BEL AMI

BEL AMI

Bel-Ami de Guy de Maupassant (Roman Réaliste) Bel-Ami est un roman d’apprentissage de Guy de Maupassant, dont l’action se déroule à Paris au xixe siècle, publié en 1 885 sous forme de feuilleton dans Gil Blas. Le roman retrace l’ascension sociale de Georges Du Roy de Cantel (ou Georges Duroy), homme ambitieux et séducteur (arriviste – opportuniste), employé au bureau des chemins de fer du Nord, parvenu au sommet de la pyramide sociale parisienne grâce à ses maitresses et à la collusion entre la finance, la presse et la politique.

Sur fond de politique coloniale, Maupassant décrit es liens étroits entre le capitalisme, la politique, la presse mais t page aussi l’influence des f code Napoléon et qui conseiller. Satire d’un politiques de la fin d une petite monograp olitique depuis le pour éduquer et OF • e par les scandales Swipe pa résente comme ne dans la mesure où Maupassant fait implicitement part de son expérience de reporter. Ainsi l’ascension de Georges Duroy peut être comparée à la propre ascension de Maupassant 1.

En effet, Bel-Ami est la description parfaite de l’inverse de Guy de Maupassant, Georges Duroy devenant une sorte de contraire de l’auteur, dont Maupassant se moquera tout au long

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
du roman. Bel-Ami est l’une des œuvres romanesques qui ont le plus séduit scénaristes et réalisateurs internationaux. Ce roman retrace le parcours initiatique dun jeune homm homme prêt à tout pour conquérir la capitale et réussir. Il mettra sept années a atteindre son but, accumulant les conquêtes féminines, instruments de son ascension sociale. Les personnages de Bel-Ami Georges Duroy, l’arriviste absolu, petit sous-officier qui devient maître de la presse et riche héritier. Il anoblira son nom : du Roy de Cantel. De même, il prendra le titre de baron. Héros éponyme. Le personnage central du roman. Celui que l’on surnomme Bel- Ami est un arriviste absolu. Ce petit employé de 25 ans , monté à Paris pour réussir, va , grâce aux femmes qu’il a su séduire, Clotilde de Marelle, Madeleine Forestier et Virginie Walter, gravir tous les échelons d’un grand journal parisien et épouser la fille de son directeur.

Mme de Marelle (ou Clotilde de Marelle), première maitresse importante de Georges, ils resteront liés et amants tout au long du roman (avec quelques interruptions). Une jolie bourgeoise bohème. Ce sera la première maîtresse de Duroy. Charles Forestier, ancien camarade de Duroy. Homme qui a réussi dans la presse et qui aide Georges à trouver du travail dans un journal. Celui qui permet à Georges Duroy de se faire embaucher comme reporter. Il meurt au milieu du roman , ce qui permet ? Duroy d’épouser sa femme. Mme Forestier (ou Madeleine Forestier), personnage original du journalisme moderne.

Femme blonde et séduisante, elle est un double ambitieux du héros. Dotée et mariée à Forestier par un vieil ami de sa famille, elle sait se procurer des informations intéressantes et les mettre en forme pour son mari journaliste. Elle d 3 procurer des informations intéressantes et les mettre en forme pour son mari journaliste. Elle deviendra la femme de Duroy (qu’elle trompera). La femme de Forestier. C’est une journaliste ambitieuse prête à tout pour satisfaire sa passion de la politique. Après la mort de son mari , elle épousera Duroy. Celui-ci finira par divorcer après lui avoir extorqué sa fortune.

M. Walter, directeur du journal, puissant financier. Il s’enrichira en faisant des placements boursiers au Maroc à bas prix, avant l’annexion du pays, afin de les revendre beaucoup plus cher une fois le pays devenu français. Ce passage permet de réellement dater le roman et le fixer autour de deux dates précises: entre le 28 jun 1881 (début du roman) et le 20 octobre 1883 (fin du roman). Sa fortune nouvelle participera au rachat d’un hôtel où il résidera et à l’achat de la peinture Jésus marchant sur les flots que toute la bourgeoisie voudra observer.

