Biographie d’emile zola

Biographie d’emile zola

Biographie d’Emile Zola : Ecrivain naturaliste et essayiste francais. Emile Zola n’a que sept ans quand meurt son pere, ingenieur venitien. Il vit alors dans la pauvrete. Apres avoir abandonne ses etudes scientifiques, il devient, de 1862 a 1866, chef de publicite a la librairie Hachette, ce qui lui permet de connaitre les plus grands auteurs de l’epoque. Emile Zola publie son premier ouvrage, « Contes a Ninon » a l’age de vingt-quatre ans et frequente les republicains. Puis il se lance dans une carriere de journaliste engage.

Dans ses critiques litteraires, il prone une litterature « d’analyse » s’inspirant des methodes scientifiques. Son premier succes, le roman « Therese Raquin », lui vaut de nombreuses critiques de la part de la presse. Influence par les etudes de Prosper Lucas et de Charles Letourneau sur l’heredite et la psychologie des passions, Emile Zola entreprend une immense ? uvre naturaliste, « Les Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire », une saga constituee de romans realistes et « scientifiques ».

Ce projet l’occupera pendant un quart de siecle. Chacune des ? uvres des « Rougon-Macquart », preparee par une enquete detaillee, montre l’affrontement des forces naturelles, soumises aux circonstances et a l’environnement social, qui gouvernent le destin des personnages. Et ceci quel

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
que soit leur milieu d’origine : Paris populaire, courtisanes, capitalisme, mineurs, paysans… C’est le septieme roman de la serie, « L’assommoir » (1877), chef d’? uvre du roman noir qui lui apporte la celebrite.

Dans « Germinal » (1885), il depeint le determinisme economique comme la fatalite moderne. Membre de la Libre Pensee, athee et scientiste, Zola s’attaque avec vigueur, dans « La Faute de l’abbe Mouret » (1875), au catholicisme et au celibat des pretres qui transforme le desir naturel en haine des femmes ou en un mysticisme pouvant conduire a la folie. Avec toute son ardeur combattante et le poids de sa notoriete, il s’engage dans l’affaire Dreyfus en publiant son celebre « J’accuse » dans le journal « L’Aurore » du 13 janvier 1898.

Le proces qui s’en suit l’oblige a s’exiler pendant un an. A l’issue des « Les Rougon-Macquart », Zola veut montrer qu’il ne sait pas uniquement peindre les tares de la societe. Seduit par les idees socialistes, il souhaite proposer des remedes sous la forme d’une vision prophetique du devenir de l’homme dans ses « Quatre Evangiles : « Fecondite », « Travail », « Verite ». Le quatrieme, « Justice », vient d’etre commence, lorsqu’il meurt « accidentellement » asphyxie dans son appartement.