Biographie hugo

Biographie hugo

Vie familiale Victor Hugo naquit d’un pere General, Joseph Sigisbert Hugo (1773 – 1828) et de Sophie Trebuchet (1772 – 1821). Il grandit avec deux grands freres : Abel Joseph et Eugene Hugo. Tout trois manifesterent tres tot leur interet pour la litterature. ? Victor Hugo et ses enfants Avec sa femme Adele Foucher, l’ecrivain eut cinq enfants. Leopold Hugo, l’aine, est le plus mysterieux, en effet on ne sait que tres peu de chose sur lui.

Ensuite vient la favorite de Victor Hugo, Leopoldine Hugo qui subit un destin tragique… Charles Melanie Abel Hugo, celui du milieu, vecu dans l’ombre de son pere et lui donna ses deux seuls petits enfants, Jeanne et George Hugo; Francois Victor Hugo etait le quatrieme des cinq enfants de Victor Hugo, il se consacra a diverses activites mais il est principalement connu pour avoir traduit les ? uvres de William Shakespeare; Adele Hugo, la benjamine, etait renfermee et solitaire, elle eut une premiere crise de delire en 1856, en juin 1863, elle poursuivait un lieutenant anglais avec qui elle imaginait se marier, ce qui etait completement faux.

Finalement, elle connut le meme sort que son oncle Eugene Hugo et fut enfermee… ? Leopoldine Hugo Leopoldine Hugo,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
fille preferee de Victor Hugo, deceda de facon tragique. En effet, elle mourut accidentellement par noyade avec son mari Charles Vacquerie qui tenter de la sauver lors du chavirement de leur barque sur la Seine entre Caudebec et Villequier le 4 septembre 1843. Cet evenement bouleversa Hugo et lui inspira plusieurs poemes tels que « Demain, des l’aube… », qui n’est pas le titre proprement dit, on le surnomme par les premiers mots qui le composent (incipit), «A Villequier ». Extrait de « A Villequier » : « […]

Voyez-vous, nos enfants nous sont bien necessaires,Seigneur ; quand on a vu dans sa vie, un matin,Au milieu des ennuis, des peines, des miseres,Et de l’ombre que fait sur nous notre destin,Apparaitre un enfant, tete chere et sacree,Petit etre joyeux,Si beau, qu’on a cru voir s’ouvrir a son entreeUne porte des cieux ;Quand on a vu, seize ans, de cet autre soi-memeCroitre la grace aimable et la douce raison,Lorsqu’on a reconnu que cet enfant qu’on aimeFait le jour dans notre ame et dans notre maison,Que c’est la seule joie ici-bas qui persisteDe tout ce qu’on reva,Considerez que c’est une chose bien tristeDe le voir qui s’en va ! Demain, des l’aube Demain, des l’aube, a l’heure ou blanchit la campagne,Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends. J’irai par la foret, j’irai par le montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. Je marcherai les yeux fixes sur mes pensees,Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,Seul inconnu, le dos courbe, les mains croisees,Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit. Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombeUn bouquet de houx vert et de bruyere en fleur. Juliette Drouet Juliette Drouet et Victor Hugo se rapprocherent a l’occasion de la mise en scene de Lucrece Borgia. En peu de temps, ils devinrent amants. Ils formerent un couple mythique. Ils partaient regulierement an Normandie, Bretagne, Belgique, nord de la France, au bord du Rhin, voyages qui enchantaient la comedienne comme le montre une de ses lettres : 3 juin 1839, matin« Je sens couver en moi la maladie du voyage et je suis sure meme que ce que j’attribue a l’effet de la vaccine vient de la fievre periodique du voyage.

Et je ne crois pas qu’il y ait d’autre ordonnance pour ce genre de maladie qu’un passeport, d’autre pharmacie que des auberges, d’autres emollients ou cataplasmes que les banquette de diligence ou de cabriolet. Qu’en dites-vous ? Moi j’en dis que je vous adore. »Juliette Celle-ci n’avait le droit de sortir qu’en la compagne de Hugo et le vivait plutot bien. La jeune femme resta fidele a son amant durant ses 19 annees d’exil : Guernesey. 24 fevrier 1870 jeudi matin 8 h« Bonjour, mon cher grand bien-aime adore, et salut a la Republique dont le 22eme anniversaire se leve aujourd’hui.

Puisse-t-il te rendre a ta chere France cette annee, afin que tu lui apportes tout ce qui lui manque depuis que tu l’as quittee : Lumiere, Honneur, Paix et Bonheur. C’est le v? u heroique et desinteresse de mon c? ur […] »Juliette Elle demeura au cotes de son bien aime jusqu’a son dernier souffle (en 1883) malgre la fatigue et la maladie : Paris 11 juillet 1882 mardi matin 7 h 30« […] Je ne sais quand, ni comment cela finira, mais je souffre tous les jours de plus en plus et je m’affaiblis d’heure en heure.

