Balzac

Balzac

Appréciez le rôle joué par les contrastes dans la première partie du Père Goriot de Balzac Tout au long de cet essai, on va examiner le rôle joué par les contrastes dans la première partie du Père Goriot de Balzac. Ce roman est un exemple de roman réaliste. On pense qu’afin de plonger dans cet essai, on doit examine l’idée d’un roman réaliste. Qu’est- ce qu’un roman réaliste ? D’après Kerlouégan, « Stendhal et Balzac, les premiers, vont peu à peu infléchir le roman historique vers la peinture de la société.

C’est que le romancier réaliste veut être historien en étant romancier 1 (p. 28)». On note u’il parle du contenu et aussi il parle de la « manière de raconter les faits 2 (p. 28)». On décrit ce type de roman comme « un roman S to « ext des réalités » qui trai types humains et soc modèles 3 (p. 68)»_ D’ modernité de son œ faits vrais et contem S. v. p next page t le gout pour les nit de nouveaux ac souligne la le relate de terribles e constitue comme investigation du réel 4 (p. 36)».

En conclusion, l’opinion commune émise provenant plusieurs critiques est que « ce drame

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
n’est ni une fiction ni un roman. All is true, il est si véritable que chacun peut en reconnaitre les éléments chez soi, dans son cœUr peut ?tre5 (p33 être5 0)335)». On va étudier le rôle des contrastes dans la première partie du Père Goriot de Balzac. On va explorer le sujet sous trois aspects : le cadre, les personnages, la personnalité de Vautrin. Ainsi que d’explorer la raison voulue par l’utilisation de cette technique de contrastes. Pour commencer, expliquons ce qu’on entend par cadre.

Si on resitue Le Père Goriot, l’histoire se déroule à Paris dans le XIXe siècle et nous amène « dans deux univers où, de la même manière, l’argent fait ou défait l’homme. Dans ces deux mondes, être c’est posséder et surtout paraitre 6″. Comme conséquence du rôle joue par l’argent dans la société, il apparait que deux couches sociales émergent dans le Paris de cette époque, une riche et une populaire. Dès le départ dans la présentation du père Goriot, on peut ressentir l’importance du cadre matérielle et pécuniaire de la dites société.

Pendant sa première année à la maison, le père Goriot se trouve au premier étage parce qu’à l’époque, il avait de l’argent. On note qu’au début le père Goriot donnait l’impression d’être riche, ce qui donne des idées à Mme Vauquer qui avait de vagues espérances de se marier à lui. On peut donc suivre rappauvrissement progressif de Goriot ; le personnage tombe petit à petit dans un état de déchéance et de décadence. Quand elle apprend que Goriot n’a pas de fortune, son attitude change de tout au tout.

Le narrateur nous r 2 Goriot n’a pas de fortune, son attitude change de tout au tout. Le narrateur nous révèle son change d’attitude envers le père Goriot avec des phrases comme « La veuve Vauquer voulut être payée d’avance ; à quoi consentit monsieur Goriot, que dès lors elle nomma le père Goriot 7 (p. 75)». « Balzac nous montre très clairement comment la perception et l’attitude des gens ar rapport à un autre personnage changent en fonction de sa richesse ou de sa pauvreté8 b.

Le deuxième aspect qu’on va considérer est le personnage, spécifiquement le contraste entre père Goriot et Vautrin dans le première partie de ce roman. Goriot et Vautrin sont unis par le thème de la paternité, mais les deux sont séparés dans leur approche à la notion de la paternité. D’après Duguet « Goriot Vit une existence plus haute à travers les plaisirs de ses filles » tandis que Vautrin « cherche à vivre à travers les « jeunes gens » que son désir et sa soif d’ « amitié » lui ont fait élire 9 (p. 79)».

On note que le mot « sacrifice » est associé avec Goriot. Il se sacrifie pour ses filles. Encours une fois on consulte à Duguet • D’après l’auteur, en expliquant cette notion, on doit examiner le champ lexical « de la possession dans discours de Goriot « N’est pas mon sang ? »; «c’est moi qui SUIS l’auteur de ta joie, comme je suis l’auteur de tes jours » ; «c’est moi qui ai fait cet amour de femme» 10 (p. 380)». Avec Goriot nous sommes en p 3 jours » ; «c’est moi qui ai fait cet amour de femme» 10 (p. 380)».