Il devient par cet événement un des riches hommes d’affaires du moment. Directeur de La Vie française, financier puissant. Laroche-Mathieu, ministre des basses besognes (ministre des Affaires étrangères). Cest avec lui que Madeleine Forestier trompera Georges Duroy. Saint-Potin, le reporter sous les ordres de Forestier, qui sera son fidèle serviteur. Il apprend le métier de journaliste à Georges Duroy à ses débuts au journal La Vie française, journal engagé politiquement (on le remarque dans l’œuvre à propos de la situation au Maroc) dirigé par M.

Walter, qui jouera un sale tour ? Georges du Roy, avec l’aide du ministre des Affaires étrangè Walter, qui jouera un sale tour à Georges du Roy, avec l’aide du ministre des Affaires étrangères, par le biais du journal. Rival, le chroniqueur parisien, incarnation du Paris des apparences. Norbert de Varenne, poète pessimiste, solitaire, hanté par la mort, l’un des masques de Maupassant. Mme Walter (ou Virginie Walter (surnommée « La Patronne »)), femme du patron de Georges, celui-ci parvient à la séduire.

Folle amoureuse, elle devient une vieille maîtresse acharnée, maladroite mais sincère, qui souhaite garder Georges du Roy de Cantel pour elle, et ne veut pas le partager. La femme et la fille d’un banquier , c’est la troisième conquête de Duroy, elle est maladroite mais sincère. Suzanne Walter, une adolescente romanesque et naiVe. Elle est décrite comme une « frêle poupée blonde, trop petite mais ine, avec la taille mince Bel-Ami l’épouse à la fin du roman, au désespoir de sa mère, beaucoup trop attachée à Bel-Aml. la fille de M. et Mme Walter. Elle s’ennuie dans sa famille bourgeoise.

Elle se laissera séduire par Duroy qui parviendra à l’épouser. Laurine, la femme-enfant » et fille de Mme de Marelle, qui donne à Georges Duroy le surnom de Bel-Ami. Rachel, la prostituée qui ne fait pas payer Bel-Ami et qui, plus tard, le ridiculise devant Mme de Marelle, mais qui continuera toujours à le porter dans son cœur après ses diverses déceptions. Louis Langremont, journaliste pour La Plume qui se battra plus ard en duel contre Georges. Laroche-Mathieu, député , puis Ministre des Affaires Etrangères. Amant de Madeleine Forestier , sa carrière sera 4 33 puis Ministre des Affaires Etrangères.

Amant de Madeleine Forestier , sa carrière sera brisée par Bel -Ami. Il – Résumé Général de l’oeuvre 1) a- Première Partie Juin 1880. Georges Duroy, sous-officier rendu à la vie civile, est un beau jeune homme peu scrupuleux. Nouvellement employé aux chemins de fer du nord, il déambule sur les boulevards parisiens, en quête de fortune et de réussite. Il rencontre un ancien camarade de régiment, Forestier, qui va le recommander au irecteur de son journal, la Vie française. Grâce à l’appui de son ami, Georges est embauché comme reporter ce qui lui permet de doubler son salaire. jeune homme découvre les salles de rédaction et les coulisses de la vie parisienne. Il plaît aux femmes et est bien décidé à en profiter pour « arriver’ . Mme Forestier, la femme de son ami lui donne des conseils et l’aide à rédiger ses premiers articles. Puis Georges fait la connaissance de Clotilde de Marelle, une sympathique bourgeoise bohème, qui lui délivre une éducation sentimentale très libre. La très jeune fille de Mme de Marelle, Laurine, donne à notre héros le surnom de Bel-Ami. Offensé par son ami Forestier, Georges décide de séduire sa femme. Dès le lendemain, il déclare son amour à Mme Forestier.

Mais celle-ci le tient à distance et lui explique que si elle est disposée à être son amie, jamais elle ne sera sa maîtresse. Sensible pourtant à l’admiration que lui porte le jeune homme, elle lui conseille de rendre visite à la femme de son directeur, Mme Walter, qui « l’apprécie beaucoup ». Duroy s’exécute. Il se rend chez elle et la s 3 directeur, Mme Walter, qui « l’apprécie beaucoup ». Duroy s’exécute. Il se rend chez elle et la séduit par son esprit. Elle le fait nommer chef des Echos. Cet avancement lui vaut une augmentation. En l’absence de son ami Forestier, malade, Georges Duroy signe plusieurs articles de fond.