En ce moment, c’est a peine si j’ai la force de tenir ma plume et j’ai grand peine a garder la conscience de ce que je t’ecris. Je me cramponne cependant a la vie de toute la puissance de mon amour pour ne pas te laisser trop longtemps sans moi sur la terre. Mais helas ! La nature regimbe et ne veut pas […] »Juliette ? Georges et Jeanne Hugo Georges et Jeanne Hugo etait en effet les deux seuls petits enfants du poete. Mais il faut savoir que Victor Hugo ne fut pas grand pere pour la premiere fois en 1868 (annee de naissance de Georges (II)) mais en 1867 lors de la naissance du premier enfant de son fils, Charles.

Mais celui-ci deceda l’annee suivante. Apres la mort de son fils, Hugo se chargea de l’education de ses petits enfants. Il leur offrit amour, tendresse et affection. Les deux enfants le surnommait « papapa ». Ce fut pour lui une experience formidable, d’autant plus, qu’a cette epoque, Georges et Jeanne representent a eux seuls la descendance du poete. Elle lui inspira d’ailleurs le recueil L’art d’etre grand pere. Ce recueil lyrique depasse le cadre familial, car l’homme et l’ecrivain Hugo y parle aussi de ses activites sociales et politiques.

Voici un extrait du poeme « Georges et Jeanne » : « Moi qu’un petit enfant rend tout a fait stupide, J’en ai deux ; George et Jeanne ; et je prends l’un pour guide Et l’autre pour lumiere, et j’accours a leur voix, Vu que George a deux ans et que Jeanne a dix mois. Leurs essais d’exister sont divinement gauches ; On croit, dans leur parole ou tremblent des ebauches,Voir un reste de ciel qui se dissipe et fuit ; Et moi qui suis le soir, et moi qui suis la nuit, Moi dont le destin pale et froid se decolore, J’ai l’attendrissement de dire : Ils sont l’aurore […] »

A des oiseaux envoles Enfants ! – Oh ! revenez ! Tout a l’heure, imprudent,Je vous ai de ma chambre exiles en grondant, Rauque et tout herisse de paroles moroses. Et qu’aviez-vous donc fait, bandits aux levres roses ? Quel crime ? Quel exploit ? Quel forfait insense ? Quel vase du Japon en mille eclats brise ? Quel vieux portrait creve ? Quel beau missel gothique Enrichi par vos mains d’un dessin fantastique ? Non, rien de tout cela.

Vous aviez seulement, Ce matin, restes seuls dans ma chambre un moment,Pris, parmi ces papiers que mon esprit colore, Quelques vers, groupe informe, embryons pres d’eclore, Puis vous les aviez mis, prompts a vous accorder, Dans le feu, pour jouer, pour voir, pour regarder Dans une cendre noire errer des etincelles, Comme brillent sur l’eau de nocturnes nacelles, Ou comme, de fenetre en fenetre, on peut voir Des lumieres courir dans les maisons le soir. Voila tout. Vous jouiez et vous croyiez bien faire. Belle perte, en effet ! Beau sujet de colere !

Une strophe, mal nee au doux bruit de vos jeux, Qui remuait les mots d’un vol trop orageux ! Une ode qui chargeait d’une rime gonflee Sa stance paresseuse en marchant essoufflee ! De lourds alexandrins l’un sur l’autre enjambant Comme des ecoliers qui sortent de leur banc ! Un autre eut dit : – Merci ! Vous otez une proie Au feuilleton mechant qui bondissait de joie Et d’avance poussait des rires infernaux Dans l’antre qu’il se creuse au bas des grands journaux. -Moi, je vous ai grondes. Tort grave et ridicule ! (… ) L’art d’etre grand-pere Les combats litteraires L’ecole romantique

Les ecrivains romantiques se sont affranchis des regles de pensee, de composition et de style etablis par les auteurs classiques. Ils sont donc contre le classicisme. Ils font preuve d’une liberte absolue dans l’usage des formes. Ils proclament le « moi », l’autonomie individuelle. Ils cherchent egalement a rehabiliter le moyen age. Le « cenacle » des romantiques est constitue de Musset, Vigny, Gerard de Nerval, Theophile Gautier et bien sur Victor Hugo qui en devient peu a peu le chef inconteste. La preface de Cromwell est une veritable defense et une illustration de l’ecole romantique. Le « drame hugolien » remet en question les oncepts sur lesquels repose la tragedie depuis le Grand Siecle (siecle du regne de Louis XIV) entre autres la regle des trois unites (temps, lieu, action). En effet les ecrivains appartenant a l’ecole romantique multiplient dans leurs ? uvres les personnages et les lieux, melant le vers et la prose, le sublime et le grotesque … La bataille d’Hernani ? Premiere representation de Hernani La bataille d’Hernani est le nom donne a la polemique, en 1930, des representations de la piece Hernani (drame romantique). Elle oppose les « romantiques » et les « classiques » a propos de la representation d’une piece.

