Bibi is mind

Bibi is mind

chaleur : cimetiere nature = expression de ces sentiments (cimetiere, sa mere et l’autre aimait paysage) il vit avec la nature, en l’observant, il n’a pas vu le temps passe en ville, tt se passe vite, rebabartif, sans interet quand sur balcon, M. observe la ville et ses habitants plage (p55) : « le soleil de 4 heures n’etait pas trop chaud » description de la plage « soleil me faisait du bien… l’eau etait froide…  » « je ne pensais a rien parce que j’etais a moitie endormi par ce soleil sur ma tete nu » premice a bagarre : « le sable surchauffe me semblait rouge maintenant…

Le soleil etait maintenant ecrsant » « pendant tt ce tps, il n’y a plus eu que le soleil et ce silence » « c’etait le meme eclatement rouge. Sur le sable, la mer haletait de toute la respiration rapide et etouffee de ses petites vagues [… ] » « c’etait le meme soleil que le jour ou j’avais enterre ma maman » il lui semble que le ciel se dechaine puis il tire « la prison etait tt en haut de la ville et, par une petite fenetre, je pouvais voir la mer. C’est un jour que j’etais aggrippe aux barreaux, mon visage tendu vers la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
LUMIERE (? ), qu’un gardien est entre et m’a dit que j’avais de la visite » au debut de ma detention, pourtant, ce qui a ete le plus dur, c’est que j’avais des pensees d’hommes libres. par exemple, l’envie me prenait d’etre sur une plage et de descendre vers le maer. a imaginer [… ] » lors de son jugement : « l’air ete deja etouffant » ; « la chaleur montait » chaleur : source d’ennui (mort de sa mere ; bagarre avec l’arabe ; jugement) mort : nature « douce » aime le train-train de la ville, plus tard il dit que ca lui manque aime regarder le ciel, ne voit pas le tps passe (quand il est en prison surtt) En quoi la nature influence-t-elle Meursault ? (Peut-etre trop general)