller plus loin : Cassociation d’aide aux personnes atteintes d’un « Etat Limite » : http://www. aapel. org/ http://www. personnalitelimite. org/ : une association québécoise de soutien au site très fourni. A lire Borderline, Marie-Sissi Labrèche, Ed. Boréal, 2003 Borderline, retrouver l’équilibre, Dominique Page, Ed. Odile Jacob, 2006 Comprendre et soigner les états limites, Dominique Bourgeois, Ed. Dunod, 200 Des tests en ligne sur internet pour s’avoir si nous sommes atteint de la maladie : http://www. aforpel. rg/29/fr/test-en-ligne—etes-vous-borderline . html ttp://www. psychomedia. qc. ca/tests/dsm-iv/limite A regarder : Borderline : film québécois réalisé par Lyne Charlebois, sorti en salles en 2008 Kiki (Isabelle Blais) a un trouble de la personnalité borderline. Elle est une jeune étudiante en littérature, en mal d’amour, se réfugie dans l’alcool et le sexe afin d’oublier son lourd passé : un père inconnu, une mère (Sylvie Drapeau) internée dans un hôpital psychiatrique, élevée par sa grand-mère (Angèle Coutu) qui est sur le point de mourir. Mais à ses trente ans, elle rencontrera l’amour le plus douloureux : Hamour delle-même. 8