Art de reza

Art de reza

Editions OPHRYS et Association Revue Francaise de Sociologie Sur l’action economique Author(s): Jean Cuisenier Source: Revue francaise de sociologie, Vol. 10, Numero Special: Les Faits Economiques (1969), pp. 575-584 Published by: Editions OPHRYS et Association Revue Francaise de Sociologie Stable URL: http://www. jstor. org/stable/3320221 Accessed: 21/10/2009 07:21 Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of JSTOR’s Terms and Conditions of Use, available at http://www. jstor. org/page/info/about/policies/terms. jsp.

JSTOR’s Terms and Conditions of Use provides, in part, that unless you have obtained prior permission, you may not download an entire issue of a journal or multiple copies of articles, and you may use content in the JSTOR archive only for your personal, non-commercial use. Please contact the publisher regarding any further use of this work. Publisher contact information may be obtained at http://www. jstor. org/action/showPublisher? publisherCode=ophrys. Each copy of any part of a JSTOR transmission must contain the same copyright notice that appears on the screen or printed page of such transmission.

JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms of

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
scholarship. For more information about JSTOR, please contact [email protected] org. Editions OPHRYS et Association Revue Francaise de Sociologie is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Revue francaise de sociologie. http://www. jstor. rg R. franc. Sociol_ X. 1969,575-584 JEANCUISENIER Sur l’action economique On ne peut se dispenser, si on veut traiter en sociologue les faits economiques, de se demander, des les debuts de la reflexion, dans quelle mesure ces faits sont specifiques ou relevent d’une theorie generale de ‘action. Comme discipline scientifique, I’Economique, certes, n’est pas muette sur ce point. Les savoirs accumule’s sous ce titre laissent mal transparaltre, toutefois, comment le systeme economique fonctionne dans le systeme social.

Ce que les economistes, en effet, signifient generalement par economie, ce qu’un Marshall ou un Harrod, par exemple, determinent comme activites humaines l’objet propre de leurs investigations, ce sont les ;(3). Peut-on admettre, d’emblee, que le traitement sociologique des faits economiques consiste & montrer que le systeme economique tire sa specificite de la position qu’il occupe dans le systeme social ? Faut-il, au contraire, soumettre ces vues a critiques, rechercher, en consequence, comment, dans chaque culture, I’action economique se differencie et se specifie, comment le systeme economique s’autonomise ?

C’est ce qu’on voudrait, dans cette introduction, essayer de discerner. (1) PARSONS, T. EEconomics and sociology: Marshall in relation to the thought of his time *. Quarterly Journal of Economics 46, 1932, pp. 136-147. R. (2) HARROD, F. e Scope and methods of economics ;. Economic Journal, sept. T. 1938, cite par PARSONS, Economy and Society, London, Routledge and Kegan Paul, 1956, 66, pp. 13-14. T. (3) PARSODS, Economy and Society. Op. cit. , p. 14. 575 Revue frangaise de sociologie * * Une premiere distinction est a faire, que fort pertinemment propose Parsons, entre economie et systeme economique, comme entre societe et systeme social.

La societe, en un certain sens, n’est qu’une partie de l’economie, dans la mesure oil les unites qui la composent, individus ou collectivites, font fonctionner le systeme economique comme systeme de fixation des prix, de definition des produits et de selection des techniques. Aucune unite sociale, cependant n’est engagee de maniere exclusive dans les operations d’un tel systeme: ceux memes des agents economiques dont les roles sont les plus specifiques, comme les firmes industrielles, menent des ope’rations plurifonctionnelles, dont les effets se diffusent parfois dans la societe entiere.

Une economie determinee, comme l’economie americaine ou l’economie frangaise, ne peut donc jamais se laisser d’acteurs reduire a un systeme d’agents, c’est toujours une > sociaux, un type special de systeme social que Parsons caracterise par la capacite d’agir de concert. Consideree dans son concept au contraire, l’economie differe des collectivites concretes qu’on nomme economies comme un systeme d’action differe d’un ensemble determine d’unites sociales donnees.

