Au cœur des ténèbres – Joseph Conrad –

Au cœur des ténèbres – Joseph Conrad –

Au c?Ur des ténèbres est un roman de jouées concorda appartenant au registre romantique. Ce mouvement né fin suivisme, explore les différents arts pour exprimer les états de l’âme. L’introspection est quelque chose de récurrent dans l’?ouvre de jouées concorda qui est aussi un précurseur de l’existentialisme ; si ses personnages sont désenchantés, ils ne renoncent jamais à affronter la vie. Ce roman est, comme beaucoup d’??uvres de concorda, basé sur l’aventure, notamment marine qu’il tire de sa propre carrière.

En quoi Au c?Ur des ténèbres est-il un roman d’aventure ? L’étude dans un premier temps de revenue géographique de amoral, personnage principal de l’histoire, nous permettra ensuite d’analyser en quoi son voyage est aussi une aventure intérieure. Dans cette ?ouvre plusieurs éléments propres aux romans d’aventure apparaissent. amoral, personnage type, voyage en terre inconnue. « Nous avancions à l’aventure sur une terre préhistorique, sur une terre qui offrait l’aspect d’une planète inconnue. » p. 8 amoral est ici un explorateur consacrant sa vie voyager, visiter et découvrir des terres encore inexplorés. Il est ce personnage qui rêve et contemple à l’aide de cartes, fasciné par l’ailleurs. Il s’émerveille et montre son engouement face l’inconnu. Le fleuve et la forêt

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sont aussi des éléments du roman d’aventure. En parcouru Sui # toi page parcourant le fleuve, amoral s’enfonce de plus en plus profondément dans la forêt, au c?Ur des ténèbres, là où les choses en l’absence de lumière prennent un nouveau relief, où l’imagination s’envol.

Ainsi, en remontant le fleuve, il lui semble remonter le temps et se retrouver dans un lieu préhistorique. Ce livre est aussi un roman d’intrigue à suspense où le centre d’intérêt principal est l’action. On observe d’ailleurs une multiplication des péripéties violentes, parfois au détriment de la vraisemblance. Le personnage de quartz en est un exemple type Il est représenté en une voix presque divine, son existence est presque surnaturelle et ses actions, décisions sont toujours des plus mystérieuses ; il est un être relevant du fantastique. citait comme si une figuration animée de la mort, sculpté dans un vieil ivoire, brandissait les mains en proférant des menaces contre une loué immobile de figure de bronze sombre et brillant » p. 129. Les personnages sont nombreux, et appartiennent à un schéma activaient propre aux romans d’aventure. amoral doit récupérer quartz pour une compagnie, il reçoit pour cela l’aide des agents de cette compagnie et s’oppose pour réussir à une ethnie.

Ce livre peut donc être présenté comme une sorte de quête à objectif, amoral souhaite retrouver quartz Un registre dramatique est aussi très présent dans l’?ouvre. J. concorda fait références à une réalité aussi bien historique que géographique. 2 ‘?ouvre. J. concorda fait références à une réalité aussi bien historique que géographique. En effet, on retrouve des similitudes avec sa propre aventure sur le fleuve congé.

Ce roman mêle littérature d’imagination et littérature réaliste, récit imaginaire et récit de voyage. Par ce procédé, J. concorda créé une ambiance fantastique, qui entraîne une perte des repères ; les personnages ne savent pas où ils sont et se transforment. « j’essaya de rompre l’enchantement pesant et muet du monde sauvage – qui semblait pâtirez vers son sein sans merci en veillant des instincts brutaux endormis, en ravivant le souvenir de passions monstrueuses et assouvies. « p. 42 La forêt est dangereuse comme le fleuve, les personnages risquent de mourir, de se noyer dans les ténèbres et de ne pas atteindre leur objectif : retrouver quartz Le voyage dans les territoires sauvages de l’affaire pour récupérer le responsable d’un comptoir commercial devient une plongée dans l’inconscient. Les événements vont transformés les personnages. En cela, ce voyage sur le fleuve devient pour amoral une aventure intérieure. Le voyage de amoral devient une quête initiatique. Dans un premier temps il découvre le délabrement des comptoirs et l’horreur de l’esclavage. Ils mouraient à petit feu – c’était très clair. Ce n’étaient point des ennemis, ce n’étaient point des criminels, ce n’étaient plus rien de ce monde-ci désormais ? plus rien que des ombre 3 point des criminels, ce n’étalent plus rien de ce monde-ci désormais – plus rien que des ombres noires de maladies et d’inanition, gisant pelé-mêle dans l’ombre verdâtre. » p. 38 amoral est frappé d’horreur par ce qu’il voit ; J. concorda dénonce ici la ânerie dont étalent traités les noirs dans les colonies.

