Astronomie Et Rayonnement Synthe Se De Documents

Astronomie Et Rayonnement Synthe Se De Documents

SYNTHESE DE DOCUMENTS SUJET 1 : L’astronomie multi-longueur d’onde Extraits de programme concernés : Extraire et exploiter des informations sur l’absorption de rayonnements par l’atmosphère terrestre et ses conséquences sur robservation des sources de rayonnements dans l’Univers. Extraire et exploiter des informations sur • des sources d’onde ors – un dispositif de dét io Sni* to View Banque de documen utilisations ; Document na 1 : un exemple d’observation multi-longueur d’onde : l’étoile binalre Aqulla X-l Source : http://•wvuw. obs-hpfr/visites/expos/xi_panneau. ml Aquila X-l, située à 8500 années-lumière de la Terre dans la Constellation de l’Aigle, est une étoile binaire. Ce système remarquable émet des rayons X de façon temporaire pendant deux mois chaque année environ. En observant depuis plusieurs années simultanément en rayons X et en lumière visible, on arrive à comprendre peu à peu ce qui se passe là-bas, très loin dans notre Galaxie. lesquelles l’atmosphère est opaque (grisé) ou transparente, en fonction de la longueur d’onde et de l’altitude Document na3 : L’expérience HIREGS : une détection en altitude es rayonnements de haute énergie Source : http://sprg. sl. berkeley. edu/balloon/ « Le spectromètre HIREGS est utilisé pour détecter les rayons gamma et les rayons X provenant d’éruptions solaires et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’objets de notre Galaxie tels que des trous noirs et des étoiles ? neutrons. Pendant près de deux mois, l’équipe scientifique d’HlREGS a préparé l’instrument pour son vol en ballon-sonde, complètement automatisé, tout autour du cercle polaire au dessus de l’Antarctique.

Le ballon-sonde, gonflé à Ihélium atteint un diamètre de 400 ieds au maximum et s’élève à une altitude de 130 000 pieds. En suivant les vents de haute altitude, il parvient à réaliser le tour du continent Antarctique en 10 à 20 jours. Le cœur de l’instrument est un panneau de 12 cristaux semi- conducteurs de germanium qui est capable de détecter des photons X et gamma : l’interaction de ces rayonnements avec les cristaux produit de faibles signaux électrique détectables.

L’information provenant de chaque détecteur est enregistrée et stockée sur un ordinateur à bord ainsi que les températures, uissances et autres données permettant de déterminer l’état de l’instrument. » Donnée : 1 pied 0,3 m 1936) est un réseau de télescopes installés en Namibie pour étudier les rayons gamma cosmiques d’énergie comprises entre 100 milliards et 50000 milliards d’électrons volts. Les instruments spatiaux ne sont pas en mesure d’étudier les rayons gamma de plus de quelques centaines de milliards d’électrons-volts (domaine dit des très hautes énergies).

En effet, les surfaces de détection des télescopes gamma, embarqués ? ord de satellites sont de l’ordre du mètre carré, alors que les flux typiques de sources de rayons gamma de très haute énergie sont de l’ordre d’un photon par kilomètre carré et par seconde. Il est cependant possible d’étudier indirectement les rayons gamma de très haute énergie depuis le sol en détectant la gerbe des particules qu’ils produisent dans les hautes couches de l’atmosphère. Quand les photons de très haute énergie interagissent avec les hautes couches de l’atmosphère, ils créent des gerbes de particules secondaires.

En se propageant dans l’air, ces articules relativistes produisent un très bref flash lumineux (voir illustration ci-dessous). En enregistrant cette bouffée de lumière au moyen d’une caméra placée au foyer d’un grand miroir parabolique, on obtient une image de la gerbe dont l’étude permet d’estlmer la direction d’arrivee et l’énergie du photon qui l’a créée. HESS a dressé la première carte détaillée des sources de rayons gamma de très haute énergie de la Voie Lactée. La plupart de ces sources sont des vestiges de supernova observées également par des télescopes.

Mais HESS a également découvert de nouvelles classes d’objets cosmiques émetteurs de rayons gamma de très hautes énergies, comme des amas d’étoiles jeunes. » Données : Conversion électron-volt / joule : lev 1,6. 10-19 J Éno amas d’étoiles jeunes. » Données : Conversion électron-volt / joule : lev= 1,6. 10-19 Énoncé Synthèse : L’astronomie multi-longueur d’onde Les physiciens, astrophysiciens et ingénieurs développent sans cesse de nouveaux instruments pour explorer l’Univers.

Ces instruments sont toujours plus perfectionnés et déploient des echniques d’observations de plus en plus diversifiées. À l’aide des documents et en utilisant vos connaissances, rédiger, en 30 lignes maximum, une synthèse argumentée répondant à la problématique suivante : Pourquoi l’Homme cherche-t-il à inventer de nombreuses stratégies pour observer l’Univers qui l’entoure ? Pour cela, vous commencerez par expliquer brièvement ce que signifie le terme « astronomie multi-longueur d’onde » et ce qu’est un détecteur.

Ensuite, vous expliquerez pourquoi il est intéressant d’observer toute la gamme du rayonnement ?lectromagnétique provenant de l’Univers et vous exposerez les deux types de solutions présentées par les documents pour parer au problème d’absorption des rayonnements par l’atmosphère terrestre (pour chaque solution, vous présenterez le type de solution proposée et Ie(s) détecteur(s) qui la met(tent) en œuvre, vous justifierez en quoi la solution proposée est efficace, vous préciserez le type de rayonnement pour laquelle cette solution est nécessaire).

En conclusion, vous répondrez à la problématique et évoquerez d’autres méthodes d’investigation de « Univers. PAGF