Biographie

Biographie

Dossier de Ses : Le syndicalisme Definitions, theorie et acteur sociaux Definition : -Syndicats -Mouvement social -Groupe de pression -Negociation paritaire -Partenaire sociaux -Convention collective -Greve -Manifestation Pour toutes les definitions donnez des exemples Theories : il y a 3 theories sur les luttes sociales celle de Marx Karl ; Darhendorf ; Alain Touraine. Faire un comparatif de gestion des conflits sociaux entre la France et l’Allemagne. Definir la classe sociale . Les acteurs sociaux Les syndicats : CGT, FO, CFDT, CFTC, acte sud, CGC.

Recherchez leur origine( date , phylosophie de chaque candidat, que proposent –ils ? ). Presentez leur solution pour l’education, la formation , le chomage, la retraite. Ainsi qu’une etude des effectifs de 1968 a maintenant. Approche historique de 1917 a maintenant Comparatif europeens : Pays Bas, Suede et Allemagne Pour chacun de ces pays, presentez les principaux syndicats. Et pour chacun d’eux presentez : Solutions et propositions sur le chomage Sur le salaire Sur les retraites Sur la formation et l’education

Presentez leur representation et l’information de la jeunesse et des femmes Selon Dahrendorf c’est la distribution inegale de l’autorite qui est a la base des conflits sociaux dans une societe. Chaque classe sociale a une position opposee

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
vis-a-vis de l’autorite, la classe dominante va s’efforcer de maintenir sa position, alors que la classe dominee va agir de maniere a changer cette situation. Les conflits sociaux sont une lutte pour maintenir ou modifier la repartition de l’autorite et non une lutte pour la possession des moyens de production comme le soutenait Karl Marx. existe pour Touraine dans chaque societe un mouvement social et un seul qui incarne non une simple mobilisation mais un projet de changement social. Pour parvenir a ce statut de changement social, une mobilisation doit remplir trois conditions. Un principe d’identite : Qui Lutte ? Un principe de totalite : Pourquoi lutter ? Karl Marx : Dans la conception marxiste, la societe sans classe, dite aussi societe communiste (ou socialiste), designe une societe qui ne serait plus divisee en classes sociales.

La societe sans classe serait l’aboutissement et la fin de la lutte des classes, apres que le proletariat, classe la plus opprimee, se fut emancipe par la revolution proletarienne en renversant la bourgeoisie. La propriete capitaliste supprimee, les antagonismes de classes disparaitraient, laissant la place a une societe sans classe et, par consequent, sans Etat, celui-ci etant vu comme l’instrument d’exploitation d’une classe sur une autre. La France est le premier « grand pays » a connaitre un important mouvement de greve contre les reformes economiques prevues par Nicolas Sarkozy.

Huit des dix principaux syndicats du pays y participent et le mouvement est soutenu par pres de 70% des Francais, selon un sondage CSA. Parler des greves en France et en Allemagne, vouloir comparer des realites qui ne sont guere comparables, conduit a se pencher d’abord sur les syndicalismes francais et allemand, puissants moteurs des mouvements sociaux dans les deux pays. Une evidence s’impose : hormis le recul tant du nombre d’adherents que des activites de greve, tout semble les opposer.

Differences : Allemagne = 3 syndicats : confederation allemande des syndicats DGB (Deutscher Gewerkschaftsbund), subdivisee en huit syndicats de branche, qui compte un peu moins de 7 millions d’adherents, le syndicat des fonctionnaires DBB avec 1,2 million d’adherents et, assez marginalement, le petit syndicat chretien CGB, ne du DGB en 1955 . France : Cinq syndicats : la CGT, FO, la CFDT, la CFTC, et la CFE-CGC, auxquels on peut ajouter trois autres federations, UNSA, FSU et SUD, ainsi qu’une serie de petits ensembles dont le nombre varie avec le temps.

En France, la loi confere aux cinq syndicats representatifs des prerogatives qui leur donnent du poids a l’exterieur et a l’interieur de l’entreprise. Ainsi, ils peuvent conclure une convention ou un accord collectif, constituer une section syndicale au sein de l’entreprise et designer un ou plusieurs delegues syndicaux ainsi qu’etablir les listes de candidatures pour le premier tour des elections des delegues du personnel et des membres du comite d’entreprise. n Allemagne, l’unite donne une force de frappe incomparable au cas ou le syndicat appellerait a la greve, puisque toute l’activite de l’entreprise s’arrete completement. Explication avec un exemple : En Allemagne toutes les entreprises du secteur de la metallurgie, pris dans un sens tres vaste, relevent du syndicat IG Metall, une des branches les plus importantes du DGB. Toutes les entreprises automobiles en font partie. Tous les metiers d’une de ces entreprises, de la secretaire a l’ingenieur et du cuisinier au comptable, relevent du syndicat IG Metall, partie prenante du DGB.

Cela signifie concretement que le patronat ne negocie toujours qu’avec un seul partenaire et non pas avec quatre ou cinq comme en France ou, facteur aggravant, les multiples elections professionnelles tendent a destabiliser en permanence les representations syndicales. En France, le droit de greve est un droit individuel, alors qu’en Allemagne, c’est un droit collectif, reserve uniquement aux syndicats ; aucun salarie, aucun comite d’entreprise n’a le droit d’appeler a la greve. Classe sociale : Groupe d’individus ayant en commun un statut social et un mode de vie.

