Bacblanc2

Bacblanc2

Commentaire Antigone d’Anouilh est une réécriture d’un mythe gréco-romain. Anouilh propose en 1944 une nouvelle version de la légende, cette fois-ci théâtralisée, comme Sophocle le fit à l’époque de la Grèce Antique. Cette pièce de théâtre a été écrite et joué pendant la seconde Guerre Mondiale, sous [‘occupation allemande. Anouilh conserve les mêmes personnages ainsi que le même dénouement de la pièce. Cette pièce fait parti du mouvement littéraire de l’absurde. Ce mouvement du XXème siécle se caractérise par la volonté de prouver que l’existence est dénuée e sens, a causse horreurs de la seconde guerre mondiale.

Swipe to page Antigone d’Anouilh s principal, Antigone, d toujours le même dé présent est la Tirade plusieurs personnag or 3 longe le personnage Antigone conserve lynice. L’extrait est composé de e le déroulement de la pièce. Lorsque nous lisons cette tirade, il nous vient une question: « Pourquoi la tirade du Choeur 2 est-elle une représentation de l’absurde?  » Pour répondre a cette question, nous nous concentrerons d’abord sur la machine, qui pour Anouilh, représente la tragédie et, ensuite, nous nous attarderons ur le message que Anouilh fait passer à travers le Choeur.

Pour dénoncer la tragédie, Anouilh compare celle-ci à un objet mécanique concret. Le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
champ lexical de la mécanique: « ressort », « bien huilé », « minutieux » permet de nous faire comprendre que la tragédie a une fin prévue, connue et voulue voulue. La tragédie est comme une énorme machine faite pour détruire Antigone. Les instruments permettent aux dieux de blesser Antigone sont « La mort, la trahison, le désespoir » ils sont destinés abattre physiquement et mentalement Antigone. Dans cet extrait, le Choeur vante les bienfaits de la tragédie et a facilité de lancement.

Toutes les petites phrases comme « Cela roule tout seul », « On est tranquille » ou encore « Après, on n’a plus qu’a laisser faire » seraient appropriées pour une publicité de voiture mais Anouilh préfère utiliser ces phrases pour la tragédie qui est, malheureusement pour Antigone, sans faille. Selon le choeur, à travers lequel transparait l’opinion et la pensée d’Anouilh, la tragédie se lance toute seule, il donne même le mode d’emploi de cette machine: « On donne le petit coup de pouce pour que cela démarre ». Ceci nous permet de comprendre ue cette machine est fiable et permet facilement la mort d’autrui.

La machine avec laquelle est comparée la tragédie pourrait être une montre a gousset, très rependu a Vépoque où Anouilh écrit cette pièce. La seconde phrase du texte le prouve : « Maintenant le ressort est bandé » car, la particularité des montres a gousset est de posséder un ressort qu’il faut remonter, « bander » tout les jours. Cette montre symbolise la vie d’Antigone qul, lorsque la montre s’arrêtera, mourra. Mais cette machine crée pour détruire les humains en un temps imparti n’a telle pas déjà existé?

Dans cette tirade du Choeur le message que nous fait passer Anouilh est clair mais implicite à cause de la censure nazie. La machine décrit par le choeur est l’Holocauste. L’ho implicite à cause de la censure nazie. La machine décrit par le choeur est I’Holocauste. L’holocauste est l’extermination méthodique et calculé des Juifs d’Europe. Cette machine infernale a été construite par les nazis, qui ont industrialisé la mort en créant les camps d’extermination. La montre fait partie de l’holocauste car les nazis avaient un temps imparti pour tuer les juifs.

L’adjectif « minutieux » qui qualifie la machine, décrit donc l’halocauste car les nazis ont calculé pour exterminer avec beaucoup de précision les juifs. Beaucoup d’interjections et de phrases courtes caractérisent cette tirade, telles que « Et voilà », « Cest tout » ou encore « C’est propre la tragédie » permettent de comprendre l’inquiétude du Choeur qui, par cet amoncellement, essaye de ce mentir à lui même pour se cacher la vérité. Le choeur est fataliste, trait qui est particulièrement présent dans rabsurde la phrase : « on sait qu’il n’y a plus d’espoir, le sale espoir ».

Ainsi, Anouilh dénonce l’horreur nazie implicitement. Les mots et expression comme « Holocauste » ou « camps d’extermination » ne sont pas dit mais si nous comprenons la pensée d’Anouilh, nous constatons qu’il a eu le courage d’exprimer sa pensée malgré l’occupation allemande. Nous pouvons mettre cet oeuvre en relation avec « The dictatof’ de Charlie Chaplin qui dénonce le régime nazi bien avant qu’il commette l’horreur absolue. On peut aussi mettre cette oeuvre en relation avec « Si c’est un homme » de Primo Levi ou l’auteur exprime le même point de vue qu’Anouilh.