Bac latin ariane et bacchus

Bac latin ariane et bacchus

Ariane et Bacchus (v. 525-548) Livre I Traduction : (525)Gnosis : Ariane / fille de Gnosis errabat : errait amens : hors d’elle in ignotis harenis : sur des rivages inconnus (526)Qua : La ou brevis : la petite Dia : ile de Dia feritur : est frappe aquis aequoreis : par les eaux marines (527)Utque : et comme Erat e somno: elle etait hors du sommeil tunica velata(p. asse. passif) : vetu d’une tunique recincta : denouee (528) Nuda pedem : pieds nus (nu quant aux pieds) Comas croceas : ses cheveux couleur de safran Inreligata : sont delies (p. p. passif) (529) clamabat : elle criait ad undas surdas : aux flots sourds Thesea crudelem : la cruaute de Thesee (530 : abl. bs) imbre : une pluie rigante : baigant teneras genas : ses tendres joues indigno : versee pour l’indigne (531)clamabat : elle criait Flebatque : et pleurait Simul : a la fois, sed utrumque : mais l’un et l’autre decebat : lui allait tres bien (532) Non facta est : Elle n’est pas rendue turpior : plus triste illa suis lacrimis : par ses larmes (533) jamque iterum : et deja, pour la seconde fois tundens

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
mollissima pectora : frappant sa tendre poitrine palmis : de ses mains (534) « Perfidus ille abiit ; : il est parti le perfide qui mihi fiet ? » ait : que va-t-il m’arriver ? dit-elle (535) « qui mihi fiet ? » ait : que va-t-il m’arriver ? it-elle cymbala sonuerunt : les cymbales sonnerent (536) toto litore : sur tout le rivage ,et tympana adtonita : les tambourins en liesse plusa manu : frappes par la main (537) Excidit illa : elle s’evanoui metu : de peur rupitque : elle ne prononca plus novissima verba : de nouvelles paroles (538)Nullus erat : Il n’avait plus sanguis : de sang in exanimi corpore : dans ce corps inanime (539) capillis sparsis : les cheveux laches in tergas : dans le dos, Ecce Mimallonides : voici les Mimallonides (540) Ecce leves satyri : voici les legers satires, turba: la foule praevia dei : precede les dieux : (541)Ecce Silenus : Voici Silene senex ebrius : le vieillard ivre vix sedet : a peine assis pando asello : sur le petit ane a echine recourbe (542)et continet : et il retient arte : avec habilite ©Etienne Marchal – Tous droits reserves – Utilisation uniquement dans un cadre prive. ubas pressas : la criniere serree (543) Dum sequitur Bacchas, : pendant qu’il suit les Bacchantes Bacchae fugiuntque : et que les Bacchantes le fuient petuntque : et cherchent a l’atteindre (l’harcelent) (544)Dum malus : Pendant que le mauvais eques : cavalier urget : presse quadrupedem : sa monture a quatre pattes ferula : avec la ferule (545) cecidit : Il s’avanca asello aurito : sur l’ane aux grandes oreilles delapsus : et tomba (p. p) In caput : sur la tete. (546) Clamabant satyri : les satires crierent « surge age »: leve toi allons « surge pater » : leve toi pere (547)Jam deus in curru : et deja le dieu sur le char texerat : dont il avait recouvert quem summum : le sommet uvis : de treille (raisins) (548) dabat : il donnait aurea lora : les renes dorees tigribus adjunctis : aux tigres atteles. Commentaire de texte resume : Presence d’une digression : on s’eloigne du sujet de l’art d’aimer avec Ariane et Bacchus, mais qui introduisent la suite de l’? uvre. Ovide s’ecarte des voies traditionnelles.

Il decrit une jeune fille eploree, sans defense, abandonnee par Thesee. Il utilise ainsi du registre pathetique (ex : lacrimis ), provoquant la compassion du lecteur, et le champ lexical du desespoir (ex : tundens mollissima pectora ), Arrivee brutale et bruyante du cortege de Bacchus (Mimallonides/Bachantes, satyres, Silene) avec les alliterations en « t » et les « ecce » traduisant une agitation. (toto litore) Le vers 547 constitue uniquement de spondee donne une majestuosite au vers s’apparentant a l’arrivee soudaine. Reference a Bacchus car le vin est un moyen de conquerir les jeunes filles. ©Etienne Marchal – Tous droits reserves – Utilisation uniquement dans un cadre prive.