Suite à l’un de ces articles il est diffamé par le rédacteur d’un petit journal en mal de publicité. L’honneur de son journal étant en jeu, Walter, son directeur, le pousse à provoquer l’offenseur en duel. Angoissé à l’idée de mourir, Duroy ne ferme pas l’œil de la nuit. Le lendemain, à l’aube, il se rend au bois du Vésinet pour le duel. Les deux adversaires font feu l’un sur l’autre, mais se manquent. Cet épisode, dont ils ressortent tous les deux indemnes, leur vaut une belle publicité. Cet acte de courage permet à Georges de gagner l’estime de son directeur qui lui offre une nouvelle promotion.

En plus de son poste de chef des Echos, il devient chroniqueur. Duroy obtient aussi de sa maîtresse, Clotilde de Marelle, qu’elle le loge dans l’appartement de la rue de Constantinople. Elle l’invite également à dîner chez elle tous les jeudis, son mari, M. de Marelle l’appréciant beaucoup.. En février , Georges reçoit une lettre de Madeleine Forestier qui lui demande de venir la rejoindre à Cannes, Charles, son mari ?tant au plus mal. Il se rend au chevet de Forestier, agonisant. Charles meurt quelques jours après. Pendant la veillée funèbre, Georges Duroy propose à Madeleine de se remarier avec lui.

Elle réserve sa réponse. Après l’enterrement de Charles, elle l’accompagne à la g 6 3 remarier avec lui. Elle réserve sa réponse. Après l’enterrement de Charles, elle l’accompagne à la gare. De retour vers paris, Duroy nourrit beaucoup d’espoir. 1) b-Deuxième Partie Madeleine accepte quelques mois après, d’épouser Bel-Ami. Rêvant de noblesse, elle convainc Georges de signer ses articles « du Roy » ou  » Du Roy de Cantel » . Georges est devenu rédacteur politique et ils écrivent ensemble ses articles. Ils se fixent comme objectif d’aider le député Laroche-Mathieu à accéder au pouvoir.

Mais Georges a du mal à oublier son ami Forestier. Avoir pris sa place ne lui suffit pas , il éprouve vis à vis du défunt une jalousie obsessionnelle . Georges découvre alors que le député Laroche-Mathleu mène un cour très assidue auprès de sa femme. Il en éprouve une vive jalousie et décide de se venger . Il entreprend de séduire Virginie Walter, l’épouse de son directeur, et parvient à en faire sa maîtresse. Virginie lui apprend que Laroche-Mathieu, qui est devenu ministre des Affaires Etrangères, et son mari, M. Walter, ont organisé une spéculation très lucrative au Maroc .

Georges éprouve une violente haine de ne pas avoir été ms plus tôt dans la confidence. Il décide dès lors de n’œuvrer qu’à sa seule réussite. Il fait chanter sa femme et parvient à lui extorquer la moitié de l’héritage que vient de lui léguer un vieil amant millionnaire, Le Comte de Vaudrec. Puis il réussit à la surprendre en flagrant délit d’adultère et obtient le divorce _ Durant une réception organisée chez les Walter, Il se met à rêver ‘épouser Suzanne Walter, leur fille; non par am organisée chez les Walter, Il se met à rêver d’épouser Suzanne Walter, leur fille; non par amour mais par ambition.

Il parvient à séduire Suzanne et lui annonce qu’il va l’enlever afin d’obtenir l’accord de son père pour leur mariage. Ils se marient à la Madeleine en octobre 1883 . Le Baron Du Roy de Cantel sort de l’église au bras de sa nouvelle épouse. Il est riche et sera bientôt député puis ministre. 2) Contrairement à Une vie, dont le rythme lent s’accordait parfaitement à la vie étriquée de Jeanne, Bel-Ami a pour cadre n monde parisien trépidant dans lequel le héros, arriviste et séducteur, veut se frayer un chemin.

