Baudelaire Spleen quandd le ciel bas et lourd

Baudelaire Spleen quandd le ciel bas et lourd

Baudelaire – Spleen (Quand le ciel bas et lourd… ) (1857) Introduction : Spleen est l’un des 4 poèmes qui portent ce titre dans le recueil des Fleurs Du Mal de Baudelaire. Il est un des plus tragique, sombre, angoissant et tragique de Baudelaire. Il y évoque ce sentiment (spleen = rate en anglais), ennui, mélancolie, tristesse nés de la conscience de la mort et de l’étroitesse de la – Correspondance et intériorité A) un tableau état d p g rapprochement entr champs lexical de l’in 18, 19, u ysage extérieur : 16, éléments associés au paysage « ciel, terre, horizon, nuit »

Baudelaire décrit clairement son paysage intérieur en le faisant correspondre à un paysage extérieur. Mais paysage = humide et étouffant on va de l’extérieur vers l’intérieur « quand le ciel sur l’esprit » ton sombre et angoissant B) Claustration et étouffement champs lexical de l’oppression v. 1, 5, 7, 10, 12, 17 comparaisons : ciel = couvercle terre = cachot pluie = barreaux « filets » v. 12 enfermement. Il – Montée en puissance de la crise A) L’esprit en souffrance champs lexical de la souffrance : v. , 3, 4, 8, 14, 16 Baudelaire n’est plus que victime

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’un mal être dévastateur, rôle assif et réduit à un « esprit gémissant » v. 2 Souffrance s’exprime sous forme d’une montée en puissance de la crise Être attentif au mouvement du texte . poème composé de 2 phrases : 1) 4 première strophe, est rythmée par reprise anaphorique du « quand » présence d’enjambement qui accentue le sentiment de progression B) L’esprit vaincu Montée en puissance culmine au v. 13 avec « tout à coup » Mots deviennent encore plus violents « furie » « affreux hurlements » cloches comparées à des esprits errants geignent sans fin

Caractère déchirant de cette plainte et du gémissement accentué par la diérèse (opini/âtrement) sonorités soulignent la souffrance assonances en an traduit caractère lancinant de cette plainte assonance en i traduisent caractère aigu de cette plainte allitérations en k t p traduisent la violence de la crise L’Esprit est vaincu par l’Angoisse qui « plante son drapeau noir » Angoisse victorieuse opposée à l’Espoir vaincu (placé en contre- rejet) défaite de l’esprit marquée r le défilé lent des corbillards v. 17 (lenteur accentué par l’eni 2 DE 2