Elle constitue donc, tres exactement, un sous-systeme de la societe globale, differencie d’apres la fonction specifique qu’elle remplit en toute societe (4). Caracteriser l’economie dans les termes d’une theorie gene’rale de l’action revient alors, pour Parsons, a montrer que ce que les economistes nomment se laisse plus largement et mieux definir, si l’on en derive le concept des conditions generales que requiert, pour fonctionner, tout systeme social. Quelles sont donc ces conditions, prerequisites (5) ou ;d’adaptation.

Dans ses derniers etats il est vrai, la theorie pousse plus loin l’analyse de la differenciation, puisque Parsons va jusqu’a distinguer trois niveaux de systematisation, chaque sous-systeme etant lui-meme, par la vertu d’un mme paradigme, systeme par rapport a d’autres systemes (8). A tous les niveaux de l’analyse, quatre ; laissent alors distinguer, differents quant a la ;qu’ils expriment, mais identiques quant T. (4) PARSONS, The Social System, Glencoe, The Free Press, 1951, pp. 548 sq. T. (5) PARSONS, The Social System.

Op. cit. , pp. 26-36. T. (6) PARSONS and SHILSE. in PARSONS and T. SHILS E. (eds). Toward a general theory of action. Cambridge (Mass. ), Harvard University Press, 1952, p. 173. (7) BOURRICAUD, , PARSONS, Elements pour une sociologie de l’action, introT. duction et traduction par Frangois Bourricaud. Paris, Plon, 1955, pp. 94-104. T. (8) PARSONS, . Structure and process in modern society, New York, The Free Press, 1960, pp. 166-168. 576 Jean Cuisenier position qu’ils occupent dans l’architecture de l’edifice.

Car de quelque niveau qu’il soit, il faut a la fois, pour qu’un systeme social puisse fonctionner, que la coherence des valeurs orientatrices de l’action soit preservee (fonction L), que des buts et des satisfactions soient atteints (fonction G), que des instruments et des ressources soient mobilises (fonction A), que les unites sociales concernees soient integrees (fonction I). La theorie generale permet ainsi de fixer la position qu’occupe l’economie non seulement par rapport a la societe, mais encore par rapport aux autres sous-systemes identifiables dans le systeme social.

Elle permet aussi, par application du meme paradigme, de fixer la position des divers sous-systemes qui se laissent distinguer dans le systeme economique par rapport a ce systeme lui-meme et les uns par rapport aux autres. Elle permet, enfin, de pousser l’analyse plus loin, jusqu’au plus bas niveau de generalite, celui des sous-systemes du troisieme ordre (voir Tableau). Quelles que soient les reserves a faire sur une telle taxinomie, l’important, ici, est de marquer comment l’abord choisi par Parsons pour carac- SA SGa SAa ‘ SLg SAa SG Si9 SGa SGg s SA SA1 1I SAi ^I Sjri SGi SG SL

SL Sla La SLg SAg Si9 g SI X SG9 SI SIa g SLL SLi; SG| SrLi Sli SAi Systemes, sous-systemes et relations entre sous-systemes d’apres Talcott Parsons G: buts et fins; L: valeurs latentes; A: adaptation; I: integration. 577 Revue frangaise de sociologie teriser la structure du systeme social le conduit a developper une theorie qui assigne au systeme economique une structure identique a celle du systeme social, la seule difference provenant des positions dans l’architecture d’ensemble, autrement dit de la specificite plus ou moins grande des ‘ la maniere parsonienne, une sociologie des fonctions remplies.

Conduite faits economiques est donc amenee a s’engager dans deux voies: caracteriser la conformation interne de l’appareil economique, en cherchant a montrer que, si les faits economiques presentent un caractere de systeme, c’est parce qu’ils repondent eux aussi aux pour l’economie, un input. Ainsi concue, l’analyse est toujours destinee a elucider des concepts, non a caracteriser des processus empiriquement determinables ou a saisir, dans leur singularite, des collectivites observables.