Changeant et inconstant dans le domaine de l’amour comme dans celui des idées, Georges Duroy se sert de son corps et des femmes pour s’élever, d’où le surnom de Bel-Ami, que Laurine, fillette de Clotilde de Marelle, l’une de ses maîtresses, lui a donné. À travers le personnage, l’auteur nous fait découvrir le milieu du journalisme et de la Haute Banque, sur fond de scandales politico-financiers. Toute l’ascension de « Bel-Ami » se passe à Paris. Au départ, celui- ci est un jeune provincial pauvre qui y monte pour faire fortune.

Après avoir été un petit employé des chemins de fer, il fait la rencontre de Madeleine Forestier, de Clotilde de Marelle, qui seront ses maîtresses dans tout le livre, de M. Walter, le patron du journal La Vie française, et de sa femme. Ces personnages auront une importance majeure dans sa future évolution. Certaines scènes se passent à l’église, comme son rendez-vous avec Virginie Walter à la Trinité et son se passent à l’église, comme son rendez-vous avec Virginie Walter à la Trinité et son mariage avec sa fille, Suzanne Walter, à l’église de la Madeleine.

Cest dans l’appartement loué par Clotilde de Marelle rue de Constantinople que Duroy et elle se retrouvent. Duroy finit par y emménager, mais il donne aussi rendez-vous ? Madame Walter dans cet appartement. Au début du roman, Duroy vit dans un modeste appartement rue Boursault et emménage ensuite 127 rue de Constantinople, mais après son mariage avec Madeleine Forestier il va vivre chez elle rue Fontaine. Tout le long du roman, Duroy a l’habitude d’aller dans certains lieux comme Les Folies Bergère et le Bois de Boulogne où il est allé se promener avec Madame de Marelle, son amante.

Aux Folies Bergère, il a une amie qui est fille de joie : Rachel. Mais des événements importants se déroulent ailleurs comme la mort de M. Forestier qui se passe à Cannes où il était sous les conseils de son médecin ; sa visite chez ses parents avec Madeleine Forestier à Canteleu, le village où il habitait avant ; et lorsqu’il enlève Suzanne à ses parents et l’emmène à La Roche- Guyon, un village au bord de la Seine entre Mantes et Bonnières.

Ils ont désormais acquis le nom de Monsieur et Madame Du Roy de Cantel. Après avoir séduit Clotilde de Marelle et épousé Madeleine l’intrigante veuve de Charles Forestier, son compagnon e garnison en Algérie et ex-rédacteur en chef de la Vie Française, c’est Mme Walter qui tombe dans ses rets et l’aide à prendre la place de Charles au journal. pour essayer de le récupérer quand il rompt, 3 l’aide à prendre la place de Charles au journal.

Pour essayer de le récupérer quand il rompt, elle lui donne les détails d’une manipulation en cours, un véritable délit d’initié, sur de la dette marocaine dont s’apprêtent à profiter son mari et des ministres et dont il serait l’instrument. En effet, contrairement à un article de Duroy qui passait pour avoir l’oreille du gouvernement et qui prétendait que la France ‘allait pas intervenir militairement au Maroc, celle-ci colonise le Maroc, garantissant alors sa dette et du même coup enrichissant tous ses détenteurs dont M. e Marelle auparavant informé par Duroy, mais surtout M. Walter, fabuleusement riche, et qu en avait acheté de grandes quantités au rabais. Rendu fou de jalousie par l’enrichissement monstrueux de M. Walter dû à sa complicité tacite mais secrète – car il aurait sans doute pu choisir de sauver sa crédibilité en publiant le tuyau de Mme Walter plutôt que la fausse information qui lui avait été donnée il envisage lors d’épouser la fille du directeur, Suzanne Walter.

Mais pour cela il lui faut se débarrasser de Madeleine qui, opportunément, le trompe avec le ministre des Affaires étrangères (lui aussi enrichi par l’affaire de la dette marocaine) en organisant un flagrant délit d’adultère afin de pouvoir divorcer. Enfin, il enlève Suzanne afin de l’épouser, bien sûr contre le gré de Mme Walter qui l’aime encore éperdument. Duroy triomphe, il a enfin tout ce dont il a toujours rêvé : la fortune et la notoriété. Son but est atteint, mais il espère encore aller plus loin en visant un poste de d 0 3