Benny

Benny

Avant de pouvoir être une source d’énergie utilisable de manière efficace, le pétrole doit être transformé, par déférents traitements physiques et chimiques. À l’issue du processus de raffinage, de nombreux produits dérivés sont utilisables et utilisés comme combustibles ou substances de base pour la pétrochimie. Distillation Le pétrole brut est d’abord chauffé à CC. Il se vaporise alors partiellement et est conduit dans une colonne de fractionnement (une sorte de tour de distillation). En haut de la colonne, on récupère du gaz de raffinerie utilisé men page sur place comme oc de pétroles comme I u naphte.

Ce dernier est} ? pétrochimie. On ré aviation, dans les moi aussi d’autres gaz es essences et e de l’industrie en (utilisé en le et le filou domestique. Plus bas sur la colonne, on récupéré des résidus, qui sont réductibles sous vide pour obtenir des filous lourds, des lubrifiants et des bitumés. Afin d’obtenir des qualités d’essence spécifiques (indices d’octane élevés) et de diminuer la teneur en soufre des gazelles, il faut encore traiter les produits issus de la distillation. Craquage et reformera Le craquage consiste à fractionner les longues molécules dédouanerez en molécules plus petites.

Cette opération peut être effectuée par procédé

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
thermique sous hautes pressions, ou cataleptique (sous hautes températures et en présence d’un composé qui facilite la réaction chimique). Quand de l’hydrogène est mi impliqué, on parle d’hydrographique, quand c’est de l’eau, on parle de vaporeuse. Le reformera permet de convertir le naphte ou de produire des essences de qualité supérieure. Il existe d’autres procédés de raffinage comme l’sonorisation, l’allocation, etc…. On peut ainsi agir sur les caractéristiques des produits obtenus (indice d’octane, couleur, odeur, volatilité… . Conclusion sur la transformation du pétrole Le pétrole doit subir de nombreuses transformations pour être exploitable dans le cadre d’une utilisation précise. Ces multiples transformations impliquent des consommations d’énergie, aujourd’hui mal connues (nul doute que les industries pétrolières ont des informations sur cette question). Au final, la multitude de produits dérivés pourra être utilisée de diverses manières (combustible, carburant, pétrochimie, plastiques, etc.. ). Ces sous-produits sont parfois directement valorisées (essences, gazelles, etc.. , parfois ils devront subir d’autres ramifications pour être exploitables, certains même sont des produits fatals, qui n’ont pas de débouchés réels. La tendance étant à la valorisation d’un maximum de sous- produits, et la proportion de produit dérivés obtenus étant relativement fixe, les industries pétrolières doivent donc chercher des débouchés supplémentaires pour les produits dérivés produits en sur-quantité. Par exemple, la dissertation du parc automobile français bouscule les quantités de produits dérivés, pour lesquels il faut soit assurer la demande, soit trouver de nouveaux débouchés.