Bel ami

Bel ami

Bel-Ami est un roman d’apprentissage de Guy de Maupassant (1850-1893), dont l’action se déroule à paris au xixe siècle, publié en 1885 sous forme de feuilleton dans Gil Blas. Le roman retrace l’ascension sociale de Georges Du Roy de Cantel (ou Georges Duroy), homme ambitieux et séducteur sans scrupule (arriviste – opportuniste), employé au bureau des chemins de fer du Nord, parvenu au sommet de la pyramide sociale parisienne grâce à ses maîtresses et à la collusion entre la finance, la presse et la politique.

Sur fond de politique oloniale, Maupassant décrit les liens étroits entre le capitalisme, la politique, la presse mais aussi l’influence des femmes, privées wipe next page de vie politique depu l’ombre pour éduque OF4 minée par les scanda pa, se présente comme parisienne dans la m fi ui œuvrent dans ne société dargent u xixe siècle, rœuvre de la presse it implicitement part de son expérience de reporter. Ainsi l’ascension de Georges Duroy peut être comparée à la propre ascension de Maupassantl.

En effet, Bel-Ami est la description parfaite de l’inverse de Guy de Maupassant, Georges Duroy devenant une orte de contraire de l’auteur, dont Maupassant se moquera tout au long du roman. Bel-Ami est l’une

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des œuvres romanesques qui ont le plus séduit scénaristes et réalisateurs internationaux. contrairement ? Sv. ‘ipe to à une vie, dont le rythme lent s’accordait parfaitement à la vie étriquée de Jeanne, Bel-Ami a pour cadre un monde parisien trépidant dans lequel le héros, arriviste et séducteur, veut se frayer un chemin.

Changeant et inconstant dans le domaine de l’amour comme dans celui des idées, Georges Duroy se sert de son corps et des femmes pour s’élever, d’où le surnom de Bel- Ami, que Laurine, fillette de Clotilde de Marelle, l’une de ses maîtresses, lui a donné. À travers le personnage, Fauteur nous fait découvrir le milieu du journalisme et de la Haute Banque, sur fond de scandales politico-financiers. Toute l’ascension de « Bel-Ami » se passe à Paris. Au départ, celui- ci est un jeune provincial pauvre qui y monte pour faire fortune.

Après avoir été un petit employé des chemins de fer, il fait la rencontre de Madeleine Forestier, de Clotilde de Marelle, qui seront ses maîtresses dans tout le livre, de M. Walter, le patron u journal La Vie française, et de sa femme. Ces personnages auront une importance majeure dans sa future évolution. Certaines scènes se passent à l’église, comme son rendez- vous avec Virginie Walter à la Trinité et son mariage avec sa fille, Suzanne Walter, à l’église de la Madeleine. C’est dans l’appartement loué par Clotilde de Marelle rue de Constantinople que Duroy et elle se retrouvent.

Duroy finit par y emménager, mais il donne aussi rendez-vous à Madame Walter dans cet appartement. Au début du roman, Duroy vit dans un modeste appartement rue Boursault et emménage 2 appartement. Boursault et emménage ensuite 17 rue de Constantinople, mais après son mariage avec Madeleine Forestier il va vivre chez elle rue Fontaine. Tout le long du roman, Duroy a l’habitude d’aller dans certains lieux comme Les Folies Bergère et le Bois de Boulogne où il est allé se promener avec Madame de Marelle, son amante.

Aux Folies Bergère, il a une amie qui est fille de joie : Rachel. Mais des événements importants se déroulent ailleurs comme la mort de M. Forestier qui se passe à Cannes où il était sous es conseils de son médecin ; sa visite chez ses parents avec Madeleine Forestier à Canteleu, le village où il habitait avant ; et lorsqu’il enlève Suzanne à ses parents et l’emmène à La Roche- Guyon, un village au bord de la Seine entre Mantes et Bonnières. Ils ont désormais acquis le nom de Monsieur et Madame Du Roy de Cantel.

Après avoir séduit Clotilde de Marelle et épousé Madeleine l’intrigante veuve de Charles Forestier, son compagnon de garnison en Algérie et ex-rédacteur en chef de la Vie Française, c’est Mme Walter qui tombe dans ses rets et l’aide à prendre la lace de Charles au journal. Pour essayer de le récupérer quand il rompt, elle lui donne les détails d’une manipulation en cours, un véritable délit d’initié, sur de la dette marocaine dont s’apprêtent à profiter son mari et des ministres et dont il serait l’instrument.

En effet, contrairement à un article de Duroy qui passait pour avoir l’oreille du gouvern 3 l’instrument. avoir l’oreille du gouvernement et qui prétendait que la France n’allait pas intervenir militairement au Maroc, celle-ci colonise le Maroc, garantissant alors sa dette et du même coup enrichissant ous ses détenteurs dont M. de Marelle auparavant informé par Duroy, mais surtout M. Walter, fabuleusement riche, et qu en avait acheté de grandes quantités au rabais. Rendu fou de jalousie par l’enrichissement monstrueux de M.

Walter dû à sa complicité tacite mais secrète – car il aurait sans doute pu choisir de sauver sa crédibilité en publiant le tuyau de Mme Walter plutôt que la fausse information qui lui avait été donnée il envisage alors d’épouser la fille du directeur, Suzanne Walter. Mais pour cela il lui faut se débarrasser de Madeleine qui, opportunément, e trompe avec le ministre des Affaires étrangères (lui aussi enrichi par l’affaire de la dette marocaine) en organisant un flagrant délit d’adultère afin de pouvoir divorcer.

Enfin, il enlève Suzanne afin de l’épouser, bien sûr contre le gré de Mme Walter qui l’aime encore éperdument. Duroy triomphe, il a enfin tout ce dont il a toujours rêvé : la fortune et la notoriété. Son but est atteint, mais il espère encore aller plus loin en visant un poste de député ou de ministre. Et il reste l’amant de Mme de Marelle, la seule femme qu’à sa façon il aime sans doute vraiment. 4