Cromwell etant considere comme injouable et Marion Delorme censuree, tout repose sur Hernani. Il s’agit d’un defi pour Hugo. Ces « classiques » tentent donc de faire echouer la representation. De plus, les repetitions sont de plus en plus mouvementees et tendues entre les « caprices de stars » et les plaintes concernant les couts de production. Finalement la Premiere a lieu le 25 fevrier 1830. Au cours de cette representation, Theophile Gautier porte un gilet rouge, symbole de provocation et de l’ultra romantisme. Les classiques font mine de s’endormir… Mais malgre cela, Le combat sera finalement remporte par Victor Hugo .

Defenseur des exclus Victor Hugo s’est beaucoup consacre a la defense des misereux, des monstres, des femmes, des victimes de l’injustice… Lorsqu’on parle de misereux, on pense tout de suite aux Miserables, ? uvre incontournable de Hugo qui met en scene des personnages defavorises : ?Jean Valjean est le personnage principal du roman. Il s’agit d’un bagnard, d’un forcat tres mal vu des autres, rejete. Mais peu a peu, il devient quelqu’un de bon, respectable. ? Fantine, au contraire, etait une jeune femme belle et pure qui avait tout pour elle. Mais la societe l’a poussee vers le vice (prostitution). Causette est une jeune fille exploitee par une famille malsaine (les Thenardier). Mais elle finit par trouver un pere (Jean Valjean) et l’amour (avec Marius). ? Gavroche est un jeune garcon revolutionnaire, brave, abandonne par ses parents (les Thenardier) et qui a un grand c? ur. Dans Notre Dame de Paris, Quasimodo est percu comme un monstre du fait de sa morphologie (bossu, malforme), mais on se rend compte que malgre une brutalite maladroite, il est capable d’eprouver des sentiments (amour pour Esmeralda). – Discours sur la misere le 9 juillet 1849; – Discours sur la condition feminine (aux obseques de George Sand, 10 juin 1876).

Hugo exile Au debut de la Revolution de 1848, il est elu depute de la deuxieme Republique et siege parmi les conservateurs. Il soutient la candidature de Louis-Napoleon Bonaparte elu President de la Republique en decembre, avec qui il rompt en 1849 et il se bat progressivement contre ses anciens amis politiques dont il reprouve la politique reactionnaire. Hugo s’exile apres le coup d’Etat du 2 decembre 1851 qu’il condamne vigoureusement pour des raisons morales. Victor Hugo s’exile aux iles Anglo-Normandes : a Jersey de 1852 a 1855 et Guernesey de 1855 a 1870. ? ?

Hauteville-House, residence de Victor Hugo a Guernesey Victor Hugo sur un rocher a Jersey Le poete exprime son opposition a Louis-Napoleon Bonaparte dans le recueil Les chatiments (1853). Ces vers sont, pour le poete, une arme destinee a discrediter et abattre le regime de Napoleon III auquel Hugo voue une fureur vengeresse et un mepris sans bornes. Victor Hugo denonce deux crimes : le dix-huit Brumaire (coup d’Etat par lequel Napoleon Bonaparte prit le pouvoir le 9 novembre 1799) et le coup d’Etat du deux decembre commis par Louis-Napoleon Bonaparte – le second crime etant la suite du premier. Dessin d’Honore Daumier, hommage aux Chatiments de Victor Hugo (terrassant l’aigle imperial) Apres la chute du Second Empire consecutive a la guerre franco-prussienne de 1870, c’est l’avenement de la Troisieme Republique : Hugo peut enfin rentrer apres vingt annees d’exil. Au cours des annees suivantes, le poete resta une figure de la republique retrouvee. Hugo visionnaire Victor Hugo est un abolitionniste pur et dur. Cela peut s’expliquer par sa presence, dans son enfance a des executions capitales. Claude Gueux un bref roman dans lequel Hugo denonce la peine de mort. L’? uvre est globalement inspiree e faits reels. Claude Gueux est decrit d’une facon normalement reservee et le directeur, comme un etre mauvais. La reflexion de Victor Hugo porte sur les raisons qui poussent un homme a commettre un crime ; les racines de ce mal, il les remarque avant tout dans la pauvrete et l’injustice sociale. Victor Hugo a exprime tout au long de sa vie son opposition a la peine de mort, et ce, de differentes facons et a travers differentes ? uvres : – 1829 : Le dernier jour d’un condamne – 1831 : Notre Dame de Paris (execution Esmeralda) – 1834 : Claude Gueux – 1848 : Assemblee constituante, sur la peine de mort 1852 : Les Chatiments : Sacer esto – 1854 : Affaire Tapner – 1862 : Affaire Doise – 1865 : Milan : comite pour l’abolition – 1867 : Portugal, la peine de mort abolie – 1870 : Les quatre vents de l’esprit – 1871 : L’annee terrible – 1874 : Quatre-vingt-Treize – 1876, 1879 et 1880 : Senat, pour l’amnistie Pour Victor Hugo, des Etats Unis d’Europe seraient necessaire pour qu’il y aie une certaine paix entre les Etas, pas de rivalite … Finalement, le v? u d’Hugo aura ete exauce avec la creation de la CEE (Communaute Economique Europeenne) en 1957 devenue Union Europeenne en 1992. Eternel Hugo

