article

article

Une lecture dévorante L’histoire prenante du roman « On ne voyait que le bonheur » de Grégoire Delacourt. Le livre parle d’un homme, nommé Antoine qui raconte à son fils Léon et à son psychologue sa vie. Antoine a eu une enfance très difficile après le départ de sa mère qui l’a abandonné jeune suite au décès d’une de ses sœurs. Grégoire Delacourt est un écrivain et publicitaire, né en 1960 à Valenciennes.

Il a écrit 4 livres, son premier publié en janvier 2011. Le livre commence p sur la première parti petits chapitres. J’aim mol qui ne suis pas u e lire sans couper e vie puis enchaine cinquantaine de apitres courts car next page vais m’arrêter re. Chaque titre de chapitre représente une valeur le plus souvent une somme d’argent correspondant au prix de l’action décrite et de la scèn Swige to next page scène du chapitre.

J’ai beaucoup apprécié ce roman car les réponses à nos questions sont dite plus tard dans le livre ce qui fait durer le suspense et donne au lecteur encore plus envie de finir le livre pour savoir la fin. Ily a un passage que j’ai bien aimé et qui pour mol est totalement vrai

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et décrit très bien le itre du roman, c’est quand Antoine dit que sur les photos on ne voit pas l’amour bref et infini, immense et tragique mais qu’on voit seulement en image un amour parfait, qu’on ne voit pas ses larmes, ses insomnies, le mal qui infusait on ne voit que le bonheur.

Ce que j’aime aussi dans ce livre c’est que l’histoire en même temps d’être triste et humoristique ce qui pour moi montre que ce n’est pas parce quelque chose va mal qu’on doit voir du négatif au contraire il faut voir le bon côté des choses et sourire à la vie. J’ai trouvé la vie d’Antoine très dur et émouvante, l a su relevé la tête et profiter de la vie avec tous les drames qui lui sont arrivés ce qui montre bien le sens de la phrase « Alors, finalement, no 2 drames qui lui sont arrivés ce qui montre bien le sens de la phrase « Alors, finalement, nos vies valurent la peine. ? qui conclue bien la fin du roman. Malgré que j’ai trouvé la scène ? la fin de la première partie choquante elle m’a cependant fait comprendre que Antoine a fait ça par amour et non par envie de faire du mal ce qui résume bien la phrase après la chute de a partie « Le désir de tuer ou de se détruire et de tout détruire autour de soi est toujours doublé d’un immense désir d’aimer et d’être amé, d’un immense désir de fusion avec l’autre et donc du salut de l’autre. ‘est une citation touchante que j’aime beaucoup. Je trouve que l’histoire est un peu inspirée d’histoire vrai de familles séparés, d’enfant abandonnées, je pense que les personnes dans ce cas-là aimerai beaucoup le roman et y trouverais peut être du réconfort. J’ai donc beaucoup aimé ce livre et pour moi Grégoire Delacourt mérite d’avoir le prix Goncourt. 3