Avec Goriot nous sommes en présence d’un cas typique de aternité : ils donneraient le monde pour satisfait leurs filles. Par contraste, Vautrin s’attaque à l’absence d’une figure paternelle dans la VIe de Rastignac. Le manque d’une figure paternelle laisse la voie ouverte à Vautrin. Il veut utiliser Rastignac pour son propre avantage. Balzac veut montre à nous, avec le contraste entre les deux personnages, que « l’existence humaine est une sorte de drame On peut noter que chaque personnage relie à un groupe des gens particulaire.

Cette idée illustre le point qu’il est un auteur réaliste. Finalement, on va penser à la personnalité de Vautrin et son ambigufté. Le personnage de Vautrin permet Balzac d’avancer l’idée de contraste dans la première partie. L’opinion commune émise provenant plusieurs critiques est que dès le départ Balzac représente Vautrin comme un personnage avec dédoublement de la personnalité, une bonhomme et une méchante. On a l’impression que le personnage de Vautrin est un personnage extraordinaire qui a une profondeur effrayant. ? On voit que Balzac se sert fréquemment de l’antithèse dans les descriptions de Vautrin. » 11 Cette idée nous montre encore que Balzac se concentre sur la notion des contrastes dans la première partie de ce roman. On doit examiner le champ lexical associe avec lui afin de compren 4 partie de ce roman. On doit examiner le champ lexical associe avec lui afin de comprendre l’ambivalence de son personnage. Premièrement, on va examiner son portrait physique qui est lié à un portrait moral. On découvrit qu’il est un homme musclé et bien bâti.

Il est caractérisé par la force, la puissance. Quand on voit au champ lexical associe avec sa personnalité, on note qu’il y a deux listes qui contraste : mort « sang-froid imperturbable bafouer « fouetter « mystère » et deux- « il avait prêté plusieurs de Fargent », « bonhomie », « constante omplaisance « obligeant », « rieur et « gaieté Les deux listes sont complètement différentes, des antonymes. Son personnage est fondé sur ambiguïtés mais maintenant on doit poser la question : Pourquoi a-t-il décidé d’utiliser contraste avec la personnalité de Vautrin ?

Il crée une atmosphère mystérieuse dans le roman. Balzac est un réaliste, d’après Duguet: « II croit en effet que le réel est connaissable, que l’écrivain a pour rôle de le communiquer de la façon la plus juste possible. D’où cet art du portrait où se multiplient les détails physiques ces descriptions réalistes où pointe le sens du détail, ces ccumulations, ce vocabulaire cru qui épouse les situations pour leur donner plus de vérité 12 (p. 31 Ce point est approprié parce que dans le monde réel, on doit passer le temps afin de comprendre des autre gens.

S parce que dans le monde réel, on doit passer le temps afin de comprendre des autre gens. Dans la même façon, on doit passer le temps afin de comprendre le personnage de Vautrin à cause de l’énigme. En conclusion, dans cet essai, on vient de parle du rôle Joué par les contrastes dans la première partie du Père Goriot de Balzac. On examine cette idée sous trois aspects : cadre, personnages, t la personnalité de Vautrin. Pourquoi emploi-t -il l’utilisation du concept de contraste ?

Ayant étudie cette question, on découvrit que Balzac est une réaliste. Il applique l’idée du contraste pour se plaire le lecteur avec le livre. Les contrastes sont un aspect du monde réel et ensuite il crée une ambiance réelle avec ambigüité. Balzac avance le concept qu’on vie dans un monde avec bien et mal. Bibliographie 1. BALZAC : Le Père Goriot, Paris, Librairie Générale Française, Ed. 13, 2013. 2. DUGUET, Valérie: Petits Classi ues Larousse : Le Père Goriot, pans, Larousse, 2001, p. 31 o.