Puis il est confronté au personnel de [entreprise dont la plupart ne sont l que pour s’enrichir ; la soif de richesse les déshumanisé. Au fur et à mesure de sa navigation, son désir de rencontrer quartz grandit. Ce dernier est présenté comme un personnage remarquable, proche du divin. « Le personnage assainirait en une voix. » p. 103 L’ambiance sur le fleuve porte amoral à la rêverie, quand il n’est pas occupé à travailler il se représente quartz comme un « prophète Pendant son voyage, il subit une série dépressives orales et physiques qui l’amène à réfléchir sur le monde, sur sa personne, sur la condition humaine.

Le chemin que suit amoral le long du fleuve se révèle être un voyage au fond de l’âme. « L’esprit de l’homme est capable de tout ? parce que tout y est contenu, tout le passé comme tout l’avenir. Que avait-il là-dedans après tout ? De la joie, de la peur, du chagrin, du dévouement, du courage, de la fureur – qui peut le dire ? Mais de la vérité ? de la vérité dépouillée de son manteau de temps. » p. 79 amoral découvre combien l’humain peut être empreint de brutalité. AI trouve au c?Ur des ténèbres l’horreur 4 découvre combien l’humain peut être empreint de brutalité.

AI trouve au c?Ur des ténèbres l’horreur déchaînée par le réveil d’instincts primaires, « préhistoriques Il a été fasciné par l’image de quartz qu’il croyait être presque divine et qui se révèle être l’image du mal ; il ne cherche que le pouvoir, la fortune, et la gloire. Cela ramène à s’interroger, se remettre en question. En observant la noirceur cachée de quartz, amoral va découvrir cette vérité sur l’homme qui est sa sauvagerie. Le roman de J. concorda est une quête de sens qui s’inspire de signes bibliques.

Le fleuve sur lequel amoral navigue serpente semblablement à un serpent tentateur. C’est d’ailleurs ce même fleuve qui l’attire au début et le pousse à effectuer son voyage. « Mais il y avait là un fleuve en particulier, un fleuve énorme que l’on voyait sur la carte, tel un immense serpent délave, la tête dans la mer, le corps au repos, s’incurvant longuement par une vaste contrée, la queue perdue dans les profondeurs du continent. » p. 19 amoral défend quartz car il le croit proche du divin. quartz est un être de langage, une légende qui n’apparaît que par la seule magie de la parole.

Seulement la réalité fait voler en éclats le mythe qui s’était construit autour de celui-ci : le divin personnage dès lors qu’on le rencontre, n’est qu’un monstre proche du diable. Et lorsque amoral plonge dans l’âme de quartz, il manque de s’ noyer. AI en ressort éprouvé. « Ce n S lorsque amoral plonge dans l’âme de quartz, il manque de sa noyer. Il en ressort éprouvé. « Ce n’était pas mes forces qui avaient besoin d’être restaurées, c’était mon imagination qui avait soin d’être apaisée. » p. 1 52 Son voyage a été une épreuve bien plus morale que physique ; il la transformé à tout jamais.

Au c?Ur des ténèbres de J. concorda est bien plus qu’un roman d’aventure. Le parcours des personnages nous invite à réfléchir sur la condition humaine. Si au début le roman semble être une aventure classique, quand on progresse dans l’?ouvre, l’aventure se transforme en quête intérieure puis, la situation se dégrade, et finie en une réflexion sur l’humanité. Les personnages sont alors mis à nue et la profondeur de leur âme dévoilée : la plupart ‘entre eux ne pense qu’au pouvoir, à la fortune, et à la gloire.