Un pantheon est un monument est consacre a l’inhumation ou au culte des « grands hommes ». Adaptations des Miserables de Victor Hugo : – Cinema 1907 : On the Barricade, d’Alice Guy Blache, adaptation d’une partie du roman 1907 : Le Chemineau 1909 : Les Miserables, de J. Stuart Blackton 1911 : Les Miserables, d’Albert Capellani 1913 : Les Miserables, d’Albert Capellani 1913 : Les Miserables (The Bishop’s Candelsticks), de Herbert Brenon, adaptation du Tome I. – Livre II 1917 : Les Miserables, de Frank Lloyd 1922 : Les Miserables 1923 : Les Miserables (Aa mujo), de Kiyohiko Ushihara et Yoshinobu Ikeda 925 : Les Miserables, d’Henri Fescourt, avec Gabriel Gabrio 1929 : Les Miserables (The Bishop’s Candlesticks), de Norman McKinnell, premiere adaptation sonore 1929 : Les Miserables (Aa mujo), de Seika Shiba 9311 : Jean Valjean, de Tomu Uchida 1934 : Les Miserables, de Raymond Bernard 1935 : Les Miserables, de Richard Boleslawski, 1937 : Gavroche (Gavrosh), de Tatyana Lukashevich 1938 : Les Miserables (Kyojin-den), de Mansaku Itami 1943 : Les Miserables (Los Miserables), film mexicain de Fernando A. Rovero 1944 : Les Miserables (El Boassa), film arabe de Kamal Selim 948 : Les Miserables ou L’Evade du bagne (I miserabili), de Riccardo Freda 1949 : Les Nouveaux Miserables, d’Henri Verneuil 1950 : Anges et demons (Re Mizeraburu: Kami to Akuma), de Daisuke Ito 1950 : Les Miserables (Ezai Padum Pado), de K. Ramnoth 1952 : La Vie de Jean Valjean (Les Miserables), de Lewis Milestone, 1952 : Les Miserables (I miserabilli), reedition du film de 1947 1955 : Les Miserables (Kundan), de Sohrab Modi 1958 : Les Miserables, de Jean-Paul Le Chanois, 1961 :Les Miserables, de Seung-ha Jo 1967 : Les Miserables (Sefiller) film turc de Zafer Davutoglu 978 : Les Miserables, de Glenn Jordan, 1978 : Les Miserables (Al boasa) 1982 : Les Miserables, de Robert Hossein 1995 : Les Miserables, de Claude Lelouch 1998 : Les Miserables, de Bille August Feuilletons televises 1958 : Os Miseraveis de Dionisio Anevedo 1961 : Cosette d’Alain Boudet 1962 : Gavroche d’Alain Boudet 1963 : Jean Valjean d’Alain Boudet, 1967 : Les Miserables, feuilleton televise britannique en 10 episodes 1967 : Os Miseraveis de Walter Negrao 1972 : Les Miserables, de Marcel Bluwal, 1973 : Los Miserables, de Antulio Jimnez Pons 1978 : Les Miserables, de Glenn Jordan 982 : Les Miserables, par Robert Hossein. Voir a ce sujet la section cinema. 2000 : Les Miserables, de Josee Dayan Comedie musicale 1980 : Les Miserables, musique de Claude-Michel Schonberg et paroles d’Alain Boublil. 1991 : Les Miserables, version de Schonberg et Boublil, 2008 : Les Miserables, version de Schonberg et Boublil Films animes 1977 : Cosette 1979 : Jean Valjean Monogatari (« L’Histoire de Jean Valjean »), telefilm anime de Takashi Kuoka 1988 : Les Miserables, film anime 1992 : Les Miserables, dessin anime en 26 episodes 2007 : Les Miserables: Shojo Cosette, 52 episodes « Nippon animation ». CHRONOLOGIE ?