Bernard lama, un chat parmi les dogues

Bernard lama, un chat parmi les dogues

Comme chaque semaine, allezlesdogues vous propose de revenir sur la carriere d’un ancien lillois, apres etre revenu sur Acimovic, Manchev, Sterjovski, les freres Cheyrou ou Delpierre (a retrouver dans notre rubrique News;Les Anciens) nous vous proposons de voyager plus loin dans le temps et de revenir sur le passage de Bernard Lama du cote du LOSC. Repere par un dirigeant du LOSC lors d’un match avec la selection cadette de Guyane, Bernard Lama attendra sa majorite pour quitter sa Guyane natale et rejoindre le LOSC en 1981 contre l’avis de son pere.

Malgre son mental de battant, le jeune gardien sera prete a Abbeville puis Besancon avant de pouvoir postuler a une place de titulaire dans les cages lilloises. Il decroche ainsi son premier contrat pro en 1984. « Ma bonne saison a Besancon me permet de realiser mon premier objectif : signer un contrat pro. Lille me confie le poste de numero 2 derriere Jean-Pierre Mottet (aujourd’hui dans le staff de Rudy Garcia). Je suis content mais je ne m’enflamme pas. Je sais qu’il s’agit seulement d’une etape. Malheureusement, ma premiere saison est tronquee a cause de deux ou trois blessures ».

Ce n’est que plus tard, apres un belle prestation en match amical

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
face a l’Algerie, que Bernard Lama reclame davantage de temps de jeu « les donnes sont claires. Soit je deviens numero 1, soit je pars. Meme si Jean-Pierre Mottet est installe au LOSC depuis longtemps, c’est lui qui s’en va : a Toulon.  » En 5 saisons de D1 avec le LOSC le gardien guyannais va franchir toutes les etapes, il disputera 103 matchs pour un but marque. « Au debut, je fais le boulot sans etre vraiment genial. J’etais encore un peu naif et pas toujours concentre pendant 90 minutes.

Mais au fil des saisons je progresse et je prends du grade. Je deviens finalement le capitaine et l’element moteur de cette equipe qui compte des joueurs comme Jocelyn Angloma, Roger Boli ou Abedi Pele.  » Malgre une bonne ambiance dans le vestiaire lillois de l’epoque, des problemes avec la Mairie et l’arrivee au poste de president de Bernard Gardon vont chambouler l’equipe. « J’arrive en fin de contrat. Nous sommes en decembre et j’ai la jambe dans le platre lorsqu’il m’annonce que je ne suis pas conserve.

Je le vis tres mal car je n’apprecie pas la maniere dont ils se separent de moi. J’ai un gout amer dans la bouche mais je sais aussi qu’il fallait que je parte pour progresser et approcher mon reve ultime : disputer la Coupe du Monde… » Son crochet par la Lorraine, a Metz, en 1989, ne lui laissera pas un souvenir imperissable. Le voila meme confronte au chomage l’espace de quelques semaines. Mais en mettant le cap a l’ouest, a Brest, il va se relancer aux cotes des Ginola, Martins, Guivarc’h… Son ascension vers les sommets est lancee.

Son cours passage par Lens, dans un role de chef de bande d’une petite colonie africaine (Jimmy Adjovi-Boco, Herve Arsene, Roger Boli…) va lui permettre de progresser encore et se voire proposer en 1992 un challenge a sa hauteur : succeder a Joel Bats dans les cages du PSG. Le « chat » va permettre au PSG de conquerir ses premiers trophes : coupe de France 1993 et 1995 mais aussi la coupe des coupes en 1996. Des 1993 il occupera les buts de la selection francaise, mais n’aura pas la chance de participer a la coupe du monde 1994, puisque la France ne reussit pas a se qualifier. La suite sera plus delicate.

Une grave blessure au genou en septembre 96 puis une suspension pour usage de cannabis en janvier 97 incitent le PSG a recruter Christophe Revault. Faute de trouver un club a sa hauteur, Bernard Lama s’entraine a l’ecart du groupe pro et doit finalement se contenter de signer a West Ham. Chez les Hammers, il doit attendre plusieurs semaines avant de faire la loi dans les surfaces anglaises. Mais il est deja trop tard. La Coupe du Monde approche et Aime Jacquet va accorder sa confiance au portier de Monaco, Fabien Barthez. La desillusion est terrible pour le Guyanais qui refusera de disputer le troisieme match de poule, contre le Danemark.

Les Bleus sont champions du Monde mais ce sacre lui laisse un gout amer. Il se « consolera » en retrouvant le club de son c? ur, le PSG. Vice champion de France en 2000, il ajoutera un nouveau titre a son palmares en remportant, toujours dans le role de doublure, l’Euro 2000. Un dernier challenge lui sera propose a Rennes, qu’il aceptera malgre ses 37 ans. Il rangera les gants dans le courant de l’annee 2002. Depuis, il partage son temps entre Paris, la Guyane et le Senegal ou il a ouvert, avec Jimmy Adjovi-Boco et Patrick Vieira, un centre de formation inedit base sur l’education.

Avec Diambars, il peut aider a sa maniere ce continent qu’il aime tant. C’est d’ailleurs cette passion pour l’Afrique qui l’a poussee a devenir selectionneur du Kenya en aout 2006. Une experience riche en emotions mais qui n’aura dure que cinq semaines. La faute a une federation insoumise qui n’a jamais tenu ses engagements a son egard. Cette aventure lui a neanmoins confirme qu’il aimait ce role d’entraineur et qu’il voulait replonger au plus vite. Histoire de continuer a surfer sur la vague du succes…