Les membres d’une classe partagent non seulement, habituellement, des conditions materielles mais aussi une vision du monde. .Allemagne : Le Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB – Confederation allemande des syndicats) est la confederation syndicale majeure d’Allemagne. Ses huit syndicats adherents representent plus de 7 millions d’adherents (chiffres 2004). Le DGB a ete fonde le 12 octobre 1949. Il a son siege a Berlin. Il est membre de la Confederation europeenne des syndicats et de la Confederation syndicale internationale.

Le DGB est proche du parti social-democrate (SPD). Il existe egalement une organisation nationale plus conservatrice, d’importance bien moindre. IG Metall (Industriegewerkschaft Metall) est un syndicat professionnel allemand qui represente les ouvriers de l’industrie metallurgique, du textile et de l’habillement, du bois et du plastique. Il compte 2,4 millions de syndiques, ce qui le place ainsi comme le deuxieme syndicat du pays en effectif apres ver. di. Elle a son siege a Francfort-sur-le-Main

IG Metall est membre de la Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB), de la Federation europeenne des metallurgistes et de la Federation internationale des organisations de travailleurs de la metallurgie Ver. di a ete cree en 2001 par la fusion de cinq organisations syndicales du secteur des services (OTV, DPG, HBV, IG Medien et DAG). Cette fusion a represente une rupture d’autant plus importante dans le paysage syndical allemand qu’elle faisait rentrer dans le giron de la DGB (Confederation allemande des syndicats) le seul syndicat important qui n’en etait pas membre, la DAG.

Organisations professionnelles representatives d’employeurs et de salaries. Exemple : MEDEF, UIMM pour les employeurs, CGT, CFDT pour les salaries CFTC : Avec 132 000 adherents, la Confederation francaise des travailleurs chretiens a realise un score de 9,7% aux elections prud’homales de decembre 2002, en progression de 2% par rapport a 1997. Aux dernieres elections des comites d’entreprise, la CFTC est la seule confederation syndicale a progresser, avec 6,7 % contre 6 % en 2001 et moins de 5 % quelques annees plus tot.

La CFTC compte aujourd’hui 1 145 syndicats regroupes en 14 federations professionnelles (commerce-services-forces de vente, enseignement prive, metallurgie, collectivites territoriales, transports, telecoms, banques… ). La CFTC est divisee en 22 unions regionales, 100 departementales et 249 unions locales. Depuis 1964, la CFTC a ete dirigee par Joseph Sauty (1964-1970), Jacques Tessier (1970-1981), Jean Bornard (1981-1990), Guy Drilleaud (1990-1993) et Alain Deleu (1993-2002). Solution Education : Renforcer L’insertion profressionelle : Orientation , Formation en alternance , Acces a l’emploi des personnes handicapees

Formation : Securiser les parcours professionnelles des droits attaches a la personne : {text:list-item} Chomage : Reduire les sources de precarite : Devollepement de la responsabilite sociale des entreprises : cotisations patronales plus elevees pour les emplois precaires Retraite : Defendre les des retraites droits a la retraite et le principe de solidarite inter generationnelle – La retraite par repartition – Le maintien des pouvoir d’achat des retraites – les droits a la dignite en cas de perte d’autonomie Etablir une liaison entre les divers groupements de retraites CFTC par la creation dan chaque departement d’une UDIR (Union Departementale Interprofessionnelle de Retraites) – Defendre les interets moraux et particuliers des retraites, preretraites, pensionnes, veuves ou veufs, ayants droit. – Prendre, en leur nom, toutes initiatives dans le respect de la Morale Sociale Chretienne. CGC : L’histoire du syndicalisme et de la CFE-CGC Le principe de la liberte syndicale ne fut reconnu qu’apres la revolution de 1848 et veritablement adopte en France par la loi du 21 mars 1884, dite loi Waldeck- Rousseau.

Des lors, les syndicats purent se creer librement et se grouper en unions, federations, confederations et, par leur influence grandissante, faire aboutir leurs premieres revendications (repos hebdomadaire, limitation de la duree du travail… ). Ce n’est qu’apres la deuxieme guerre mondiale, par l’ordonnance du 22 fevrier 1945, instituant les comites d’entreprise que la presence des syndicats a ete « implicitement enterinee ». Elle le fut officiellement par la loi du 27 decembre 1968 qui cree la section syndicale d’entreprise, augmente la representation syndicale et definit les fonctions de chacun de ces representants.

Plus recemment, la loi Auroux du 28 octobre 1982, a donne de nouveaux moyens aux syndicats dans l’entreprise. La CGC est un syndicat representatif, apolitique et categoriel, syndicat des cadres tant dans le secteur prive que public, fonde le 16 octobre 1944; il a elargi son champ de syndicalisation en 1981 en devenant CFE-CGC, s’ouvrant aux techniciens, agents de maitrise, forces de vente, ingenieurs et a ceux qui ont vocation a le devenir (salaries dont les fonctions comportent responsabilite, initiative et/ou commandement).

Cependant, la CFE-CGC est egalement au service de l’interet general. Education : Un programme educatif national pour sensibiliser les etudiants au developpement durable dans les metier. Un programme educatif Dialogues EQUATION est un programme educatif inter grandes ecoles et universites dont l’objectif est de sensibiliser les etudiants au developpement durable dans les metiers. Un vaste processus de rencontres et d’echanges entre etudiants et professionnels qui converge vers des journees evenementielles a forte frequentation.