Barjavel, le grand secret

Barjavel, le grand secret

Rene Barjavel, Le grand secret Biographie Rene Barjavel est ne en 1911, a Nyons-en-Provence. Apres avoir occupe et quitte divers emplois (pion, demarcheur et employe de banque), il entre a 18 ans au Progres de l’Allier, un quotidien de Moulin. Il rencontre, ensuite, l’editeur Denoel qui l’engage comme chef defabrication. Il collabore a divers journaux comme Le Merle Blanc. De retour chez lui apres la Seconde Guerre mondiale, il publie son premier texte, Ravage (1943), roman cataclysmique dans la veine de La Mort du fer (1931) de Held et deL’Agonie du globe (1931) de Spitz.

Continuateur des romans scientifiques de Regis Messac ou de Maurice Renard, Barjavel innove en publiant LeVoyageur imprudent (1944), avec Saint-Menoux qui traverse le temps au moyen d’un scaphandre…un des premiers romans europeens voues aux paradoxes temporels (a comparer avec Les Temps paralleles de Silverberg ou De temps a autre de Simak). Par la suite, il ecrit une vingtaine de livres, dont Tarendol (1946), Le Diable l’emporte (1959), La Nuit des temps (1968), Le Grand Secret (1973), Les Chemins de Katmandou (1969), L’Enchanteur (1984), La Charrette bleue (autobiographie de 1980)… Il a participe en tant que dialoguiste une vingtaine de films, notamment la serie des Don Camillo. Il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
s’est livre a une passion : la photographie en couleurs. Il est decede en novembre 1985, en laissant l’image d’un auteur de S-F un peu vieilli, voire reactionnaire. La lecture de Beni soit l’atome permet de reconsiderer ce point de vue. Resume Le 17 janvier 1955, le premier ministre de l’Inde est derange par un coup de telephone alors qu’il siege en plein conseil de ministre. A l’autre bout du fil, un scientifique indien de Bombay qui pretend avoir fait la plus terrible decouverte de tous les temps.

Nehru, se rend sur le champ a Bombay, pour constater par lui-meme l’importance de cette decouverte. Immediatement apres Nehru decide de partir en voyage officiel vers les grands de ce monde, le president americain, sovietique, francais, la Reine d’Angleterre, Mao Tse-Teung,… afin de les prevenir de la decouverte indienne. Cette demarche est interpretee par le monde politique comme une volonte de l’Inde de s’ouvrir au monde, mais tous ignorent Le Grand Secret qui se cache derriere tout cela, un effroyable Secret qui va determiner la vie politique mondiale pour les cinquante a venir.

Ce secret sera a l’origine de l’assassinat de Kennedy, de la visite de Nixon en Chine et de bien autres evenements qui auront marque la periode de la Guerre froide. Pendant ce temps-la a Paris, un prometteur jeune scientifique disparait mysterieusement. Sa campagne va tout faire pour le retrouver mais se rend vite compte qu’un immense complot semble lui barrer la route. Jeanne ne doute pas encore que la disparition de Roland est liee au Grand Secret, dont d’ailleurs elle ne connait pas l’existence. Commentaire et contexte d’ecriture

Le grand secret est un roman uchronique paru en 1973 de Rene Barjavel, specialiste francais du genre de la science-fiction. En effet celui-ci prend place dans les annees 50 a 70 et n’hesite pas a utiliser des evenements et des personnages historiques reels et a les detourner en les integrant a l’intrigue du roman. Dans une premiere partie le lecteur suit avec beaucoup de passion et de mystere comment le grand secret se met en place et comment il va influencer tant d’evenements marquants a jamais le XXe siecle.

Suit alors l’enquete acharnee de Jeanne pour retrouver Roland, et comment elle se frotte a plus fort qu’elle avant d’arriver au denouement final loin sur une ile isolee en plein ocean, ou le Grand Secret nous est revele dans toute sa force. Mais helas trop parler de ce secret risque de le devoiler et ainsi gacher la lecture. L’interet suscite par l’intrigue se base justement sur le mystere entourant toute l’affaire, et ainsi, lorsque dans la derniere partie du roman tout est devoile, l’intrigue qui elle continue perd fortement de son charme.

Ce grand mystere fait donc a la fois la force et la faiblesse de ce roman de Barjavel. La derniere partie est souvent consideree par de nombreux lecteurs comme decevante, mais de plus c’est celle qui a le plus vieillie. Dommage, car jusque-la le roman atteignait quasiment la perfection. uchronique : (wikipedia) L’uchronie est une evocation imaginaire dans le temps. En litterature, c’est un genre qui repose sur le principe de la reecriture de l’Histoire a partir de la modification d’un evenement du passe. On utilise egalement l’expression « histoire alternative » (alternate history) ou histoire contrefactuelle.

Lorsqu’elle est associee a des moyens techniques qui permettent de remonter dans le temps et donc de modifier le passe, l’uchronie est directement associee au genre de la science-fiction. L’auteur d’une uchronie prend comme point de depart une situation historique existante et en modifie l’issue pour ensuite imaginer les differentes consequences possibles. A partir d’un evenement modifie, l’auteur cree un effet domino (terme anglo-saxon couramment utilise : effet papillon) qui influe sur le cours de l’Histoire.

Autre commentaire Il implique enormement de personnalites celebres du siecle dernier ainsi que de nombreux evenements historiques restes inexpliques comme l’assassinat de Kennedy, la disparition des parachutistes francais pendant la guerre d’Algerie, etc. La premiere partie du livre tient plutot du roman policier ; le narrateur nous pose une multitude de questions et nous propose une dizaines de piste differentes, mais au fur et a mesure de la lecture, le livre se transforme en roman d’aventures.

Ici, Barjavel reste fidele a la tradition qui a fait son succes, en mettant une nouvelle fois en scene un homme qui a l’occasion d’obtenir un bonheur immense mais qui, a cause de sa soif de pouvoir, finit par tout gacher. Remarque : Barjavel est un fabuliste engage : il ecrit en reaction contre la defabulation ambiante, engendree par le progres : « L’humanite devint raisonnable et scientifique. Les fees disparurent… » (Peniche, p. 36).