Et de fait, quand Parsons applique a l’economie le paradigme de la differenciation sociale, c’est pour montrer qu’a chaque imperatif fonctionnel correspondent de nouveaux systemes d’action. C’est ainsi qu’a la necessite de maintenir la coherence du systeme des valeurs (imperatif fonctionnel Al), repondent, en toute engagements economiques>> (I), qui different dans chaque societ’, des , en L, et ;,de ,de et de (9) comme des elements qui entrent dans la composition d’un systeme ?

Parsons n’ignore pas, certes, que la matiere sociale a laquelle il applique sa conceptualisation n’est pas faite d’elements epars, que des ensembles sont preformes dans la pratique et la pensee des acteurs, que d’autres ensembles sont constitues par les disciplines scientifiques particulieres. Des savoirs elabores existent dejd, nombreux et souvent d’excellente qualite. Qu’apprend-on donc, en suivant Parsons, a les reorganiser selon les principes de la theorie generale ?

II faut, pour apprecier l’oeuvre, la rapporter d’abord a son projet. L’intention, ici, est claire. En situant son entreprise dans la voie ouverte par Marshall et Pareto, Parsons admet, comme une evidence jamais remise en question, que I’economicite est la caracteristique d’un certain type d’action. Pour Parsons comme pour Pareto en effet, le proces economique est a saisir par un certain nombre de variables qui caracterisent des operations la typiques.

A la difference de Pareto toutefois, Parsons estime que Archives Europeennes de Sociologie 6, 1965, pp. 111-148. M. (19) GODELIER, < Objets et Methodes de l’anthropologie 6conomique ;;. I’Homme, 5, 1965, pp. 32-91. (20) PEARSON,H. W. < Parsons and Smelser on the economy ? , in Trade and markets in the early empires, op. cit. , p. 313. 582 Jean Cuisenier sibles. Or qu’advient-il de ce concept, quand Parsons le transpose pour analyser les relations d’echange entre sous-systemes ?

A la sociographie, fait place une definition a priori de la place des sous-systemes, par reference au paradigme de la differenciation sociale. A l’observation et a l’enregistrement des flux, fait place l’attribution de noms pour qualifier les ; qui resultent du fonctionnement des sous-systemes. Aux previsions rendues possibles par la construction de modeles, font place des taxinomies, dont on ne peut decider si elles sont vraies ou fausses, puisqu’en l’absence de criteres empiriques, tout classement est finalement justifiable.

Loin donc de garder sa fecondite, l’analyse des relations d’echange en termes d’input-output dissimule plutot, sous le prestige d’un nom d’emprunt, l’absence de contribution effective a l’etude de la differenciation sociale, l’echec, par consequent, d’un traitement sociologique des faits economiques oriente par le souci de rendre l’action economique intelligible en la rapportant au modele de l’action sociale en general. Est-ce a dire qu’il ne faille rien etirer du projet d’edifier une sociologie des faits economiques par application a ces faits d’un paradigme d’analyse universellement applicable ? De l’entreprise telle qu’on vient de l’examiner, deux conclusions du moins se degagent. L’une, negative, est que dans l’etat actuel des connaissances sociologiques, aucune theorie du systeme social pretendant fournir des instruments d’intelligibilite universellement applicables ne peut proceder directement d’une axiomatique de l’action quelconque : des mediations sont necessaires, que seules l’ethnographie et la sociographie peuvent fournir.

L’autre, positive, est que si riche la matiere sociale soit-elle, les elements qui la composent n’entrent jamais que dans un nombre fini de combinaisons possibles, ou systemes, en sorte que pour rendre cette matiere intelligible, il faut et il suffit de deicider, par l’ethnographie et la sociographie, quels sont, parmi les systemes possibles, ceux que l’histoire a realises.

On doit pouvoir alors determiner, pour des societes historiquement donnees, comment le systeme social se compose en sous-systemes, dans quelle mesure, par consequent, des operations sont orientees vers des buts economiques, dans quelle mesure aussi, ces operations ont des effets et des conditions economiques (21). C’est dans cette perspective, tres precisement, que les essais suivants modele >>du comportement economique, tel que ont ete prepares. Le