batille d Al sia

batille d Al sia

batille d Al sia Premium gy 10167620-_ 12, 2015 Le déroulement du siège. Après avoir éssuyer un échec a Gergovie, en avril 52 av J-C. César rejoin (avec ses 6 légions) sont lieutenant (Labiénus, qui a 4 légions) qui est stationné sur le territoire des Lingons ,qui est un peuple resté fidèle a Rome. Il y renforcera une cavalerie de mercenaire germains pour garantir une retraite plus vers Rome. Lorsque les légions romaines battent en retraite Vercingétorix décide d’anéantir l’armée de César avant quelle ne puisse ejoindre Rome.

Mais mi-août l’attaque surprise de la cavalerie Gauloise est mise en échec par la cavalerie de mercenaires germains. Vercingétorix décide Lors du siège l’armée hommes, avec 1 moi Mandubiens qui est I Liarmée de secour, q au or 3 Sni* to View l’oppidum d’Alésia. de plus de 80 000 Idats sajoutent aux Oit venir prendre l’armée romaine a revers. Alors César et ses 10 à 12 légions, soit 40 mille hommes avec 20 000 auxilliaires décide de mettre en place un siège autour de l’oppidum d’alésia.

La Bataille décisive et La Rédition. Suite aux deux échecs précédents, une troupe d’élite de 60 000 hommes est constituée et mise sous le com Swipe to nex: page

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
commandement d’un cousin de Vercingétorix. Vercassivellaunos, le cousin de Vercingétorix, attaque le camp surpérieur de l’armée romaine de nuit. En même temps, la cavalerie Gauloise s’approche des fortifications de la plaine et le reste des troupes est déploier devant le camp gaulois. Les Romains attaqués de tous les côtés commencent à céder,

César envoie alors Labénius enrenfort pour le camp supérier. Les assiégés, désespérant de venir à bout des fortifications de la plaine, tentent l’escalade des abrupts ; ils y portent toutes les machines qu’ils avaient préparées. Ils chassent les défenseurs des tours sous une grêle de traits, comblent les fossés, réussissent ? faire une brèche dans la palissade et le parapet. César envoie d’abord des renforts puis il amène lui-même des troupes fraîches.

Ayant refoulé l’ennemi, il rejoint Labiénus avec quatre cohortes et une partie de la cavalerie tandis que l’autre partie de cette dernière contourne les retranchements extérieurs et attaque l’ennemi à revers. Voyant la cavalerie derrière eux et de nouvelles cohortes approchant, les Gaulois prennent la fuite. Les cavaliers romains leur coupent la retraite et les massacrent. Vercassivellaunos est capturé. Voyant ce désastre, Vercingétorix ordonne le repli de ses troupes. Au signal de la retraite, les troup